A la Une

Syrie: Ankara veut armer les réfugiés syriens et les envoyer combattre en Syrie

Les terroristes de l’ASL soutenus par la Turquie, le Qatar et la France. Photo prise le 28 octobre 2017. ©AA

Étrange prise de position qu’est celle de Melih Gökçek, ex-maire d’Ankara et allié du président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a appelé à armer les jeunes déplacés syriens et à baliser le terrain à leur retour « armée en Syrie. Ses déclarations ont déclenché une polémique. En effet, alors que Damas et Moscou cherchent à rapatrier les réfugiés syriens pour les activer dans les projets de reconstruction en Syrie, Ankara veut les armer et les envoyer combattre les kurdes de Syrie voire l’armée syrienne! Certains analystes affirment que l’objectif de la Turquie consiste surtout à « repeupler » la zone tampon qu’elle cherche à créer à l’aide des Américains dans le nord de la Syrie.    

« Les jeunes syriens seront renvoyés dans leur pays après avoir suivi des entraînements dans des bases à l’intérieur de la Turquie » a écrit Melih Gökçek dans un tweet.

L’ancien maire d’Ankara estime que la Turquie devrait adopter une nouvelle politique à l’égard des déplacés syriens: les hommes et les femmes âgés de plus de 35 ans et les enfants devraient rester en Turquie, les jeunes de moins de 35 ans être formés dans des bases militaires et envoyés en Syrie pour participer à la guerre.

Lire plus: Une agression militaire turque déstabilisa de nouveau la Syrie

« Les jeunes syriens éparpillés en Turquie doivent être envoyés dans des bases d’entraînement situées dans le territoire turc, puis dans les zones de conflit en Syrie. Tous les jeunes syriens de moins de 35 ans qui dérogent à ce plan seront immédiatement expédier dans leur pays », a-t-il déclaré.

Après 23 ans à la tête de la mairie d’Ankara, Melih Gökçek a démissionné en 2017 de ses fonctions sur « ordre » du président Recep Tayyip Erdogan qui cherche à renouveler les rangs du parti au pouvoir (AKP) en amont des élections de 2019

La Turquie fait partie des principaux protecteurs des groupes terroristes combattant le gouvernement de Damas. En 2011, elle a interrompu ses relations avec Damas et depuis 2018 tente de créer dans le nord syrien un groupe terroriste baptisé le Front national de libération affilié à l’ASL (Armée syrienne libre) qui compte actuellement environ 30 000 hommes.

Depuis le début de la crise en 2011, la Turquie a accueilli environ 3 500 000 déplacés syriens.

Source: Press TV

Les USA et Ieurs alliés dans le bourbier syrien

À peine quelques heures après l’échec de sa récente mission de soudoyer les tribus de Deir ez-Zor, la coalition américaine a bombardé un village dans la banlieue sud de Deir ez-Zor dans l’Est syrien.

Selon l’agence de presse Mehr News qui se réfère au journal Al-Ahed, plusieurs civils syriens ont été tués ou blessés dans le bombardement d’un village dans la banlieue sud de Deir ez-Zor par les avions de chasse de la soi-disant coalition de lutte anti-Daech dirigée par les États-Unis.

De plus amples informations sur le bilan exact des victimes de ce nouveau crime barbare de la coalition américaine en Syrie se font toujours attendre.

Arnaud Develay et André Chamy, tous deux juristes internationales, s’expriment sur le sujet.

Source: Press TV

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :