A la Une

Nissan et Renault envisagent une restructuration pour la fusion de Fiat: rapport

Image d’archives

Le logo du constructeur automobile italien Fiat apparaît sur le volant lorsqu’une femme conduit sa voiture à Bordeaux, en France, en janvier 2017. | REUTERS

NEW YORK – Nissan Motor Co. et Renault SA envisagent de modifier leur partenariat afin de relancer les négociations sur la fusion avec le constructeur états-unien Fiat Chrysler Automobiles NV, ont rapporté vendredi les médias états-uniens.

Les négociations pour un rapprochement entre Renault et Fiat Chrysler (FCA) se sont soldées par un échec en juin, le président de Renault accusant le gouvernement français d’avoir bloqué le vote sur cet accord qui aurait bouleversé l’industrie automobile et créé le troisième constructeur automobile mondial.

Le gouvernement français a nié ces accusations, tandis que Nissan a qualifié sa relation avec Renault d’inégalitaire et a déclaré que le constructeur français l’avait laissée dans le noir quant à ses projets de fusion avec FCA.

Citant des courriels et des sources proches des entreprises, le Wall Street Journal a annoncé que Nissan demandait maintenant à Renault de réduire de 43% sa participation dans le constructeur japonais.

Nissan contrôle 15% et ne détient aucun droit de vote dans Renault, qui appartient également au gouvernement français.

Une relation rééquilibrée contribuerait à atténuer certaines des tensions entre les deux constructeurs et à dissiper la réticence de Nissan à soutenir la fusion avec FCA, a déclaré le journal.

Un projet d’accord sur la restructuration de la relation pourrait intervenir dès septembre, a rapporté le journal, citant un courriel de juillet.

Tout accord nécessiterait l’approbation de l’État français, qui détient 15% du capital de Renault.

Cette approbation n’est pas acquise: le président français, Emmanuel Macron, a déclaré fin juin qu’il n’envisagerait aucun changement dans la structure des deux sociétés.

Le même mois, les actionnaires de Nissan ont approuvé une refonte visant à renforcer la gouvernance du constructeur après l’arrestation de l’ancien patron Carlos Ghosn, évincé, qui avait été arrêté pour plusieurs chefs d’inconduite financière.

Nissan a refusé de commenter. Renault n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Si cet article vous a plu, partagez-le avec vos amis!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : the japan times

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :