A la Une

Quel est le mécanisme de défense TIAR que Guaido veut renvoyer au Venezuela

Pour que la réintégration soit valide, la mesure doit être signée par le président légitime du Venezuela, qui reste Nicolas Maduro.

Mardi, l’Assemblée nationale (AN) du Venezuela, dirigée par l’opposition, a approuvé la réintégration du pays sud-américain dans le Traité interaméricain d’assistance réciproque (TIAR).

L’approbation a été donnée lors d’une session donnée par des parlementaires de rue dirigés par le député et président de l’AN, Juan Guaido, juste après six mois de son auto-proclamation en tant que « mandant en charge » du Venezuela.

Centro de Comunicación Nacional

@Presidencia_VE

ATENCIÓN | @AsambleaVE aprueba en segunda discusión la Ley de Reincorporación al Tratado Interamericano de Asistencia Recíproca (TIAR) tras moción de urgencia solicitada por el Presidente (E) @jguaido

« Approuvé à l’unanimité par tous les présents. Il est sanctionné de la sorte », a déclaré Guaido, ajoutant: « Le TIAR n’est pas magique, ce n’est pas un bouton sur lequel nous appuierons et tout sera résolu demain. Nous avons atteint ce stade pour tout ce que nous avons construit pendant des années. »

Le TIAR est un traité signé à Rio de Janeiro (Brésil) en septembre 1947 pour la défense mutuelle interaméricaine. À l’article 3, par exemple, il est indiqué que les parties signataires « conviennent qu’une attaque armée par un État contre un État américain sera considérée comme une attaque contre tous les États américains » et, par conséquent, « ces parties contractantes s’engagent à contribuer à faire face à l’attaque, dans l’exercice du droit immanent de légitime défense individuelle ou collective reconnu à l’article 51 de la Charte des Nations Unies. »

Guaido a déclaré que la mesure prise mardi permettra au Venezuela d’établir des « alliances internationales » pour « protéger et défendre le peuple et la souveraineté du Venezuela ».

En mai dernier, lors de la première discussion à ce sujet au sein de l’AN, le député de l’opposition a déclaré que le retour à TIAR avait pour objectif de maintenir le plan visant à renverser le président Nicolas Maduro dans « tous les espaces ».

Quelle légalité a l’approbation?

La discussion sur la réintégration du TIAR est un débat lancé par l’opposition vénézuélienne il y a quelques mois. Le pays a cessé de faire partie du traité en 2012, lorsque Caracas a dénoncé le pacte, aux côtés de l’Équateur, de la Bolivie, de Cuba et du Nicaragua.

En outre, cet instrument a été signé dans le cadre de l’Organisation des États américains (OEA), à partir de laquelle le Venezuela a officialisé son départ le 27 avril.

L’approbation de revenir à la TIAR, qui a eu lieu mardi, présente un autre inconvénient, car elle a été approuvée par l’AN, qui est un outrage à la justice depuis 2016, de sorte que ses actes ne sont pas valables.

Si les décisions de l’AN avaient une légitimité, il y aurait toujours une autre étape, à savoir l’approbation de l’exécutif de Maduro et sa publication respective au Journal officiel du pays, comme l’a expliqué l’avocate vénézuélienne Ana Cristina Bracho.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :