A la Une

France : l’armée s’entraîne à abattre des S-300 – E-Press du 8 juillet 2019

Malgre leurs divergeances, Paris et Londres visent à développer le successeur des missiles SCALP.©Opex 360

Au sommaire:

1-Syrie : Qui veut piéger l’Allemagne?

Le désir de Washington de remplacer partiellement ses troupes en Syrie par des soldats de la Bundeswehr montre que les États-Unis cherchent à partager la responsabilité de l’échec de leur politique au Proche-Orient avec l’Union européenne, estime un député russe.

La récente déclaration des États-Unis évoquant leur désir de remplacer partiellement les militaires américains en Syrie par des soldats allemands «témoigne de la panique et du désarroi de Washington», a indiqué à Sputnik, Adalbi Chkhagochev membre de la commission de la Douma (chambre basse du parlement russe) pour la sécurité et la lutte contre la corruption.

«Washington voit l’échec de sa politique non seulement en Syrie mais de manière générale au Proche-Orient. Les États-Unis s’en rendent compte et cherchent, au minimum, à partager avec d’autres acteurs sur la scène internationale leur responsabilité pour la Syrie», a-t-il déclaré.

Pour lui, Donald Trump veut «partager la responsabilité pour l’échec en Syrie avec l’Union européenne dans son ensemble».

Source : Sputnik

2-France : l’armée de l’aire s’entraîne à abattre les S-300

Les Livres blancs sur la Défense et la sécurité nationale [LBDSN] publiés en 2008 et en 2013, comme la Revue stratégique de 2017, insistent sur l’importance pour les forces françaises d’avoir la capacité d’entrée en premier, c’est à dire de pouvoir pénétrer les espaces contestés. Ce qui suppose de disposer de capacités SEAD (suppression des défenses aériennes ennemies performantes).

« La liberté d’action dans la troisième dimension est un préalable à toutes nos opérations militaires. Il ne faut jamais l’oublier. Il s’agit là d’un enjeu majeur selon moi qui doit alimenter les réflexions de l’avenir de notre système de combat aérien », avait ainsi affirmé le général André Lanata, l’ex-chef d’état-major de l’armée de l’Air, lors d’une audition parlementaire.

Et son successeur, le général Philippe Lavigne, ne dit pas autre chose…

Source : OPex 360

3-Nucléaire : Paris, Londres et Berlin veulent une nouvelle réunion avec Téhéran

Le 7 juillet, Téhéran a annoncé qu’à partir de ce jour, l’enrichissement de son uranium dépassera les 3,67%, fixés par l’accord de Vienne.

Les responsables iraniens qui ont donné une conférence de presse, ont également déclaré que Téhéran continuera à réduire ses engagements d’ici un autre délai de 60 jours si les signataires du pacte ne le protègent pas des sanctions américaines.

Les pays de l’Union européenne qui ont signé l’accord sur le nucléaire iranien et le Plan global d’action commun, à savoir l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni, sont en train de discuter une nouvelle réunion afin d’évoquer la situation entourant cet accord, selon la chaîne Al-Arabiya.

Source : Sputnik

4-L’ambassadeur britannique à Washington considère l’administration Trump « inepte »

L’administration de Donald Trump est « inepte » et « unique dans son dysfonctionnement », estime l’ambassadeur britannique aux États-Unis, Kim Darroch, selon des câbles diplomatiques qui ont fuité, publiés par le Mail on Sunday.

Le diplomate aurait ainsi affirmé que la présidence Trump était susceptible de « s’écraser en flammes » et de « s’achever dans la disgrâce », dans ses mémos et rapports transmis à Londres, selon l’hebdomadaire.

« Nous ne pensons pas vraiment que cette administration va devenir substantiellement plus normale, moins dysfonctionnelle, moins imprévisible, moins divisée, moins maladroite et inepte diplomatiquement », écrit ainsi Kim Darroch dans un de ses messages, selon le Mail on Sunday.

Le président américain est « instable » et « incompétent », a encore estimé le diplomate de 65 ans.

Kim Darroch est l’un des diplomates les plus expérimentés en poste à Washington, où il est arrivé en janvier 2016, avant la victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine.

Source : Tv5 Monde

Source: Press TV

Les États-Unis commencent un jeu particulièrement dangereux à Idlib qui implique l’Allemagne

Des dizaines de terroristes ont été tués ou blessés lors des attaques de l’armée syrienne dans les banlieues de Hama et d’Idlib. ©Sputnik

La plupart des terroristes du Parti al-Turkistani qui ont été éliminés par l’armée syrienne lors de l’offensive de Hama sont d’origine chinoise. S’il est vrai que le président turc a promis à son homologue chinois de respecter l’intégrité territoriale chinoise laissant entendre qu’il n’agirait plus contre la province de Xinjiang, il est aussi vrai que ses efforts se sont surtout concentrés à établir un couloir dans les deux sens entre cette grande province de l’ouest chinois d’une part et Idlib de l’autre. Sur l’ordre des alliés américains et britanniques d’Ankara, ce couloir sert à conduire les ouïgours chinois dans l’enfer d’Idlib et à faire d’eux des chaires à canon en lieu et place des soldats turcs. C’est ingénieux et surtout trop retorse comme méthode à l’endroit d’un peuple que la Turquie d’Erdogan dit avoir dans son coeur. Mais ce faisant Ankara et à travers lui, les États-Unis, poussent à un renforcement des liens entre Pékin et Damas. D’ors et déjà, la Russie mène ses frappes les plus intenses contre les rassemblements des terroristes étrangers.  

Ces derniers ont attaqué la semaine dernière la banlieue du nord-ouest du gouvernorat de Hama dont ils ont perdu le contrôle dans la foulée de l’avancée fulgurante des forces syriennes.

L’armée syrienne a ainsi repoussé une attaque des terroristes qui tentaient de s’emparer de nouveau du village d’al-Hamamiyat et du sous-district de Kafr Zita situé dans le district de Mahardah, dans le nord-ouest de Hama. C’est une localité clé dans les prochaines phases des opérations pour la libération d’Idlib.

Selon une source de l’armée syrienne, déployée dans le nord-ouest de Hama, la plupart de ces terroristes tués lors de l’offensive contre al-Hamamiyat et de Kafr Houd étaient membres du Parti al-Turkistani. Ce groupe terroriste, dont les membres sont pour la plupart d’origine chinoise font front à l’armée syrienne et aux forces russes qu’ils honnissent le plus. Ce sont ces mêmes terroristes qui se disent solidaires des qaïdistes de l’Asie centrale et du Caucase et qui ont promis de participer à la guerre anti-russe, une fois  » la Syrie libérée ».

Auparavant, les terroristes avaient été déployés à Kabani, ville située au sommet d’une montagne du nord-est du gouvernorat de Lattaquié. Et c’est de là qu’ils lançaient des attaques au drone contre la base aérienne russe à Hmeimim. Ledit groupe contrôle toujours plusieurs zones à l’intérieur de Lattaquié et d’Idlib mais l’armée syrienne s’étant concentrée sur Idlib et Hama, le conflit s’est ralenti sur ce front.

Dépôt d’armes des terroristes détruits à Hama

À Hama, l’armée syrienne avance sur fond de découverte d’énormes stocks d’armes, fournies par les Américains et les Otaniens et Israël aux terroristes. Elle vient de détruire un dépôt d’armes et de munitions appartenant aux terroristes dans le nord-ouest de Hama.

L’armée syrienne a lancé il y a quelques jours  une attaque d’envergure contre le nord-ouest du gouvernorat de Hama et y a détruit un stock d’armes appartenant aux terroristes. C’est dire à quel point est intense le trafic d’armes à destination du nord est et ouest de la Syrie où les Etats-Unis possèdent 26 bases et où ils s’apprêtent à éterniser leur présence. Or cette présence, c’est à l’Allemagne qu’ils demandent en faire les frais. Et ce non sans raison : « Au rythme où vont les combats au nord de la Syrie, la Chine n’aura d’autres choix que de s’y investir d’une manière ou d’une autre. Chaque mois de nouveaux groupes de terroristes débarquent depuis la Chine à Idlib via les frontières turques. L’appel lancé par les États-Unis à l’adresse de l’Allemagne n’est pas anodin. Il s’agit pour Washington de mettre l’Allemagne en face de l’armée syrienne mais aussi de la Russie et de la Chine. Le désir de Washington de remplacer partiellement ses troupes en Syrie par des soldats de la Bundeswehr a été interprété comme une tentative des États-Unis visant à partager la responsabilité de l’échec de leur politique au Proche-Orient avec l’Union européenne, comme disent certaines sources russes. mais à mon avis il y a plus que cela : une confrontation militaire imposée à l’Allemagne permettrait aux Américains de couper l’élan eurasiatique de Berlin et de geler à terme de nombreux projets de coopération dont ceux ayant trait à l’énergie, a estimé un expert joint par Presstv.

Source: Press TV

1 Trackback / Pingback

  1. France : l’armée s’entraîne à abattre des S-300 – E-Press du 8 juillet 2019 – MIRASTNEWS – Histoire militaire du Moyen-Orient

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :