A la Une

Les dirigeants africains lancent un accord de libre-échange «historique»

Le président nigérian Muhammadu Buhari signe un accord commercial historique avec l’Afrique lors du sommet de l’UA à Niamey

Les nations africaines ont officiellement lancé dimanche un accord commercial historique lors du sommet de l’Union africaine au Niger, cet accord tant attendu étant salué comme une étape historique vers « la paix et la prospérité » sur tout le continent.

Après 17 années de négociations difficiles, l’UA a lancé la « phase opérationnelle » de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF) ; AFCFTA en anglais) dans ce que le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki, avait qualifié de « moment historique ».

« Un vieux rêve se réalise, les pères fondateurs doivent être fiers », a déclaré Faki, ajoutant que l’AfCFTA créerait « la plus grande zone commerciale du monde ».

Le président du Niger, Mahamadou Issoufou, l’a qualifiée de « plus grand événement historique du continent africain depuis la création de l’Organisation de l’unité africaine en 1963 », faisant référence au prédécesseur de l’UA.

Les responsables de l’UA ont annoncé le lancement des cinq « instruments opérationnels » de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf ; AfCFTA en anglais).

Les pays sont convenus de partager « les règles d’origine, le suivi et l’élimination des obstacles non tarifaires, un système de paiement numérique unifié et un tableau de bord de l’observatoire du commerce en Afrique », a annoncé la commission de l’UA.

L’accord a été renforcé lorsque les présidents du Nigeria et du Bénin ont signé sous un tonnerre d’applaudissements dimanche matin lors du sommet de deux jours qui s’est tenu à Niamey, la capitale du Niger.

Avec le Nigeria et le Bénin à son bord, 54 des 55 pays membres de l’UA ont maintenant signé l’accord, et l’Érythrée a annoncé qu’elle envisageait de rejoindre le pacte.

AFP / ISSOUF SANOGO / Le Président du Niger, Mahamadou Issoufou, a salué cet accord comme « le plus grand événement historique du continent africain depuis la création de l’Organisation de l’unité africaine en 1963 ».

Quelque 4 500 délégués et invités – dont 32 chefs d’État et plus de 100 ministres – ont assisté au sommet de l’UA à Niamey, qui a été réaménagé et qui dispose d’un nouvel aéroport, de routes améliorées et de nouveaux hôtels.

– ‘Changeur de jeu pour l’Afrique’ –

L’accord a été officialisé à la fin du mois d’avril lorsqu’il a franchi le seuil de lancement, qui devait être ratifié par au moins 22 pays.

La zone sera opérationnelle à partir du 1er juillet 2020, donnant aux pays le temps de s’adapter aux changements convenus, a déclaré Issoufou.

La directrice du commerce du Malawi, Christina Chatima, a déclaré à l’AFP que cet accord commercial était un « changeur de jeu pour l’Afrique ».

« La plupart d’entre nous exportons avec l’Europe et les Etats-Unis d’Amérique. Il est temps que nous commencions à échanger davantage entre nous », a-t-elle déclaré.

AFP / ISSOUF SANOGO / L’accord commercial signé lors du sommet de l’Union africaine au Niger a pris des années à négocier

Cependant, malgré le lancement, il reste encore des problèmes clés à résoudre par les dirigeants.

Les dirigeants n’ont pas pu s’accorder sur des critères communs pour les règles d’origine dans certains secteurs.

« Aucun accord n’a encore été trouvé sur certaines de ces questions », a déclaré Chatima. « Sur les textiles, même le secteur automobile. Le secrétariat de l’UA est censé présenter des propositions sur la manière dont nous pouvons nous mettre d’accord », a-t-elle ajouté.

L’AfCFTA engage la majorité des pays à réduire de 90% leurs droits de douane d’ici cinq ans, réduisant ainsi les obstacles au commerce sur le continent.

Les pays figurant sur la liste des «pays les moins avancés» des Nations Unies auront 10 ans pour réduire les tarifs, tandis qu’un groupe de six pays – dont le Niger et le Malawi – aura au moins 15 ans, a déclaré Chatima.

Amaka Anku, analyste du groupe Eurasia pour l’Afrique, a qualifié cet accord d’étape positive, tout en précisant que la mise en œuvre de l’Accord est encore loin d’être lancée. On s’inquiète du nombre de nouvelles agences de régulation de l’accord commercial qui seraient financées.

L’UA estime que cet accord entraînera une augmentation de 60% du commerce intra-africain d’ici 2022.

À l’heure actuelle, les pays africains n’échangent que 16% environ de leurs biens et services, contre 65% avec les pays européens.

– La sécurité sur le continent –

La sécurité est également à l’ordre du jour du sommet, un problème qui touche plus particulièrement le Sahel.

L’hôte du Sommet, le Niger, fait face à des attaques constantes de groupes djihadistes.

Ses collègues membres du pacte de sécurité entre le G5 et le Sahel – Tchad, Mali, Burkina Faso et Mauritanie – chercheront un appui lors du sommet de l’UA pour faire pression en faveur du renforcement de la force de sécurité de l’ONU afin de faire face à la menace terroriste.

AFP / ISSOUF SANOGO / La sécurité à Niamey était serrée pour le sommet

Les pays espèrent activer le Chapitre VII de la Charte des Nations Unies, a déclaré à l’AFP une source de sécurité nigérienne. Ce chapitre permet au Conseil de sécurité des Nations Unies de déterminer une menace à la paix et de proposer des mesures, y compris un déploiement militaire, pour y faire face.

« Aucune prospérité, aucune intégration n’est possible sans paix », a déclaré Faki, qui a souligné l’importance d’un Fonds de la paix de l’UA lancé en 2018 pour financer les activités de sécurité et a appelé les États membres à tenir leurs promesses financières.

Jusqu’ici, seuls 116 millions de dollars ont été reçus pour le fonds envisagé de 400 millions de dollars.

Les dirigeants sont également prêts à discuter de l’intensification de la coopération en matière de renseignement et de la crise mondiale des migrations.

[L’Afrique centrale en retard pourrait-elle également adopter la monnaie Afro pour compléter la monnaie ECO Ouest-africaine ? – JDDM – MIRASTNEWS].

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : AFP

L’Afrique lance un accord de libre-échange historique avec 55 pays

© REUTERS / Tiksa Negeri

Les intérêts divergents ont été un sujet de préoccupation tout au long du processus de négociation pour la nouvelle zone de libre-échange continentale africaine. Différentes économies ont soulevé diverses plaintes, notamment la désapprobation du Nigeria concernant une possible inondation de son économie avec des produits bon marché, tandis que les fabricants sud-africains soutiennent avec enthousiasme le mouvement.

Un accord de libre-échange historique supprimant la plupart des barrières commerciales et des tarifs douaniers a été conclu entre 55 pays africains dimanche à Niamey, capitale du Niger, selon Euronews.

Quatre ans de discussions entre 55 États africains ont abouti en mars, y compris l’inclusion de dernière minute du Bénin et du Nigeria, en vue de l’établissement de la Zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA), le plus grand bloc commercial à être organisé depuis la formation en 1994 de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Les signataires de l’AfCFTA aspirent à faire progresser le développement économique de l’Afrique en promouvant le libre-échange intra-continental et en assouplissant les restrictions sur les routes commerciales régionales ainsi que sur les mouvements de main-d’œuvre et de capitaux.

Le nouveau bloc économique, bien qu’il soit l’un des nombreux arrangements commerciaux existants sur le continent, s’engage à réduire les droits de douane de 90% et a déclaré que son objectif principal était l’exportation de matières premières et le développement de la fabrication nationale comme moyen de stimuler les investissements étrangers. .

En mai, le Fonds monétaire international (FMI) a qualifié la zone de marché de «changeur de jeu économique», proche des niveaux de développement en Europe et en Amérique du Nord.

L’inclusion du Bénin dans l’accord a été annoncée par le Commissaire au commerce et à l’industrie de l’Union africaine.

Le Nigeria a déclaré qu’il avait rejoint le bloc lors du dernier sommet de deux jours, au cours duquel les questions de migration et de sécurité seraient abordées.

«Le Nigeria est la plus grande économie d’Afrique et le pays le plus peuplé. Sans le Nigeria, la zone de libre-échange aurait été handicapée», a déclaré le président du Niger, Mahamadou Issoufou.

Lors de la cérémonie d’ouverture, le président égyptien et président de l’Union africaine, le général Abdel Fattah al-Sisi, a déclaré: « Les yeux du monde sont tournés vers l’Afrique », tout en notant que le nouveau bloc commercial renforcerait la position de négociation de l’Afrique sur la scène internationale.

Le commerce dans les limites du nouvel accord débutera en juillet 2020, laissant ainsi aux États et aux entreprises signataires le temps de s’adapter au réseau et de se préparer aux fonctions d’un marché émergent.

[L’Afrique centrale en retard pourrait-elle également adopter la monnaie Afro pour compléter l’ECO Ouest-africain ?MIRASTNEWS].

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :