A la Une

Huawei teste un mobile avec son propre système d’exploitation

Image d’archives

Image illustrative / Thomas Peter / Reuters

L’innovation est essentielle pour le fabricant chinois après la menace de Google de couper l’accès à ses produits, y compris Android.

Huawei, le géant chinois des télécommunications, teste un mobile intelligent équipé de son propre système d’exploitation, Hongmeng, qui pourrait être publié d’ici la fin de l’année, a rapporté le média d’Etat chinois Global Times.

Ce nouvel appareil constituerait une étape importante pour la société, deuxième fabricant mondial de smartphones, qui est menacée d’avoir accès au système d’exploitation de Google, Android.

Le nouveau téléphone coûtera environ 2 000 yuans (288 dollars), ont rapporté les médias chinois citant des sources non identifiées.

Huawei n’a pas répondu à une demande de commentaire de l’agence Reuters.

Bien que Hongmeng ait été largement décrit dans de nombreux médias comme une alternative potentielle au système Android de Google et à l’iOS d’Apple, la vice-présidente de Huawei, Catherine Chen, a annoncé le mois dernier à une table ronde à Bruxelles (Belgique) que Le Hongmeng n’est pas conçu pour les smartphones et ce système, qualifié de « très sûr », n’aura qu’un usage industriel.

La société a également annoncé le mois dernier que les premiers appareils équipés de Hongmeng seraient les téléviseurs intelligents de la marque Honor.

La semaine dernière, le président de Huawei, Liang Hua, a déclaré que sa société préférait utiliser Android sur leurs appareils mobiles et faisait référence à Hongmeng comme faisant partie de la « stratégie à long terme » de Huawei.

Début juillet, Ren Zhengfei, fondateur et président de Huawei, a révélé que Hongmeng avait été conçu pour être appliqué à une variété de périphériques, notamment des commutateurs de réseau, des routeurs et des centres de données. Il a également affirmé qu’il « est probable » que le système d’exploitation est meilleur que ceux de Google et d’Apple.

  • Huawei subit une confrontation avec Washington, qui l’accuse d’espionnage pour Pékin à travers ses appareils, ce que la société nie.
  • En mai dernier, le département du commerce des Etats-Unis d’Amérique a inclus le fabricant chinois dans sa liste noire commerciale, ce qui empêche les fournisseurs états-uniens de négocier avec la société.
  • Presque simultanément, Google a annoncé la suspension de son activité commune et cessera de fournir un support technique et une collaboration pour les services Android et Google de ce fabricant.
  • À la suite de sa rencontre avec le président chinois Xi Jinping, dans le cadre du sommet du G20 tenu au Japon à la fin du mois dernier, Donald Trump a assoupli sa position sur Huawei et a déclaré qu’il autoriserait la vente de composants des Etats-Unis d’Amérique.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :