A la Une

La Russie s’engage à renforcer l’armée vénézuélienne et à lutter contre les tentatives de déstabilisation

© AFP 2019 / FEDERICO PARRA

La situation au Venezuela est tendue depuis le mois de janvier après l’éclatement de manifestations antigouvernementales, alimentées par l’auto-proclamation du chef de l’opposition Juan Guaido au poste de président par intérim du pays.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, a déclaré aux journalistes vendredi que Moscou était déterminée à contrer toute tentative interne ou externe de déstabilisation de la situation au Venezuela. Le responsable a souligné que les Etats-Unis d’Amérique continuaient à concevoir des moyens de déstabiliser davantage la situation dans le pays. Cependant, il a noté que leurs efforts échouaient à cause du soutien public aux autorités légitimement élues.

Ryabkov a également souligné que Moscou continuerait à renforcer le potentiel des forces armées vénézuéliennes.

« Nous allons certainement prendre des mesures dans le cadre des accords existants, ce qui contribuera à renforcer le potentiel des forces armées de ce pays », a déclaré aux journalistes Ryabkov.

Ryabkov a souligné que l’accent sera mis sur l’équipement envoyé au Venezuela, écartant une nouvelle fois les spéculations selon lesquelles du personnel militaire russe serait déployé dans ce pays d’Amérique latine.

Le Venezuela est en proie à l’instabilité politique depuis janvier, lorsque le chef de l’opposition et président de l’Assemblée nationale soutenu par les États-Unis d’Amérique, Juan Guaido, s’est auto-proclamé président par intérim afin de remplacer le président en exercice, Nicolas Maduro.

Les États-Unis d’Amérique et leurs alliés, y compris un certain nombre de pays de l’UE, ont immédiatement reconnu Guaido, tandis que la Russie, la Chine, Cuba, la Bolivie et la Turquie, entre autres, ont exprimé leur soutien à Maduro en tant que seul président légitime du pays.

La Russie a souligné à plusieurs reprises que la présence d’experts militaires russes au Venezuela était tout à fait légitime. Les spécialistes sont dans le pays pour former des techniciens et s’occuper de la réparation et de la maintenance des systèmes d’armes, précédemment envoyés au Venezuela dans le cadre d’accords de coopération bilatéraux entre l’industrie de la défense et le secteur de la défense.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

L’ONU soutient-il le putschiste et anti-démocrate Guaido? – Venezuela : l’ONU dénonce l’«érosion» de l’Etat de droit

© Christian Hernandez Source: AFP
Michelle Bachelet.

La Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme a affirmé ce 5 juillet devant les Nations unies que «les principales institutions et l’Etat de droit au Venezuela ont été érodés».

«L’exercice de la liberté d’opinion, d’expression, d’association et de réunion, et du droit de participer à la vie publique, comporte un risque de représailles et de répression», a déclaré devant le Conseil des droits de l’homme Michelle Bachelet, lors de la présentation de son rapport sur le Venezuela, publié la veille.

«Notre rapport fait état d’attaques contre des opposants, réels ou supposés, et des défenseurs des droits humains, allant de menaces et de campagnes de diffamation à la détention arbitraire, à la torture et aux mauvais traitements, à la violence sexuelle, aux meurtres et aux disparitions forcées», a ajouté la responsable onusienne.

Michelle Bachelet a relevé que «la force excessive et meurtrière a été utilisée à plusieurs reprises contre les manifestants». La Haut-Commissaire a également fait état «d’un recours excessif à la force dans le cadre d’opérations de sécurité menées par les Forces d’action spéciales [FAES] avec de multiples meurtres, principalement de jeunes hommes». «Nombre d’entre elles peuvent constituer des exécutions extrajudiciaires», a-t-elle assuré.

Dans son rapport, Michelle Bachelet appelle Caracas à «dissoudre les FAES», un corps d’élite de la police nationale créé en 2017, et à «établir un mécanisme national impartial et indépendant, avec le soutien de la communauté internationale, pour enquêter sur les exécutions extrajudiciaires menées pendant les opérations de sécurité».

Le rapport indique qu’en 2018, 5 287 personnes ont été tuées dans des cas relevant de la «résistance à l’autorité», selon le gouvernement, au cours de ces opérations de sécurité. Entre le 1er janvier et le 19 mai de cette année, 1 569 autres personnes ont été tuées, toujours selon Caracas.

Le Venezuela traverse depuis des mois une profonde crise politique, avec la lutte entre le président Nicolas Maduro et l’opposant Juan Guaido, qui s’est proclamé président par intérim et a été reconnu comme tel par une cinquantaine de pays, dont les Etats-Unis.

Lire aussi : Venezuela : Caracas annonce une enquête après la mort en détention d’un soldat

Source: RT France

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :