A la Une

Pourquoi protège-t-on les vrais coupables? – Crash du MH17: la Russie dénonce des «accusations totalement infondées visant à la discréditer»

Source: Sputnik
Partie du fuselage de l’avion MH17.

Opérations faux drapeaux dans toutes les instances mondiales et à tous les niveaux? Qui sont les vrais commanditaires tapis dans l’ombre? Que fait réellement l’ONU pour démêler le vrai du faux?

La Russie a dénoncé le 19 juin des accusations «totalement infondées» visant à la discréditer, après la désignation de suspects – trois Russes et un Ukrainien – par l’enquête internationale sur le crash du vol MH17 en 2014 dans l’est de l’Ukraine.

«Les déclarations faites par l’Equipe commune d’enquête [ECE] lors de la conférence de presse du 19 juin au sujet de l’implication présumée de militaires russes dans la catastrophe du MH17 [de Malaysia Airlines] ne peuvent susciter que des regrets», a déclaré le 19 juin le ministère russe des Affaires étrangères. «Une fois de plus, la Fédération de Russie fait l’objet d’accusations totalement infondées visant à la discréditer aux yeux de la communauté internationale», a-t-il ajouté, soulignant que, «comme lors des précédentes conférences de presse de l’Équipe commune d’enquête» sur le crash, «aucune preuve concrète» appuyant ces allégations n’avait été présentée.

Le 19 juin, les enquêteurs sur le crash du vol MH17 de Malaysia Airlines au-dessus de l’Ukraine en 2014, ont révélé publiquement les noms et visages de quatre suspects (trois Russes et un Ukrainien), pourtant présumés innocents jusqu’à l’ouverture du procès, qui débutera le 9 mars 2020 aux Pays-Bas. Ils sont accusés d’avoir transporté le système ayant servi à envoyer le missile sur l’avion, mais ne sont pas, selon les enquêteurs, ceux qui «ont appuyé sur le bouton».

Dans ces conditions se posent des questions légitimes quant à la qualité du travail de l’Equipe commune d’enquête

«Il est clair que l’Equipe commune d’enquête continue à se limiter à des arguments inintelligibles, formulés notamment sur la base de sources d’information douteuses. Dans le même temps, les données fournies à l’enquête par la partie russe sont toujours totalement ignorées», a encore déploré la diplomatie russe. Elle a fait valoir que Moscou proposait depuis le début un travail commun sur le drame. Or, déclare-t-elle, «les enquêteurs internationaux ont écarté une participation à part entière de la Russie au travail de l’ECE, n’attribuant aux efforts de la Russie qu’un rôle secondaire». A l’inverse, selon la diplomatie russe, ces enquêteurs ont fait de l’Ukraine «un membre de plein droit de l’Equipe commune d’enquête», lui offrant la «possibilité de falsifier les preuves et de réduire à zéro sa responsabilité de ne pas avoir fermé son espace aérien». Et d’en conclure : «Dans ces conditions se posent des questions légitimes quant à la qualité du travail de l’Equipe commune d’enquête.»

La Fédération de Russie tient enfin à rappeler qu’elle continuera à apporter son assistance à l’enquête, afin que la vérité sur l’accident du vol MH17 soit établie et que «les vrais coupables soient punis à juste titre».

Le vol MH17 a été abattu le 17 juillet 2014 au-dessus de l’est de l’Ukraine, avant de s’écraser dans la partie du pays tenue par les rebelles. 283 passagers et 15 membres de l’équipage, pour la plupart néerlandais, ont perdu la vie dans le drame.

Lire aussi : Le numéro de série du missile qui a abattu le MH17 permet de mettre en cause l’Ukraine

Source: RT France

Crash du MH17: les enquêteurs nomment les 4 suspects qui seront poursuivis pour le meurtre de 298 personnes

© Sputnik . Maxim Blinov

L’ONU encourage-t-elle les fausses accusations?

Le groupe d’enquête conjoint (JIT) a fait savoir le 19 juin sur son site que quatre personnes seraient poursuivies en justice dans l’affaire du crash en Ukraine du Boeing 777 de la Malaysia Airlines en 2014. Il s’agit de trois citoyens russes et d’un Ukrainien.

Quatre personnes sont soupçonnées d’avoir abattu le Boeing MH17 de la Malaysia Airlines en 2014 en Ukraine, a annoncé le 19 juin sur son site le groupe d’enquête conjoint (JIT). Il s’agit des Russes Sergueï Doubinski, Igor Girkine et Oleg Poulatov ainsi que de l’Ukrainien Leonid Khartchenko.

Selon les enquêteurs basés aux Pays-Bas, les suspects ont déployé un système de missiles Bouk afin de tirer sur l’aéronef.

Le procureur néerlandais doit émettre des mandats d’arrêt international contre les suspects. Ils doivent comparaître devant la justice néerlandaise pour le meurtre des 298 personnes qui étaient à bord de l’avion.

Le lancement de leur procès est prévu pour le 9 mars 2020 au tribunal du district de La Haye.

Un Boeing 777 de la Malaysia Airlines effectuant un vol d’Amsterdam à Kuala Lumpur s’est écrasé le 17 juillet 2014 dans la région de Donetsk où l’armée ukrainienne menait une opération contre les forces d’autodéfense de la République populaire autoproclamée de Donetsk. Les 298 personnes se trouvant à bord de l’appareil ont péri dans le crash.

D’après les membres du groupe d’enquête conjoint (JIT), l’avion a été abattu par un missile sol-air Bouk tiré depuis une zone qui était à l’époque contrôlée par les insurgés. Le JIT étudie les données fournies principalement par l’Ukraine et le groupe international d’experts et de journalistes en ligne Bellingcat qui collecte et analyse des informations sur les réseaux sociaux.

Bellingcat affirme qu’un système de missiles Bouk aurait été introduit dans le Donbass par des militaires russes et en aurait été évacué après le crash. Les spécialistes ont plusieurs fois qualifié la méthode d’enquête du groupe Bellingcat d’amateurisme et mis en doute ses conclusions.

La Russie a pour sa part démenti les hypothèses du JIT. Le consortium Almaz-Anteï, fabricant des missiles Bouk, a notamment présenté des calculs professionnels reposant sur les résultats de plusieurs expériences grandeur nature. Selon Almaz-Anteï, le Boeing a été touché par un missile qui n’est plus utilisé en Russie, mais équipe toujours l’armée ukrainienne.

Source: Sputnik News – France

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :