A la Une

L’Inde déjoue une tentative d’infiltration par une équipe militaire pakistanaise et élimine les effectifs réguliers – Rapports

© AP Photo / Channi Anand

Plus tôt dans la journée, l’armée pakistanaise a accusé l’armée indienne d’avoir pilonné des civils avec des « armes à sous-munitions », cette dernière démentant farouchement les accusations.

L’armée indienne a déclaré qu’elle avait empêché une prétendue équipe d’influence du Pakistan d’infiltrer le secteur de Keran, a rapporté l’agence de l’ANI, citant des sources. Selon l’armée indienne, cinq à sept soldats pakistanais auraient été éliminés et leurs corps reposeraient sur la ligne de contrôle, l’armée n’ayant pas été en mesure de les récupérer en raison des tirs nourris des 35 dernières heures. .

ANI

@ANI

Indian Army: Calibre escalation does take place during such ceasefire violations. Each side aims to ensure it’s moral ascendancy & domination over Line of Control. However, Indian Army ensures that targets are only military and the terrorists who are supported by Pakistan Army.

Les deux pays ont récemment lancé des tirs nourris le long de la ligne de contrôle (Loc), une frontière militaire séparant les parties sous contrôle indien et pakistanais de la région du Cachemire, une zone contestée par les deux pays.

Le Pakistan accuse l’Inde d’utiliser des bombes à fragmentation

Les ambassadeurs de Russie, de Chine, de France et du Royaume-Uni ont été informés par le secrétaire pakistanais des Affaires étrangères, Sohail Mehmood, de l’utilisation de bombes à fragmentation par l’Inde à la CdC sur la population civile, a rapporté le ministère pakistanais des Affaires étrangères.

Le 3 août, l’armée pakistanaise a montré des images de prétendus morceaux de bombes à fragmentation qui, selon eux, auraient été utilisés contre des civils par l’armée indienne.

L’armée indienne a nié les accusations et a fait état d’éventuelles attaques de militants prétendument soutenus par l’armée pakistanaise lors d’un important pèlerinage hindou au Cachemire.

Les tensions entre les deux pays se sont accrues au cours des derniers mois depuis que le Pakistan a fermé son espace aérien vers l’Inde le 27 février. La décision a été prise après l’attaque meurtrière d’un convoi de sécurité indien au Cachemire le 14 février, qui a fait plus de 40 morts. L’attaque aurait par la suite été revendiquée par le groupe terroriste basé au Pakistan Jaish-e-Mohammed.

À la suite de l’incident, l’Inde a accusé le Pakistan d’être derrière l’attaque et de soutenir les terroristes, dont le chef est basé au Pakistan. Islamabad a rejeté toutes les accusations.

En réponse à l’attaque, l’armée de l’air indienne a mené des frappes aériennes contre ce qu’elle prétendait être un camp de Jaish-e-Mohammed dans la partie pakistanaise de la région contestée du Cachemire. L’armée pakistanaise a ensuite abattu deux avions militaires indiens qui avaient franchi la ligne de contrôle séparant les parties indienne et pakistanaise du Cachemire.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :