A la Une

Ambassadeur d’Iran: les Etats-Unis d’Amérique ne respectent pas le droit international

Majid Takht Ravanchi

L’ambassadeur de l’Iran à l’ONU critique les dernières sanctions des Etats-Unis d’Amérique contre l’Iran, affirmant que les conditions ne sont pas réunies pour un dialogue avec Washington.

L’ambassadeur de l’Iran aux Nations Unies, Majid Takht Ravanchi, a déclaré lundi que les dernières sanctions des Etats-Unis d’Amérique contre l’Iran montraient que Washington ne respectait pas le droit international.

La décision des Etats-Unis d’Amérique d’imposer davantage de sanctions est une autre indication du fait que les des Etats-Unis d’Amérique « ne respectent pas l’ordre public », a déclaré Ravanchi à la presse.

Il a ajouté que les conditions n’étaient pas réunies pour un dialogue avec les des Etats-Unis d’Amérique après les sanctions.

Ravanchi a déclaré aux journalistes que les des Etats-Unis d’Amérique devaient mettre fin à « leur guerre économique contre le peuple iranien ».

Plus tôt lundi, le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump a signé des sanctions supplémentaires contre l’Iran en réponse à la destruction du drone a des Etats-Unis d’Amérique la semaine dernière.

Il a ajouté que les sanctions viseraient cette fois aussi les dirigeants du régime de Téhéran, dont le guide suprême Ali Khamenei.

Au cours du week-end, Trump a déclaré à NBC News qu’il ne voulait pas la guerre avec l’Iran, mais que si cela se produisait, il y aurait « une oblitération comme vous ne l’avez jamais vue auparavant ».

[Il est strictement exclu que les Etats-Unis d’Amérique oblitèrent l’Iran avec l’arme nucléaire et s’en sortent indemnes. Car, les vrais amis de l’Iran se lèveront tous instantanément comme un seul homme, à l’identique comme le feront les amis de Washington, telle la Grande-Bretagne. Trump, son équipe et l’Etat profond veulent seulement faire peur, espérant faire reculer l’ennemi sans combattre, mais isl marchent sur des œufs ! – MIRASTNEWS]

Il a également déclaré dans l’interview qu’il n’y avait pas de conditions préalables aux négociations pour les Etats-Unis d’Amérique avec Téhéran.

« Vous ne pouvez pas avoir d’armes nucléaires », a déclaré Trump. « Et si vous voulez en parler, tant mieux. Sinon, vous pourrez vivre longtemps dans une économie en ruine. »

Les tensions entre les Etats-Unis d’Amérique et l’Iran se sont intensifiées l’année dernière, après le retrait en mai dernier de Trump de l’accord nucléaire conclu entre l’Iran et les puissances mondiales en mai dernier.

[Stratégiquement, il est possible que les USA et leurs alliés entreprennent le sabotage des pétroliers afin de faire croire à l’opinion internationale qu’il s’agit de  la responsabilité de l’Iran et à une insécurité accrue dans les eaux proches de l’Iran et dans le détroit d’Hormuz. L’Iran ayant promis de le fermer, les EUA peuvent donc anticiper les évènements en mobilisant une grande coalition profitant de la destruction de leur drone espion en territoire iranien, pour essayer de tuer dans l’œuf l’éventuelle réaction encore plus musclée de l’Iran contre l’étouffement et l’appauvrissement de son peuple. JDDM – MIRASTNEWS].

L’Iran a annoncé le mois dernier qu’il suspendait certains de ses engagements dans le cadre de l’accord de 2015 en réponse au retrait des États-Unis d’Amérique. La semaine dernière, il a annoncé de nouvelles mesures visant à réduire le respect de l’accord.

[Les autres alliés de Washington qui condamnent du bout des lèvres l’abandon de l’accord nucléaire par les Etats-Unis d’Amérique profiteront-ils de cette annonce iranienne pour rejoindre le camp des assaillants ? Car l’Iran a toujours clamé haut et fort qu’il n’était pas dans ses objectifs de chercher à acquérir l’arme nucléaire.MIRASTNEWS].

Elad Benari

Traduction et commentaires: Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source: Israël national news

Les Etats-Unis d’Amérique condamnent Khamenei et les dirigeants iraniens dans le cadre d’une importante campagne visant à obtenir le soutien international pour leur politique iranienne

Le 24 juin 2019, le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump signe avec le vice-président des Etats-Unis d’Amérique Mike Pence (à droite) et le secrétaire américain au Trésor des Etats-Unis d’Amérique, Steven Mnuchin, des « sanctions sévères » à l’encontre du dirigeant suprême de l’Iran. (Photo: AFP / Mandel Ngan)

WASHINGTON DC – Les des Etats-Unis d’Amérique ont publié lundi de nouvelles sanctions visant le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, et cinq hauts responsables iraniens du corps des gardiens de la révolution islamique (IRGC).

De plus, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammed Javad Zarif doit être sanctionné plus tard cette semaine, a déclaré le secrétaire au Trésor  des Etats-Unis d’Amérique, Steven Mnuchin, à la presse, à la Maison Blanche.

En annonçant les sanctions de lundi, le président Donald Trump a indiqué qu’ils suivaient « une série de comportements agressifs du régime iranien au cours des dernières semaines », y compris la destruction en territoire iranien d’un drone espion des Etats-Unis d’Amérique jeudi.

À la suite de cette attaque, Trump a décidé de ne pas réagir à une intervention de l’armée des Etats-Unis d’Amérique, mais samedi, il a tweeté que des sanctions «majeures» seraient prévues lundi.

Elles ont été annoncées lundi. «Le Guide suprême de l’Iran est finalement responsable de la conduite hostile du régime», a déclaré Trump lors de la signature du décret prévoyant les nouvelles sanctions.

En outre, Mnuchin, notant que les Etats-Unis d’Amérique avaient déjà sanctionné Qasim Soleimani, chef de la force Qods du CGR, a annoncé que des sanctions seraient également appliquées à trois autres officiers du CGRI: Alireza Tangsiri, chef de la flotte du CGRI, Amir Ali Hajizadeh, commandant du la force aérospatiale du CGRI et Mohammed Pakpour, chef des forces terrestres du CGRI.

Cinq chefs de district naval du CGRI ont également été sanctionnés.

Samedi, Trump a semblé affirmer que l’arrêt du programme nucléaire de Téhéran était le seul objectif des États-Unis d’Amérique vis-à-vis de l’Iran, semblant le mettre en contradiction avec son propre secrétaire d’État, qui a défini un programme plus large.

Lire plus: La cyber-attaque des États-Unis d’Amérique sur l’Iran révélée, alors que Trump propose plus de carottes, plus de bâtons

La déclaration de Trump lundi a toutefois clairement indiqué que, si les demandes des États-Unis d’Amérique vis-à-vis de l’Iran incluaient la question nucléaire, elles englobaient également son programme de missiles balistiques, son soutien au terrorisme, ainsi que ce que Trump décrivait comme « alimentant les conflits étrangers et les actes des belligérants dirigés contre les États-Unis et ses alliés. »

Les nouvelles sanctions interviennent alors que trois hauts responsables des Etats-Unis d’Amérique tiennent des discussions au Moyen-Orient dans le but de mobiliser le soutien international en faveur de la politique de Washington sur l’Iran avant la réunion du G-20 des 28 et 29 juin à Osaka, au Japon, où Trump tiendra encore réunions traitant de l’Iran.

Lundi, le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton, était à Jérusalem, où il a rencontré Nikolai Patrushev, secrétaire du Conseil de sécurité de la Russie, pour des discussions sur « l’Ukraine, le contrôle des armements, le Venezuela et d’autres questions », a indiqué Bolton sur Twitter.

[Une façon ici de calmer le faux-jeu avec la Russie en l’amadouant de la meme manière que l’on donne des bonbons aux enfants, afin qu’elle laisse l’Iran se faire bombarder aux armes nucléaires. En fait il essaie de séparer les proies en les isolant comme le font tous les prédateurs pour les éliminer une à une, à tour de rôle. Il est clair que si la Russie s’éloigne de ceux qui sont susceptibles d’être ses alliés, elle se fera un jour cramer par ces mêmes prédateurs rusés qui l’inondent déjà de sanctions depuis 2014. MIRASTNEWS]

Rencontre avec mon homologue russe Nikolay Patrushev à Jérusalem aujourd’hui. Nos équipes et nous avons couvert l’Ukraine, le contrôle des armements, le Venezuela et d’autres questions. Dans l’attente de la réunion trilatérale historique de demain sur la sécurité régionale au Moyen-Orient avec notre homologue israélien Meir Ben-Shabbat. pic.twitter.com/ImO3vXXanr

– John Bolton (@AmbJohnBolton) le 24 juin 2019

Ils seront rejoints mardi par leur homologue israélien, Meir Ben-Shabbat, pour des discussions sur le Moyen-Orient. L’objectif de cette réunion sera de persuader la Russie de rejoindre les Etats-Unis d’Amérique et Israël « pour contrôler l’Iran », a rapporté lundi le Wall Street Journal.

Les responsables états-uniens et israéliens estiment que des désaccords importants ont surgi entre Téhéran et Moscou, et la Russie pourrait être prête à user de son influence à Damas pour persuader la Syrie de réduire la présence iranienne dans ce pays, maintenant que la guerre civile touche à sa fin.

Ironiquement, Patrushev fait partie d’un groupe de responsables russes que les États-Unis d’Amérique ont sanctionnés à la suite de l’annexion de la Crimée par Moscou en 2014, a noté le Journal.

Toujours lundi, le secrétaire d’État Mike Pompeo a effectué une visite imprévue en Arabie saoudite et dans les Émirats Arabes Unis, avant de se rendre en Inde.

Pompeo a visité le roi Salman et le prince héritier Mohammed bin Salman à Riyad, où il a discuté des récents attentats iraniens contre les navires du Golfe, ainsi que des projets états-uniens d’une force multinationale visant à assurer la sécurité du trafic maritime dans la région. Trump veut que les autres pays aident à partager le fardeau [de leur initiative unilatérale hors-la-loi internationale MIRASTNEWS]..

Pompeo s’est ensuite rendu aux EAU, où il a eu une discussion similaire avec le prince héritier d’Abou Dhabi, Mohammed bin Zayed Al Nahyan.

Pompeo a dénoncé l’attaque de dimanche par un drone des rebelles houthis du Yémen sur l’aéroport d’Abha, une installation civile située dans le sud-ouest de l’Arabie saoudite, qui a tué une personne et en a blessé plus de vingt.

« Le régime a passé des années à canaliser de l’argent, des armes et le soutien du Corps des gardiens de la révolution islamique vers les Houthis », [qui avaient besoin d’aides, étant donné que les assaillants étaient armés jusqu’aux dents de toutes sortes d’armes et munitions par des grandes puissances complices du massacre des civilsMIRASTNEWS] a déclaré Pompeo. « Avec chaque attaque menée par un mandataire iranien, le régime s’attaque à son bilan de quarante ans de propagation de la mort et du chaos dans la région et au-delà. » [Depuis 2003, en envahissant l’Irak, cette région est restée à feu et à sang faisant des millions de mortsMIRASTNEWS].

Pompeo a qualifié ses réunions en Arabie saoudite de «productives», affirmant que les États-Unis d’Amérique «poursuivront leur campagne de pression jusqu’à ce que l’Iran mette fin à son flot de violence et rencontre la diplomatie avec diplomatie».

De plus, Brian Hook, représentant spécial pour l’Iran et conseiller principal en matière de politique auprès du secrétaire d’État, effectue actuellement une tournée en Arabie saoudite, dans les Émirats Arabes Unis, au Koweït, à Oman et à Bahreïn. Il se rendra ensuite à Paris le 27 pour discuter de l’Iran avec ses homologues britannique, français et allemand avant le sommet du G20.

Traduction: MIRASTNEWS

Source: Kurdistan 24

1 Trackback / Pingback

  1. Ambassadeur d’Iran: les Etats-Unis d’Amérique ne respectent pas le droit international | Raimanet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :