A la Une

Injustice dans la Justice des otages ? – L’avocat de Ghosn demande pourquoi les accusations ont été abandonnées contre le Directeur de Nissan, Hiroto Saikawa

L’équipe de défense de l’ancien président de Nissan Motor Co., Carlos Ghosn, a exhorté lundi les procureurs à expliquer en détail pourquoi ils avaient décidé de ne pas accuser le Directeur général du constructeur automobile de son implication dans l’inconduite financière présumée de leur client, selon des proches du dossier.

La demande a été faite au cours d’une procédure préalable au procès pour discuter des crimes allégués de l’ancien magnat de l’automobile. Cette procédure était la première concernant l’accusation de sous-déclaration des rémunérations dans les rapports sur les valeurs mobilières de Nissan, nivelé à la Ghosn, âgé de 65 ans.

Au cours de la procédure – tenue de réduire les points de litige avant le procès et devant un juge, des procureurs et des avocats – la défense de Ghosn a demandé des explications sur la décision du 26 avril de ne pas accuser le PDG de Nissan, Hiroto Saikawa, d’avoir approuvé les rapports sur les valeurs mobilières cités dans l’acte d’accusation de Ghosn, ont indiqué les sources.

Ghosn, vêtu d’un costume sombre et rayé avec une cravate, a également été rejoint au tribunal de district de Tokyo par son ancien proche conseiller Greg Kelly, accusé d’avoir conspiré pour sous-déclarer la rémunération de son ancien patron.

Une plainte a été déposée, alléguant que Saikawa avait enfreint la loi sur les instruments financiers en sachant que la rémunération de Ghosn était sous-estimée quand il était chef de Nissan.

Saikawa, qui a succédé à Ghosn en tant que président et chef de la direction en avril 2017, a déclaré aux enquêteurs qu’il avait signé un document d’entreprise concernant le paiement post-retraite à Ghosn « sans réfléchir profondément » car il considérait que l’affaire était déjà convenue entre Ghosn et Kelly, selon différentes sources familières avec le sujet.

Au cours de la procédure de lundi, l’avocat de Ghosn a également demandé aux procureurs de présenter des preuves dans les meilleurs délais.

En ce qui concerne l’autre chef d’accusation formulé contre Ghosn pour abus de confiance aggravé impliquant le transfert de pertes d’investissements privés au constructeur automobile, une procédure préliminaire a déjà été engagée le 23 mai. La procédure relative à ce chef d’accusation a également été discutée lors de la procédure de lundi.

La prochaine série de discussions aura lieu le 23 juillet, ont indiqué des sources.

Depuis son arrestation initiale en novembre dernier, Ghosn a été inculpé d’une violation de la loi sur les instruments financiers pour avoir sous-déclaré sa rémunération entre mars 2012 et mars 2018, pour un montant d’environ 7,8 milliards de yens (72 millions de dollars), alors que sa rémunération s’élevait à environ 17 milliards de yens.

Il est également accusé d’avoir une filiale de Nissan aux Émirats Arabes Unis qui a versé 10 millions de dollars à un distributeur à Oman entre juillet 2017 et juillet dernier, et en a transféré 5 millions sur un compte d’épargne d’une société d’investissement libanaise que Ghosn détient effectivement. .

Ghosn, réputé avoir sauvé Nissan alors qu’il était au bord de la faillite à la fin des années 1990, a été démis de ses fonctions de président du conseil de Nissan et de ses partenaires de l’alliance, Renault SA et Mitsubishi Motors Corp.

Il a nié toutes les allégations, affirmant dans un message vidéo enregistré avant sa quatrième arrestation en avril qu’il était victime d’un «complot» de dirigeants de Nissan qui estimaient qu’une éventuelle convergence ou fusion avec Renault mettrait en péril l’autonomie de Nissan.

[La thèse de Ghosn s’est confirmée vu que les dirigeants de Nissan sont fondamentalement opposés à une fusion avec Renault et à la fusion Renault-Fiat Chrysler, alors que Nissan contrôle déjà avec Renault les sociétés Infiniti, Dacia, Alpine, Datsun, Venucia et. Lada, Mitsubishi Motors avec l’accord de Renault et grâce à Ghosn. Nissan ayant une participation majoritaire de 34% (2,2 milliards de dollars) dans le capital de Mitsubishi  – MIRASTNEWS].

Ghosn est en liberté sous caution depuis le 26 avril, à la suite de son quatrième acte d’accusation, le 22 avril.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : the japan times

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :