A la Une

Le FMI abaisse la croissance mondiale et met en garde sur une « précarité » pour 2020

WASHINGTON – Les tensions commerciales mondiales, l’incertitude persistante et les perspectives grandissantes d’un Brexit sapent la vigueur de l’économie mondiale, qui doit faire face à une « année précaire », a averti mardi le Fonds monétaire international.

Gita Gopinath, conseillère économique et directrice du département de la recherche au Fonds monétaire international (FMI), prend la parole lors d’une conférence de presse à Santiago mardi. | REUTERS

Les conflits commerciaux sapent les investissements et affaiblissent le secteur manufacturier, et le FMI a exhorté les pays à éviter d’utiliser les droits de douane pour résoudre leurs différends.

Dans sa mise à jour trimestrielle des Perspectives de l’économie mondiale, le FMI a abaissé la prévision mondiale publiée en avril de 0,1 point de pourcentage cette année et l’année suivante, la croissance devant atteindre 3,2% en 2019 et 3,5% en 2020.

Mais le rapport a sonné l’alarme, disant que les choses pourraient facilement mal tourner.

« La croissance mondiale est lente et précaire, mais elle ne doit pas nécessairement en être ainsi, car elle est auto-infligée en partie », a déclaré à la presse Gita Gopinath, économiste en chef du FMI.

«Le dynamisme de l’économie mondiale est freiné par une incertitude politique persistante alors que les tensions commerciales continuent de s’intensifier malgré la récente trêve commerciale américano-chinoise… et que les perspectives d’un Brexit sans-compromis se sont multipliées», a-t-elle déclaré.

Gopinath a averti que la reprise de l’année prochaine « est précaire » car « près de 70% de l’augmentation repose sur une amélioration de la croissance dans les économies émergentes et en développement en crise et est donc soumise à une grande incertitude ».

Toutefois, les Etats-Unis d’Amérique, qui sont au centre de la plupart des tensions commerciales, ont enregistré l’une des rares améliorations dans le rapport, car ils ont bénéficié à court terme d’une forte croissance économique au début de l’année.

Le FMI a relevé la prévision de PIB des États-Unis d’Amérique de trois dixièmes de point de pourcentage, à 2,6% en 2019, mais l’affaiblissement de la demande, en partie à cause des conflits commerciaux et des droits de douane, laisse présager un «ralentissement de la dynamique sur le reste de l’année».

La croissance économique des États-Unis d’Amérique devrait ralentir pour atteindre 1,9% en 2020.

La Chine, principale cible des mesures commerciales prises par les États-Unis d’Amérique, connaissait déjà un ralentissement. Mais « les effets négatifs de la hausse des tarifs et de l’affaiblissement de la demande extérieure ont accru la pression », indique le rapport. Un ralentissement soudain en Chine est un risque majeur pour l’économie mondiale.

Le rapport a déclassé la croissance chinoise d’un dixième de point cette année et l’année suivante, à 6,2% et 6,0%.

LIRE AUSSI:

Le FMI, la BAD et autres institutions internationales travaillent-ils pour le bien du Congo ou participent-ils à la vampirisation des ressources du pays ?

Le FMI a averti qu’il existait une abondance de «déclencheurs potentiels» permettant à la situation de devenir rapidement négative, notamment la possibilité de majorer les tarifs des États-Unis d’Amérique sur la Chine ou sur les véhicules européens, ainsi que d’un Brexit sans accord et d’un niveau d’endettement élevé dans de nombreux pays.

« Alors que les tensions se sont apaisées en juin, des accords durables visant à résoudre les différends restent sujets à des négociations potentiellement longues et difficiles », indique le rapport.

Gopinath a répété le calcul du FMI montrant que l’effet combiné des droits de douane imposés l’année dernière et des droits de douane potentiels menacés en mai entre les États-Unis d’Amérique et la Chine pourrait réduire le PIB mondial en 2020 de 0,5%.

Les dernières prévisions étaient encore une fois pleines de rétrogradations, avec de petites révisions à la baisse pour l’Allemagne et le Japon, mais des réductions beaucoup plus importantes pour le Brésil, le Mexique, la Russie, l’Inde et l’Afrique du Sud, pays qui ont été le moteur de la croissance mondiale à la suite de la crise financière de 2008.

Le FMI a de nouveau souligné que la résolution de l’incertitude demeurait le problème le plus urgent pour l’économie mondiale et a déclaré que les gouvernements devraient éviter les «erreurs politiques» qui pourraient avoir «un effet extrêmement invalidant sur le sentiment, la croissance et la création d’emplois».

Et « les pays ne devraient pas utiliser les droits de douane pour cibler les balances commerciales bilatérales », indique le rapport, tout en reconnaissant que « les différends commerciaux peuvent être le symptôme d’une frustration accrue face aux lacunes du système commercial multilatéral fondé sur des règles ».

Le président Donald Trump et le dirigeant chinois Xi Jinping ont convenu en juin d’une trêve dans leurs hostilités commerciales. De hauts responsables de Washington et de Pékin ont passé deux appels téléphoniques ces dernières semaines, mais aucune réunion en personne n’a encore été programmée.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : the japan times

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :