A la Une

La réponse de l’Iran à l’agression des Etats-Unis d’Amérique « serait implacable et disproportionnée »

© REUTERS /

La destruction jeudi d’un drone des Etats-Unis d’Amérique par le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique  (CGRI) d’Iran a provoqué des tensions entre Téhéran et Washington pour atteindre de nouveaux sommets, avec les deux côtés prétendant avoir été dans le droit. Certains prétendent, cependant, que l’histoire montre que les États-Unis d’Amérique n’ont pas peur de tirer le premier et de retenir leurs aveux de culpabilité jusqu’à ce qu’ils obtiennent ce qu’ils veulent. Les Etats-Unis d’Amérique et l’Iran ont publié des images de leurs revendications respectives sur le fait que le drone RQ-4 Global Hawk ait été exploité dans l’espace aérien international ou iranien avant d’être abattu par le CGRI plus tôt jeudi.

En outre, personne n’a revendiqué la responsabilité de la frappe de missile mercredi à Bassorah, en Irak, qui a blessé deux travailleurs irakiens dans l’immeuble des bureaux de la société internationale de pétrole et de gaz Exxon Mobil.

 Listen to « If U.S. Attacks, Iran’s Retaliation will be « Relentless » » on Spreaker.

Avec de nombreuses questions en suspens et des informations faisant état d’une guerre imminente entre l’Iran et les États-Unis d’Amérique, Mohammad Marandi, expert en études Américaines et en littérature postcoloniale et enseignant à l’Université de Téhéran, a présenté son analyse de la situation à Loud & Clear de Radio Sputnik.

«Ce n’est pas la première fois que des drones des Etats-Unis d’Amérique sont abattus en Iran, et les Américains ont, à plusieurs reprises, violé l’espace aérien iranien. Et une fois, les Iraniens ont réussi à pirater un drone des Etats-Unis d’Amérique et à le faire atterrir en Iran», a déclaré Marandi aux animateurs, Brian Becker et John Kiriakou, écartant les affirmations des Etats-Unis d’Amérique selon lesquelles le drone de reconnaissance se trouvait dans l’espace aérien international au moment où il avait été abattu.

« En Iran, personne ne fait confiance aux États-Unis d’Amérique, et en particulier à Trump », a ajouté l’éducateur.

Marandi a rappelé que le vol 655 Iran Air avait été abattu le 3 juillet 1988 par un missile sol-air de croisière SM-2MR lancé depuis le USS Vincennes, qui avait coûté la vie à 290 civils, dont 65 enfants et nourrissons.

«À ce moment-là, les États-Unis d’Amérique ont menti au sujet du vol et les médias occidentaux ont imité la position du gouvernement des États-Unis d’Amérique. Ils ont complètement menti afin de faire croire à l’avion de ligne iranien qu’il était coupable et de justifier les actes des États-Unis d’Amérique. Et plus tard, il est devenu très clair que la compagnie aérienne, l’avion agissait comme tout autre avion était censé agir», a raconté Marandi.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a notamment évoqué le même incident à l’occasion de son anniversaire en 2017, soulignant que le capitaine du navire des Etats-Unis d’Amérique avait été « récompensé pour son meurtre d’innocents ».

George H.W. Bush, alors président des États-Unis d’Amérique a commenté peu de temps après qu’il «ne s’excuserait jamais pour les Etats-Unis d’Amérique – Je me fiche de savoir quels sont les faits.»

Quand il est Interrogé sur l’éventualité d’une amplification de l’agression des États-Unis d’Amérique, Marandi a déclaré qu’il s’agirait d’une « erreur de calcul majeure » pour le président des États-Unis d’Amérique, Donald Trump, à entendre « de soi-disant experts sur l’Iran qui disent aux Américains que les Iraniens ne feront rien en réponse. »

Le professeur a également affirmé qu’une telle escalade aurait des effets dévastateurs sur l’économie mondiale.

« Je pense que la réponse iranienne serait implacable et disproportionnée, car les Iraniens ne vont pas seulement attaquer les forces agressives, mais ils vont aussi attaquer les pays qui ont aidé les États-Unis d’Amérique à mener cette attaque », a prédit Marandi, y compris des pays tels que comme les Emirats Arabes Unis et l’Arabie Saoudite.

Bien que Marandi n’ait pas explicitement indiqué qui aurait pu mener l’attaque de Bassorah, Kiriakou a souligné que si l’attaque serait qualifiée de terrorisme si elle était menée par les États-Unis d’Amérique, les normes de Washington indiquent que «si la roquette a été tirée d’un navire, ou d’un avion, c’est un acte de légitime défense.»

Bien que l’économie ne soit pas mise au premier plan, Marandi a averti les auditeurs que «si les États-Unis d’Amérique ne tiennent pas la route, que ce soit les gouvernements ou les citoyens, tout le monde en paiera le prix, car le bien-être de la population mondiale dépend de l’énergie qui provient de la région du golfe Persique.»

Si cela vous a plu, partagez-le avec vos amis!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

1 Trackback / Pingback

  1. L’impossible représailles – Les Etats-Unis d’Amérique prévoyaient de frapper 3 sites différents en réponse à l’Iran, mais 150 personnes seraient décédées – Trump – MIRASTNEWS

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :