A la Une

Les Pays-Bas ont rejeté les données du détective allemand MH17 après qu’il eut voulu les rendre publiques – Lettre

Auparavant, Moscou avait demandé à l’équipe dirigée par les Pays-Bas enquêtant sur la destruction en juillet 2014 du vol MH17 de Malaysia Airlines sur l’est de l’Ukraine de se concentrer sur une analyse impartiale des données disponibles. Le Premier ministre malaisien a qualifié les dernières revendications de l’équipe, de chasse aux sorcières à motivation politique contre la Russie.

© REUTERS / Michael Kooren

Les enquêteurs néerlandais ont refusé d’accepter de nouveaux éléments potentiellement révolutionnaires dans l’affaire MH17 de l’enquêteur privé allemand Josef Resch, et n’ont pas rendu compte de ses informations dans leur présentation du mois dernier, a déclaré Resch.

Selon l’enquêteur, son dossier avait été rejeté par l’équipe d’enquête commune (EIT), dirigée par les Pays-Bas, après qu’il eut demandé à le rendre public.

Resch a déclaré que ses documents comprenaient de nouvelles informations importantes, notamment des enregistrements audio du trafic aérien dans la région le jour de l’incident, des enregistrements des communications de militaires ukrainiens, des enregistrements relatifs au vol du président russe Vladimir Poutine du Brésil à Moscou le jour de l’incident, les enregistrements personnels de pilotes sur l’incident et autres preuves.

Aucune de ces informations n’a été utilisée dans la présentation de JIT en juin, qui réitère des affirmations antérieures selon lesquelles le MH17 aurait été « abattu par un missile Buk de fabrication russe », a déclaré l’enquêteur.

« Notre sécurité la plus élevée possible, si elle peut être garantie du tout, peut être assurée par une déclaration publique, ainsi que par la divulgation d’informations à l’EJC et au procureur », a insisté Resch, précisant qu’il souhaite voir une divulgation publique de ses informations par crainte pour sa vie après avoir reçu de multiples menaces de mort pour ses recherches.

L’enquêteur a déclaré qu’il était prêt à révéler le nom de sa source aux enquêteurs de JIT et à leur fournir d’autres informations importantes, notamment des documents secrets présumés précédemment détruits, contenant les notes de hauts responsables et d’hommes politiques non nommés, et des agents de renseignement, ainsi que des « documents supplémentaires » dont il a déclaré qu’il ne pouvait pas parler du contenu pour des raisons de sécurité.

L’équipe commune d’enquête n’a pas encore répondu à Resch, alors que les procureurs néerlandais lui ont écrit pour lui dire que son offre serait « prise en compte », mais que sa demande de divulgation de l’information était « très inhabituelle » et capable de « détériorer » l’enquête. Les procureurs lui ont conseillé de faire appel aux procureurs allemands.

Dans la lettre, vue par Sputnik, les procureurs néerlandais ont déclaré à Resch qu’il pouvait envoyer ses documents à l’EIT via un formulaire en ligne spécial.

Resch enquête sur la catastrophe MH17 depuis 2014 en sa qualité d’enquêteur privé.

L’Affaire MH17

Le vol MH17 de Malaysia Airlines a été abattu le 17 juillet 2014 alors qu’il effectuait un vol civil entre Amsterdam et Kuala Lumpur au-dessus d’une région de l’est de l’Ukraine, en raison du coup d’État perpétré à Maïdan à Kiev en février de cette année. Les 298 passagers et membres d’équipage à bord de l’avion, pour la plupart des ressortissants néerlandais, ont été tués.

L’armée ukrainienne et les autorités des républiques autoproclamées du Donbass se sont mutuellement blâmées pour cette tragédie, des milices de l’est de l’Ukraine affirmant qu’elles n’avaient pas accès à des types de missiles anti-aériens susceptibles de faire tomber un avion de ligne, ou le personnel chargé de les exploiter, tandis que Kiev, les États-Unis d’Amérique et plusieurs puissances européennes se sont précipités pour blâmer la Russie, avant même qu’une enquête officielle puisse être lancée.

Les Pays-Bas ont mis en place une équipe commune d’enquête pour enquêter sur l’affaire MH17, mais ont refusé de permettre à la Russie de s’y joindre malgré les offres répétées d’assistance de Moscou. JIT a conclu que l’avion de ligne avait été abattu par un missile Buk, supposé provenir d’un lanceur appartenant à une brigade de missiles anti-aériens russes habituellement stationnée à Koursk, près de la frontière ukrainienne, mais a refusé de fournir des preuves concrètes corroborant ses affirmations.

La Russie a mené sa propre enquête et a conclu que le MH17 avait été détruit par une version plus ancienne du missile Buk fabriqué en 1986 et mis en service par l’Ukraine. La Russie avait supprimé ses stocks de missile dans le cadre d’un programme de modernisation militaire des années 2000. L’enquête menée par la Russie comprenait de nombreuses études de preuves médico-légales, ainsi que la déclassification sans précédent d’informations secrètes sur du matériel militaire avancé et une expérience complexe menée par le groupe de défense Almaz-Antey, le fabricant du Buk, pour déterminer qui avait abattu l’avion.

Le mois dernier, à la suite de la publication des dernières déclarations de l’Équipe commune d’enquête, qui mentionnaient la mise en cause de trois ressortissants russes et d’un ressortissant ukrainien, Moscou a rejeté les accusations et a de nouveau appelé à une enquête impartiale. Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que Moscou ne pourrait reconnaître les résultats d’une enquête que si elle pouvait y participer. De même, le Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad a rejeté les affirmations de JIT, affirmant que Kuala Lumpur était « très mécontente » de l’enquête, « parce que dès le début, il s’agissait d’un problème politique quant à la manière d’accuser la Russie d’actes répréhensibles ».

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :