A la Une

Par crainte d’une riposte iranienne, les « pirates britanniques » évitent le golfe Persique

Une photo d’archives du pétrolier British Heritage qui a jeté l’ancre au large des côtes saoudiennes.

« Un pétrolier de BP a jeté l’ancre au large des côtes saoudiennes par crainte d’éventuelles attaques iraniennes », a écrit ce lundi 8 juillet le journal Al-Jazeera citant Bloomberg.

Quatre jours après la saisie illégale, par les Marines britanniques, de « Grace-1 », transportant du pétrole iranien dans le détroit de Gibraltar, le pétrolier British Heritage vient de s’arrêter au large des côtes saoudiennes, craignant les représailles de l’Iran, écrit le site web de la chaîne Al-Jazeera.

Le pétrolier britannique a ainsi évité de s’orienter vers le détroit d’Hormuz, par crainte de ce que la chaîne Al-Jazeera a appelé « un éventuel arraisonnement par l’Iran ».

Les forces de la marine britannique ont saisi illégitimement la semaine dernière un pétrolier battant pavillon panaméen dans le détroit de Gibraltar, sous prétexte qu’il transportait du pétrole iranien à destination de la Syrie ; ce que les responsables iraniens ont démenti.

Depuis le début du conflit l’opposant aux terroristes soutenus par l’axe israélo-arabo-occidental, la Syrie fait l’objet de sanctions illégitimes imposées par l’Union européenne.

Al-Jazeera a ajouté que le pétrolier Brtitish Heritage, capable de transporter environ un million de barils de brut, se dirigeait vers le terminal pétrolier de Bassora, au sud de l’Irak, lorsqu’il a fait demi-tour, le 6 juillet. Il se trouve maintenant au large des côtes saoudiennes et il paraît que le BP craint d’être une cible, au cas où l’Iran chercherait à passer à l’acte, en représailles à la saisie par les Royal Marines du pétrolier Grace-1.

Le navire, immatriculé l’île de Man et battant pavillon britannique, avait été affrété par Royal Dutch Shell Plc pour transporter du pétrole brut vers le nord-ouest de l’Europe, ajoutent des sources bien informées qui indiquent que l’embarquement a été pour l’instant annulé.

Le British Heritage ne pourra pas sortir du détroit d’Hormuz, itinéraire par lequel s’effectue environ un tiers des transports maritimes du pétrole au monde, sans passer près des côtes iraniennes, ajoute Al-Jazeera.

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Abbas Araqtchi, a déclaré dimanche qu’il considérait la saisie du pétrolier Grace-1 comme un acte de piraterie et le secrétaire du Conseil du discernement du bien de l’ordre islamique, Mohsen Rezaï, a menacé de saisir un pétrolier britannique en représailles. Le ministre iranien de la Défense, le général Hatami a lui aussi affirmé aujourd’hui que le pays ne saurait tolérer davantage cet acte de piraterie auquel il fallait mettre un terme le plus rapidement possible.

Source: Press TV

Prolongation de la saisie du Grace 1 : Téhéran avertit que sa réaction pourrait être lourde de conséquences !

Un pétrolier battant pavillon panaméen qui transportait du pétrole iranien a été intercepté par la marine britannique à Gibraltar, le jeudi 4 juillet 2019. ©AFP

Le Royaume-Uni a illégalement intercepté dans le détroit de Gibraltar, le pétrolier Grace 1 transportant du pétrole iranien et la Cour suprême de ce territoire britannique a décidé de prolonger de deux semaines la confiscation du super-tanker. Aussi, les autorités iraniennes haussent le ton contre Londres et convoquent pour la 3ème fois, l’ambassadeur britannique en poste à Téhéran.

Et cette troisième réunion avec l’ambassadeur britannique, Rob Macaire vient de se dérouler dans les locaux du ministère iranien des Affaires étrangères. Il avait été convoqué une 1ère fois le jour de l’interception du Grace 1, le 4 juillet. La deuxième réunion a eu lieu le samedi 6 et la diplomatie iranienne a condamné avec détermination la démarche provocatrice et illégale de Londres tout en signalant à Macaire que cela pourrait être lourd de conséquences.

Lors de la rencontre avec M. Macaire au ministère, le directeur du bureau de l’Europe de l’ouest a estimé inacceptable l’interception du tanker et a appelé Londres à la libération immédiate du bâtiment qui a été intercepté sur ordre donné par Washington d’après les dernières informations. Rappelant que le pétrolier croisait dans les eaux internationales, Téhéran a qualifié l’action de la marine britannique de piraterie en soulignant que la Grande-Bretagne n’avait aucune légitimité pour imposer de telles sanctions que ça soit de sa part ou de celle de l’UE. Le haut diplomate iranien a par ailleurs remis à l’ambassadeur britannique les documents prouvant que la cargaison et la voie empruntée par le pétrolier Grace 1 n’avaient rien de contraire à l’ordre et à la sécurité internationales.

M. Moussavi a souligné aussi que la République islamique d’Iran utiliserait toutes ses capacités politiques et légales pour obtenir la libération du pétrolier.

L’ambassadeur britannique a de son côté déclaré qu’il allait transmettre le message à Londres. Et à ses dires, Londres ne se soumet pas aux sanctions unilatérales des États-Unis contre l’Iran.

La marine britannique a intercepté le pétrolier Grace 1 et la Cour suprême du petit territoire de Gibraltar a ensuite émis un verdict pour prolonger de deux semaines la saisie du bâtiment. Les instances internationales ont quasi-unanimement reconnu l’aspect illégal de la saisie. Ce qui rend encore injustifiable la récente action anti-iranienne du gouvernement britannique, c’est l’assaut armé des Marines britanniques contre le tanker, chargé de transporter le pétrole d’un pays à un autre.

Le chef du pouvoir judiciaire iranien, Ayatollah Seyyed Ibrahim Raïssi, a rappelé à juste titre que personne n’avait protesté du temps où Daech pillait les pétroles irakien et syrien en passant par ce même détroit et sous les yeux de ceux qui se posent en défenseurs des résolutions et règles internationales.

« L’Angleterre et la plupart des pays européens qui sont conscients des potentiels de la RII, doivent mettre fin à la saisie illégale du pétrolier sans quoi ils ne seront pas épargnés des conséquences de leur acte illégal et de la violation des accords internationaux », a indiqué l’Ayatollah Raïssi.

Source: Press TV

1 Trackback / Pingback

  1. Par crainte d’une riposte iranienne, les « pirates britanniques » évitent le golfe Persique | Boycott

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :