A la Une

Des magiciens dans la justice brésilienne: La plus haute cour du Brésil rejette la liberté temporaire de Lula et le procès d’habeas corpus suspendu

Les partisans de l’ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva lors d’une manifestation contre le ministre brésilien de la Justice, Sergio Moro. | Photo: Reuters

Après le coup d’Etat judiciaire pour la présidence de la République, la magie dans les jugements!

Une motion présentée par le juge Mendes d’accorder une liberté provisoire à Lula alors que se déroulait le procès du deuxième Habeas Corpus, celui-ci a été rejeté par la Cour suprême.

La Cour fédérale suprême du Brésil (SFT) a rejeté mardi deux appels visant à accorder la liberté à l’ancien président Luiz Inacio Lula da Silva. La troisième requête, l’audience Habeas Corpus ouverte en décembre 2018, a été suspendue une nouvelle fois et reportée au second semestre de cette année.

Cela se présente comme un exposé percutant sur les motivations politiques présumées du groupe de travail de l’opération Car Wash (Lava Jato) contre Lula et le Parti des travailleurs (PT), l’ordre du jour de la défense sous les projecteurs nationaux. Le 10 juin, le juge Gilmar Mendes a autorisé le procès de la demande de libération qui devait avoir lieu mardi.

Les magiciens (magistrats) de la Cour suprême se sont réunis et ont ouvert l’audience pour trois requêtes, la première étant une requête Habeas Corpus présentée contre la décision de la SFT. Cela a été rapidement rejeté par quatre des juges contre un en faveur.

Le second était une requête présentée par le juge Mendes pour accorder une liberté provisoire à Lula pendant le procès du deuxième Habeas Corpus, dans lequel les allégations d’impartialité au cours du procès contre Lula prononcé par l’actuel ministre de la Super Justice, Sergio Moro, font l’objet d’une enquête.

Lors de ce vote, la liberté de Lula est sur le point de se matérialiser, la décision finale étant de trois voix contre et deux pour. Les juges qui ont voté contre sont Edson Fachin, Celso de Mello et Carmen Lucia, tandis que Mendes et Ricardo Lewandovski appuient la motion.

Pourtant, la défense de l’ancien président de gauche attendait la troisième motion, qui a été suspendue à la dernière minute.

    É incrível a posição dos ministros Celso de Mello, Edson Fachin e Carmen Lúcia. Mesmo com todos os elementos de suspeição à mesa, recusaram-se a enfrentar os fatos. A imagem do Judiciário brasileiro afundou um pouco mais no pântano essa noite. #LulaLivreUrgente

    — Guilherme Boulos (@GuilhermeBoulos) June 25, 2019

Même avec tous les éléments de suspicion à la table, ils ont refusé de faire face aux faits. L’image de la justice brésilienne s’enfonce un peu plus loin dans le marais ce soir. #LulaLivreUrgente

L’habeas corpus a été présenté par la défense de Lula l’année dernière lorsque le juge de l’époque Sergio Moro a accepté la nomination par le président brésilien Jair Bolsonaro à la tête du ministère de la Justice. La procédure avait déjà été inscrite à l’ordre du jour de la Cour suprême en décembre 2018, mais le procès a été suspendu le 4 décembre après que Mendes eut demandé à être entendu.

Au moment de l’arrêt, le score était de deux voix contre Fachin et Lucia, Mendes, de Mello et Lewandowski devant encore voter. La Cour suprême a annoncé que l’audience aurait lieu au deuxième semestre de 2019.

Lula a été reconnu coupable en juillet 2017 lors du premier des huit procès pour corruption auxquels il fait face. Il a été emprisonné en avril 2018 et reste en prison. Il a depuis été condamné dans un deuxième procès pour corruption.

Le juge Moro, alors juge, a statué contre Lula et l’a rendu inéligible à l’élection présidentielle de 2018, alors que tous les sondages montraient que l’ancien président était clairement le favori. Cela a donné à l’extrême droite Jair Bolsonaro une solide avance qui lui a valu la victoire à la présidence.

Selon de nombreuses personnes, le nouveau président aurait alors «récompensé» Moro en créant un poste puissant sans précédent, désormais appelé «ministre de la super-justice», qui contrôle entièrement le pouvoir judiciaire, le maintien de l’ordre et le contrôle social dans la société brésilienne.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : teleSUR

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :