A la Une

Les EUA testent l’efficacité et la qualité de la défense anti-aérienne – L’Iran abat un drone américain et se dit «prêt à répondre à toute déclaration de guerre»

© Erik Hildebrandt/Northrop Grumman/Handout via REUTERS
Un drone RQ-4 Global Hawk en phase de test dans le Maryland en 2017 (image d’illustration).

En plein pic de tensions dans le golfe Persique, où les Etats-Unis ont dépêché des soldats supplémentaires, Téhéran a annoncé avoir abattu un drone espion américain qui aurait violé son espace aérien, expliquant avoir ainsi envoyé «un message clair».

L’Iran a annoncé le 20 juin avoir abattu un drone espion américain qui avait violé son espace aérien. Il s’agirait d’un appareil du modèle Global Hawk (du fabricant américain Northrop Grumman), abattu au dessus de la province côtière d’Hormozgan, dans le sud de l’Iran, selon un communiqué des Gardiens de la Révolution, branche de l’armée chargée de protéger le système de la République islamique d’Iran. La province d’Hormozgan borde le détroit d’Ormuz, point de passage stratégique pour l’approvisionnement mondial de pétrole.

Téhéran met en garde

L’appareil a été touché par un missile de la force aérospatiale des Gardiens de la révolution, au large de la côte face au mont Mobarak, après «avoir violé l’espace aérien iranien», selon la même source. Un responsable américain, cité par Reuters sous couvert d’anonymat, a confirmé l’incident.

Nous ne cherchons pas la guerre mais nous sommes prêts à répondre à toute déclaration de guerre

«C’est un message clair, net et précis: les défenseurs des frontières […] ripostent à toutes les agressions étrangères et notre réaction est, et sera, catégorique et absolue», a déclaré le général de division Hossein Salami, commandant en chef des Gardiens de la révolution, cité par l’agence de presse iranienne Tasnim.

«Les frontières représentent notre ligne rouge. Nous déclarons que nous ne cherchons pas la guerre mais nous sommes prêts à répondre à toute déclaration de guerre», a-t-il affirmé.

L’incident survient dans un contexte de tensions exacerbées entre Téhéran et Washington. L’armée américaine a intensifié le 19 juin ses accusations contre l’Iran, qu’elle tient responsable de l’attaque des deux tankers (l’un japonais, l’autre norvégien) touchés par des explosions le 13 juin en mer d’Oman.

Téhéran a nié toute implication dans ces attaques, laissant plutôt entendre qu’il pourrait s’agir d’un coup monté des Etats-Unis pour justifier le recours à la force contre la République islamique. Les attaques des pétroliers ont eu lieu le jour où le Premier ministre japonais Shinzo Abe rencontrait les autorités iraniennes pour évoquer une potentielle désescalade des tensions avec Washington.

En dépit des affirmations répétées de responsables américains et iraniens selon lesquelles leur pays respectif ne cherche pas la guerre, l’escalade récente des tensions dans le Golfe fait craindre qu’une étincelle ne mette le feu au poudre.

Source: RT France

Abattre un  drone des EUA est un «message clair» à Washington – Le commandant iranien du CGRI

PHOTO DE FICHIER: Deux drones de reconnaissance Triton MQ-4C © Reuters / Handout / US Navy avec la permission de Northrop Grumman / Chad Slattery

Le chef des Gardiens de la révolution, l’élite iranienne, a déclaré qu’abattre un drone des Etats-Unis d’Amérique sur son territoire était un «message clair» à Washington, prouvant que Téhéran réagirait fermement à toute agression militaire.

Quelques heures plus tôt, l’Iran avait affirmé avoir abattu un drone espion RQ-4 des Etats-Unis d’Amérique dans la province d’Hormozgan. Cela « était un message clair pour l’Amérique », a déclaré le commandant en chef du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI ; IRGC en anglais), Hossein Salami, aux médias locaux.

Il a ajouté que toute intrusion à travers les frontières du pays serait perçue comme une «ligne rouge» et se heurterait à une forte résistance.

L’Iran ne cherche la guerre avec aucun pays, mais nous sommes tout à fait prêts à défendre l’Iran.

Les propos de Salami ont été réitérés par le ministère iranien des Affaires étrangères, qui a déclaré qu’il serait tenu compte de toute «violation des frontières de l’Iran».

Nous mettons en garde contre les conséquences de telles mesures illégales et provocantes.

Téhéran a déclaré par la suite que le drone avait décollé d’une base aérienne des Etats-Unis d’Amérique dans la région et que son équipement de repérage avait été désactivé pendant le vol, en violation des lois de l’aviation.

Washington n’a pas encore officiellement répondu à l’incident. Cependant, des sources anonymes de la marine des Etats-Unis d’Amérique ont déclaré à Reuters que la version maritime du Global Hawk – le MQ-4C Triton – avait été abattue au-dessus des eaux internationales.

L’Iran affirme avoir tiré sur un drone des Etats-Unis d’Amérique, l’armée des Etats-Unis d’Amérique ne commente pas

RQ-4 Global Hawk © Flickr / US Air Force

L’Iran a abattu un drone de reconnaissance RQ-4 des Etats-Unis d’Amérique survolant la province d’Hormuzgan, selon Téhéran. L’armée des Etats-Unis d’Amérique a refusé de commenter.

Les forces aériennes du Corps des gardiens de la révolution islamique ont abattu un « drone d’espionnage des Etats-Unis d’Amérique » qui envahissait le territoire iranien, a annoncé la branche des relations publiques du CGRI dans un communiqué publié jeudi. Le drone, identifié comme étant un Global Hawk RQ-4 par l’agence de presse officielle IRNA, volait au-dessus de Kuh Mubarak dans la province d’Hormozgan.

Dans un communiqué publié jeudi matin, l’IRGC a annoncé que le drone de surveillance américain Global Hawk avait été abattu par son armée de l’air près de la région de Kouh-e Mobarak – située dans le district central du comté de Jask – après que l’avion eut violé l’espace aérien iranien. Press TV

Les RQ-4 volent généralement à haute altitude pour mener des missions de reconnaissance.

Le drone abattu est survenu après des violations répétées de l’espace aérien iranien par des drones de reconnaissance des Etats-Unis d’Amérique dans la région du golfe Persique. Press TV

Les Etats-Unis d’Amérique n’ont pas encore répondu aux accusations, bien que le Pentagone ait accusé dimanche l’Iran d’une tentative infructueuse d’abattre le drone Reaper des Etats-Unis d’Amérique qui observait l’un des pétroliers attaqué la semaine dernière dans le golfe d’Oman.

Le porte-parole du CENTCOM des Etats-Unis d’Amérique, le capitaine Bill Urban, a déclaré à l’AP: « Il n’y avait pas de drone sur le territoire iranien. »

Et vlan, la thèse à senteur manipulatrice des EUA tombe dans l’eau profonde et se noie ! – Un «objet volant» a attaqué un pétrolier japonais au Moyen-Orient

Cependant, des responsables anonymes des Etats-Unis d’Amérique ont déclaré à AP et Reuters qu’un véhicule aérien des Etats-Unis d’Amérique sans pilote avait bel et bien été abattu dans le détroit d’Hormuz. Ces sources ont indiqué que le drone – un MQ-4C Triton de la marine – avait été touché par un missile sol-air iranien. Selon la source Reuters, l’incident s’est produit au-dessus des eaux internationales.

Les tensions entre les Etats-Unis d’Amérique et l’Iran sont exacerbées. Des rumeurs font état de la part des Etats-Unis d’Amérique qui préparent un «assaut tactique» en réponse aux attaques perpétrées la semaine dernière contre des pétroliers japonais et norvégiens dans le golfe d’Oman. Alors que les États-Unis d’Amérique ont immédiatement accusé l’Iran de ces attaques, l’explication de ces attaques par le secrétaire d’État Mike Pompeo était très différente de l’expérience des marins japonais à bord d’un des navires blessés, et même les alliés des États-Unis d’Amérique ont exigé de nouvelles preuves avant de signer l’accord. blâme-récit iranien.

Il s’agit du dernier incident qui a aggravé les tensions entre les États-Unis d’Amérique et l’Iran au cours des derniers mois. Plus tôt, Washington avait accusé l’Iran d’avoir attaqué deux pétroliers dans le golfe d’Oman.

Cependant, ces affirmations contredisent en quelque sorte une déclaration de la compagnie exploitant l’un des pétroliers malheureux. Le propriétaire de «Kokuka Courageous» – l’un des navires frappés au cours de l’assaut – a déclaré que ses marins avaient vu des «objets volants» dans le ciel avant d’être attaqués.

Les États-Unis d’Amérique vont envoyer 1 000 soldats supplémentaires au Moyen-Orient – Pentagone

L’incident survient au milieu d’une forte accumulation de forces militaires des Etats-Unis d’Amérique dans le Golfe. Le 17 juin, le Pentagone a annoncé l’envoi de 1 000 soldats supplémentaires sur le théâtre des opérations au Moyen-Orient. Washington a également utilisé la prétendue menace de l’Iran pour justifier l’envoi d’un groupe de frappe de porte-avions, d’une batterie de défense antiaérienne Patriot et d’un bombardier à capacité nucléaire dans la région.

OUVRAGE ÉTROITEMENT LIÉ:

GÉOÉCONOMIE ET GÉOSTRATÉGIE DE L’ÉNERGIE: CHAOS ET ENJEUX RÉELS

Si vous aimez cette histoire et que vous pensez que vos amis seraient intéressés, partagez-la avec eux!

Traduction: MIRASTNEWS

Source: RT

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :