A la Une

L’Iran affirme que le drone des Etats-Unis d’Amérique abattu a été récupéré dans ses eaux territoriales – VIDEO

L’Iran a déclaré qu’il avait retrouvé des parties du drone espion des Etats-Unis d’Amérique dans ses eaux territoriales, après avoir abattu l’avion lors d’une frappe de missile critiquée par le président Donald Trump comme une « grosse erreur ».

Les limites de la stratégie de pression de l’Etat profond et de Donald Trump, Président des Etats-Unis d’Amérique.

WASHINGTON – L’Iran a déclaré jeudi qu’il avait retrouvé des parties d’un drone espion des Etats-Unis d’Amérique dans ses eaux territoriales, après avoir abattu l’avion lors d’une frappe de missile qualifiée de « grosse erreur » par le président Donald Trump.

Sous la pression de réagir à l’incident majeur du détroit d’Hormuz, où une série d’attaques de pétroliers ont provoqué une montée en flèche des tensions avec l’Iran, Trump a tout d’abord adopté un ton combatif.

« L’Iran a commis une très grosse erreur! » Il a tweeté en réponse à la nouvelle que l’Iran avait abattu l’avion de surveillance Global Hawk – qui selon le Pentagone était au-dessus des eaux internationales à ce moment-là.

« Ce pays ne l’acceptera pas, je peux vous le dire », a-t-il répété plus tard à la Maison Blanche.

Mais alors que l’incident du jour au lendemain a fait craindre un conflit ouvert entre les États-Unis d’Amérique et son ennemi déclaré, l’Iran – faisant monter les prix du pétrole brut de plus de 6% – Trump a rapidement réagi pour réduire les tensions, suggérant que le drone aurait pu être abattu par erreur.

« J’ai du mal à croire que c’était intentionnel, si vous voulez connaître la vérité », a déclaré Trump. « Je pense que ça aurait pu être quelqu’un de lâche et de stupide qui l’a fait. »

Le message mitigé du président a laissé le monde entier incertain de ce que serait la prochaine décision de Washington.

« Vous saurez, » dit Trump, lorsqu’on lui a posé des questions sur d’éventuelles représailles.

À Téhéran, cependant, le message est devenu clair et net.

Jeudi soir, le ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a annoncé que des parties du drone avaient été retrouvées dans les eaux territoriales iraniennes, alors que Téhéran avait décidé de porter l’incident devant les Nations Unies.

« Nous ne cherchons pas la guerre, mais défendons avec zèle nos cieux, nos terres et nos eaux », a déclaré Zarif.

– Drone violant ou victime? –

Le Pentagone a qualifié la frappe « d’attaque non provoquée » dans l’espace aérien international, affirmant que le drone de la marine se trouvait à quelque 34 km de l’Iran après avoir été détruit par un missile sol-air.

Mais le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique a déclaré qu’il avait abattu le drone, car il « violait l’espace aérien iranien » au-dessus des eaux de la province d’Hormozgan.

Zarif a fourni les coordonnées pour appuyer la demande.

« A 00h14, un drone des Etats-Unis d’Amérique a décollé des EAU en mode furtif et violé l’espace aérien iranien », a tweeté Zarif. « Il était visé à 04h05 aux coordonnées (25 ° 59’43 » N 57 ° 02’25 « E) près de Kouh-e Mobarak. »

« Nous avons récupéré des sections du drone de l’armée des Etats-Unis d’Amérique dans NOS eaux territoriales où il a été abattu. »

Dans une lettre adressée au Conseil de sécurité et au secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, l’Iran a protesté contre « un acte dangereux et provocateur de la part des forces militaires des Etats-Unis d’Amérique contre l’intégrité territoriale de la République islamique d’Iran ».

La chute du drone est survenue alors que l’Iran avait déjà été accusé par Washington d’avoir procédé à des explosions de pétroliers dans la région encombrée d’Ormuz. Téhéran nie être à l’origine des attentats, mais a fréquemment menacé de bloquer les voies de circulation empruntées par les navires pour transporter une grande partie des exportations mondiales de pétrole.

Le commandant du Commandement central des forces navales des Etats-Unis d’Amérique, Sean Kido, a déclaré qu’une mine qui aurait été utilisée dans l’une des attaques correspondrait à un armement iranien et que des empreintes digitales incriminantes avaient également été recueillies.

– Les options s’épuisent? –

Trump a répété à plusieurs reprises qu’il ne préconisait pas la guerre avec l’Iran, à moins que ce ne soit pour empêcher le pays de se doter d’une arme nucléaire – ce que les dirigeants iraniens insistent de ne pas poursuivre.

Les détracteurs de l’administration Trump affirment que sa politique de « pression maximale », notamment des sanctions économiques paralysantes, l’abandon d’un accord international complexe visant à réglementer les activités nucléaires de l’Iran et le déploiement de forces terrestres, maritimes et aériennes supplémentaires dans la région, font de la guerre toujours plus probable.

À Washington, les discussions sur la guerre font désormais partie de l’atmosphère déjà brûlante alors que la lutte pour la réélection de Trump commence à gagner du terrain.

La sénatrice Lindsey Graham, alliée républicaine clé de Trump, a déclaré que les « options du président sont en train de s’épuiser ».

Quand on lui a demandé s’il croyait que les pays approchaient du conflit, il a répondu: « Je pense que n’importe qui pourrait croire que nous nous rapprochons d’un pas. »

« Ils ont bien abattu un actif des Etats-Unis d’Amérique dans les eaux internationales en essayant d’évaluer la situation. Qu’est-ce que vous êtes censé faire? »

La présidente du parti démocrate à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a déclaré: « Il n’y a pas d’appétit pour vouloir entrer en guerre dans notre pays ».

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanayahu a critiqué « l’agression iranienne » et a déclaré « Israël se tient aux côté des États-Unis d’Amérique ».

Mais le président russe Vladimir Poutine, qui entretient des relations étroites avec les dirigeants iraniens, a déclaré que les représailles militaires des Etats-Unis d’Amérique contre l’Iran « seraient un désastre pour la région ».

– Stratégie de la corde raide diplomatique, militaire –

Trump a été élu en partie sur la promesse de mettre fin à l’engagement des Etats-Unis d’Amérique dans les guerres au Moyen-Orient, mais le président a également précisé son soutien inconditionnel aux grands rivaux iraniens de la région – Israël et l’Arabie saoudite.

L’arrivée de Trump à la Maison Blanche, aux côtés de faucons vétérans du Moyen-Orient, tels que son conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, a entraîné une nette détérioration des relations avec Téhéran.

Trump a commencé en mai dernier en abandonnant – et en ruinant effectivement – un accord international de 2015 prévoyant de faire sortir l’Iran du froid diplomatique en échange de contrôles vérifiés de son industrie nucléaire.

Cela a amené l’Iran à menacer de ne plus observer les restrictions convenues dans le cadre de l’accord sur l’enrichissement de l’uranium.

La menace a été perçue comme un effort visant à faire pression sur les gouvernements européens qui souhaitent sauver l’accord nucléaire pour le repousser contre Washington. Le département d’Etat des Etats-Unis d’Amérique a appelé cela « extorsion de fonds ».

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Bangkok Post

Le drone américain «a violé l’espace» iranien, affirme Téhéran, coordonnées à l’appui

© Global Look Press via Zuma Press / Sra Tyler Woodward
Un drone américain dans une base à Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis (image d’illustration).

Le drone américain abattu le 20 juin par l’Iran «a violé l’espace aérien iranien», affirme le ministre iranien des Affaires étrangères sur Twitter, en publiant les coordonnées de l’endroit où l’appareil a été descendu, selon Téhéran.

Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a déclaré le 20 juin sur Twitter que le drone américain abattu par l’Iran, avait «violé l’espace aérien iranien». Le message est accompagné de ce qui est présenté comme les coordonnées de l’endroit où l’appareil a été descendu.

Le drone «a été touché […] par 25°59’43 » [de latitude Nord et] 57°02’25″[de longitude Est]», écrit Mohammad Javad Zarif.

L’Iran a en outre dénoncé une action américaine «provocatrice» et «très dangereuse» contre son «intégrité territoriale», dans une lettre au chef de l’ONU et au Conseil de sécurité.

Javad Zarif

@JZarif

At 00:14 US drone took off from UAE in stealth mode & violated Iranian airspace. It was targeted at 04:05 at the coordinates (25°59’43″N 57°02’25″E) near Kouh-e Mobarak.

We’ve retrieved sections of the US military drone in OUR territorial waters where it was shot down.

Le drone espion américain abattu le 20 juin serait un appareil du modèle Global Hawk (du fabricant américain Northrop Grumman).

Le Pentagone avait confirmé l’incident. Néanmoins, le général américain Joseph T. Guastella, chef des forces aériennes du commandement central américain, avait déclaré que le drone se trouvait à 34 kilomètres des côtes iraniennes lorsqu’il a été abattu. «[Le drone] n’a violé l’espace aérien iranien à aucun moment durant sa mission», a précisé le général américain.

Le président américain Donald Trump avait quant à lui tweeté : «L’Iran a fait une énorme erreur !» Puis, il avait fait savoir qu’il n’excluait pas une réponse américaine au drone abattu… tout en évoquant l’hypothèse d’une erreur humaine.

Cet événement survient dans un contexte d’extrêmes tensions entre Washington et Téhéran. Les Etats-Unis ont intensifié, le 19 juin, leurs accusations contre l’Iran, qu’elles tiennent responsable de l’attaque des deux tankers (l’un japonais, l’autre norvégien) touchés par des explosions le 13 juin en mer d’Oman, et ont décidé de dépêcher des soldats supplémentaires au Moyen-Orient.

Lire aussi : Pour Vladimir Poutine, un recours à la force des Etats-Unis contre l’Iran serait «une catastrophe»

Source: RT France

VIDÉO: Le moment où l’Iran a démoli le drone RQ-4 Global Hawk des Etats-Unis d’Amérique

Hildebrandt / Northrop Grumman / Reuters
De Téhéran, ils ont précisé que cette action représente « un message clair » à Washington.

Un drone RQ-4 Global Hawk des Etats-Unis d’Amérique dans le Maryland, aux États-Unis d’Amérique

Le 20 juin, le réseau Press TV a diffusé sur son compte Twitter une vidéo montrant le moment exact où l’Iran a abattu un dispositif sans pilote RQ-4 Global Hawk des Etats-Unis d’Amérique, qui aurait envahi son espace aérien. Les médias ont rapporté que l’enregistrement avait été révélé par le Corps des gardiens de la révolution iranien (CGRI ; IRGC en anglais).

Press TV

@PressTV

Video released by shows the moment of shooting down an intruding American spy drone on Wednesday.

Pour sa part, le département de la Défense des États-Unis d’Amérique a divulgué des images de la traînée de fumée après l’effondrement du RQ-4.

Ryan Browne

@rabrowne75

Pentagon releases video purporting to show the smoke trail left after a U.S. RQ-4 unmanned aerial vehicle was shot down by Iran over the Gulf of Oman

Auparavant, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, avait montré la trajectoire de vol de l’avion sans pilote.

Le ministre des Affaires étrangères a précisé que l’avion avait décollé du territoire des Émirats Arabes Unis et avait « discrètement » atteint l’espace aérien iranien. Il a également assuré que des segments du drone militaire auraient été retrouvés dans les eaux territoriales de la République islamique.

Après la démolition, le major général Hossein Salami, commandant du CGRI, a réaffirmé que cette action était « un message clair » à Washington et indiquait que l’Iran « réagirait fermement contre toute agression ». Selon ses déclarations, son pays « ne cherche pas la guerre » contre d’autres nations, mais est prêt à se défendre.

Dans le même temps, le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump a déclaré que l’Iran « avait commis une très grosse erreur », déclarant que les Etats-Unis d’Amérique ont des preuves que le drone volait dans l’espace aérien international.

Si cela vous a plu, partagez-le avec vos amis!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :