A la Une

Royaume-Uni: L’Iran va payer le prix d’une « plus grande présence militaire occidentale au large de ses côtes » après la saisie d’un pétrolier

Plus tôt, après la détention vendredi d’un tanker sous pavillon britannique par les Gardiens de la révolution, les médias britanniques ont annoncé que la Royal Navy renforcerait sa présence militaire dans le golfe Persique avec le déploiement de marines et d’un sous-marin à propulsion nucléaire.

© AP Photo / Ben Sutton

Le Royaume-Uni cherchera à « mettre sur pied une mission de protection maritime dirigée par l’Europe pour soutenir le passage en toute sécurité des équipages et des marchandises dans le golfe Persique », a annoncé le secrétaire aux Affaires étrangères, Jeremy Hunt.

« Nous avons eu des discussions constructives avec un certain nombre de pays au cours des dernières 48 heures, et nous discuterons plus tard cette semaine du meilleur moyen de compléter cela avec les récentes propositions des Etats-Unis d’Amérique dans ce domaine », a déclaré Hunt dans une déclaration à la Chambre des représentants des Communes sur les mesures supplémentaires que le Royaume-Uni envisage de prendre pour obtenir la libération d’un pétrolier battant pavillon britannique qui a été saisi par l’Iran la semaine dernière. [Remarquez que la GB ne parle pas de du ‘piratage’ du superpétrolier iranien par ses forces militaires navales en complicité avec les EUAMIRASTNEWS]

Selon Hunt, la nouvelle force militaire serait « axée sur la libre navigation » et « ne ferait pas partie de la politique de pression maximale des États-Unis d’Amérique sur l’Iran, car nous restons déterminés à préserver l’accord nucléaire iranien ». [Mais vient œuvrer pour punir l’Iran de défendre ses droits légitimes reconnus sur le plan international – MIRASTNEWS].

Le Royaume-Uni va mettre en place cette « mission de protection maritime » « le plus rapidement possible », a indiqué le ministre des Affaires étrangères, tout en prenant d’autres mesures de sécurité pour assurer le passage en toute sécurité de ses navires dans le golfe Persique.

Hunt a nié toute comparaison entre la saisie par l’Iran du pétrolier Stena Impero vendredi et la prise de contrôle par Royal Navy d’un pétrolier battant pavillon panaméen transportant du pétrole iranien dans le détroit de Gibraltar le 4 juillet.

« L’Iran a tenté de présenter ce fait comme un incident flagrant à la suite de l’action du gouvernement de Gibraltar du 4 juillet visant à appliquer les sanctions de l’UE en empêchant le pétrolier iranien Grace 1 de fournir du pétrole à la Syrie, mais il n’y a tout simplement aucune comparaison possible Entre la saisie illégale par l’Iran d’un navire dans une voie de navigation reconnue, où le Stena Impero avait parfaitement le droit de l’être, et l’application de sanctions de l’UE à l’encontre d’un pétrolier qui avait librement navigué dans les eaux d’un territoire britannique d’outre-mer », a déclaré Hunt.

Selon le ministre des Affaires étrangères, la décision « illégale » de l’Iran d’obstruer le Stena Impero et de monter à bord du navire était « un acte de piraterie d’État que la Chambre n’hésitera pas à condamner ».

« Si l’Iran continue sur cette voie dangereuse, il doit accepter que le prix sera une présence militaire occidentale plus importante dans les eaux le long de ses côtes; pas parce que nous voulons augmenter les tensions, mais simplement parce que la liberté de navigation est un principe que la Grande-Bretagne et ses alliés sera toujours défendre », a conclu Hunt.

© REUTERS / Agence de presse Fars / WANA
Un membre des Gardiens de la révolution islamique à bord du Stena Impero, un navire battant pavillon britannique appartenant à Stena Bulk, dans le port de Bandar Abbas, en Iran, le 21 juillet 2019. Photo prise le 21 juillet 2019

Le Corps des gardiens de la révolution islamique de l’Iran a arrêté le pétrolier Stena Impero après l’avoir accusé d’avoir éteint son équipement de positionnement, ignorant les appels de détresse d’un bateau de pêche iranien et de l’avoir percuté tout en ignorant les avertissements répétés de l’Iran concernant son comportement dangereux.

Le HMS Montrose, une frégate britannique chargée de la garde des navires battant pavillon britannique et traversant la zone, a été dépêché pour arrêter la saisie du pétrolier, mais est arrivé trop tard, selon la partie britannique. Cependant, un porte-parole du CGRI a affirmé que le navire de la Royal Navy avait bien essayé d’empêcher les commandos de la marine iranienne de monter à bord du navire-citerne, notamment en faisant voler des hélicoptères dans la région, sans succès.

Plus tôt lundi, le secrétaire d’État des Etats-Unis d’Amérique, Mike Pompeo, avait semblé rompre avec ses alliés britanniques, affirmant que le Royaume-Uni était « tenu » de protéger ses propres navires dans le golfe Persique. Le Royaume-Uni et ses alliés européens et asiatiques ont exprimé des hésitations face aux propositions antérieures des États-Unis d’Amérique visant à établir une coalition «volontaire» dans le Golfe afin de protéger les navires de commerce et de les protéger contre d’éventuelles attaques.

Avant la saisie du pétrolier vendredi, c’était la partie iranienne qui condamnait le Royaume-Uni le 4 juillet dernier, pour avoir arrêté un pétrolier iranien chargé de pétrole iranien au large des côtes de Gibraltar. L’Iran a qualifié cette décision d’« acte de piraterie » et a démenti les affirmations de Londres selon lesquelles le navire se dirigeait vers la Syrie. L’Espagne a promis de lancer sa propre enquête sur l’incident du 4 juillet, considérant que les eaux au large de Gibraltar sont du territoire espagnol.

© REUTERS / Ministère britannique de la défense
Le supertanker Grace 1, soupçonné de transporter du pétrole iranien en Syrie, est aperçu dans les eaux du territoire britannique d’outre-mer de Gibraltar, revendiqué de longue date par l’Espagne, 4 juillet 2019

Le Dr Alam Saleh, conférencier en politique du Moyen-Orient à l’Université de Lancaster, a déclaré que Londres était dans une position difficile face aux récents actes de l’Iran dans le golfe Persique, le Royaume-Uni n’ayant « que très peu » de véritables options pour faire face à la crise.

« Le Royaume-Uni n’est plus un acteur puissant et influent dans la région, en particulier après le Brexit. De plus, la Première ministre Theresa May quitte bientôt ses fonctions, ce qui met Londres dans une situation plus chaotique pour faire face au problème. La Grande-Bretagne manque de ressources navales et de budget de défense pour permettre une confrontation coûteuse contre l’Iran dans la région du golfe Persique », a déclaré Saleh.

Selon le professeur, la « guerre des pétroliers » anglo-iranienne est en réalité « plutôt une guerre politique, conçue par Washington, pour impliquer le Royaume-Uni dans la guerre économique / politique menée par les États-Unis d’Amérique contre l’Iran. Ceci est d’autant plus important que l’administration de Trump a gagné très peu de soutien international, voire inexistant, dans sa guerre politico-économique contre l’Iran. Il est nécessaire d’avoir la participation du Royaume-Uni, comme avec la guerre en Irak de 2003, et il semblerait que Washington entraîne à nouveau Londres dans la vague de la récente crise du golfe Persique. »

En fin de compte, le Dr Saleh a exhorté Londres à « tirer les leçons du passé » et à se rendre compte que le président Trump n’est « pas un ami fiable », estimant que le Royaume-Uni pourrait bénéficier d’une alliance stratégique avec l’Europe même après le Brexit, au lieu de « s’impliquer dans le programme bilatéral et égoïste du Moyen-Orient de Trump ».

[Et si la Russie, la Chine et même l’Inde oubliaient une seule seconde les stratégies égoïstes des intérêts étatiques libérales en empêchant que cela ne survienne par tous les moyens, que se passera-t-il ? Rien, et le vrai droit international commencera à être rétabli. MIRASTNEWS].

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :