A la Une

«Actualités» sur Facebook: un pas audacieux vers un contrôle total de la réalité?

Image d’archives

© Global Look / Alex Edelman

Le plan de Facebook visant à rattacher les principaux débouchés privés d’argent liquide aux paiements de licences semble être une tentative de détourner le contrôle narratif en route vers la domination totale de l’infosphère – l’espace ultime de sécurité, à la Zuckerberg.

Plus des deux tiers des adultes des Etats-Unis d’Amérique obtiennent leurs informations sur les médias sociaux en même temps que plus de la moitié s’attendent à ce qu’elles soient « largement inexactes ». Peut-être pressentant une opportunité commerciale, Facebook a décidé de gérer cette consommation d’informations, offrant apparemment aux médias grand public des millions de dollars par an pour octroyer une licence à leur contenu afin de le présenter avec autorité aux utilisateurs, sous le nom de « Facebook News » – ayant depuis longtemps cessé de faire confiance aux utilisateurs pour partager des nouvelles entre eux.

Mais faire confiance à Facebook pour diffuser les nouvelles, c’est comme faire confiance à un guépard pour garder vos gazelles – tout ce qui reste à la fin sera probablement une pile d’os. L’année dernière, le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a averti les médias mainstream que s’ils ne réalisaient pas son plan de « revitalisation du journalisme », ils seraient laissés mourir « comme dans un hospice ».

Une offre qu’ils ne peuvent pas refuser? Facebook offre des millions de dollars d’informations aux médias grand public

Suspendre quelques millions de dollars devant les organes de presse après les avoir privés de l’argent publicitaire sur lequel ils vivaient autrefois, n’est que la dernière étape du processus de consolidation et de contrôle qui a commencé lorsque Facebook a retiré l’actualité de son fil d’actualité afin de gérer le récit dans la perspective des élections de 2016. Un geste censé « favoriser les amis et la famille plutôt que les éditeurs », mais plonger les médias traditionnels et surtout les médias alternatifs dans l’oubli financier, les obligeant à récupérer le trafic perdu car leur place dans les flux des abonnés était prise par des vidéos de chats et des instantanés familiaux.

Les médias alternatifs ont été davantage marginalisés après que Zuckerberg ait signé un accord avec le Conseil de l’Atlantique – les responsables narratifs de l’OTAN dont le conseil d’administration est peuplé de certains des plus célèbres fauteurs de guerre de l’histoire récente – qui sont venus créer la plate-forme juste après l’échec de l’élection de 2016 Hillary Clinton. Le groupe veillerait à ce que Facebook joue un « rôle positif » dans la démocratie à l’avenir, a promis un communiqué de presse. Six mois plus tard, des centaines de pages politiques populaires avaient été purgées pour avoir gêné la version de « démocratie » du Conseil de l’Atlantique. Plusieurs autres purges ont suivi, de nombreuses pages ont été vaincues pour des opinions « favorables aux intérêts nationaux de l’Iran » ou pour des sujets « anti-saoudiens, anti-israéliens et pro-palestiniens ».

N’entendez rien … © Reuters / Peter Nicholls

Zuckerberg n’a jamais caché son désir de voir Facebook devenir un permis de conduire sur Internet, et il a sans aucun doute regardé avec joie le gouvernement du président français Emmanuel Macron demander aux citoyens de remettre leurs véritables papiers d’identité afin de s’inscrire sur Facebook. Cette plate-forme a été la première à adopter une « politique du nom authentique », agaçante pour les agences de renseignement, irritant les activistes politiques, les artistes interprètes ou exécutants et autres personnes préférant que leurs activités sur les réseaux sociaux ne les suivent pas dans la vie réelle.

Facebook qualifie les utilisateurs d’agents de « haine » basés sur des « signaux » et des interactions hors plate-forme – rapport

Les défenseurs de la vie privée s’arment contre les projets récemment révélés du FBI de surveiller les plateformes de médias sociaux en temps réel. Combinée à la décision récemment divulguée du FBI de qualifier tous les « théoriciens du complot » d’extrémistes nationaux potentiellement dangereux, cela ressemble énormément à une logique fabriquée pour espionner la majorité de la population des Etats-Unis d’Amérique. Pourtant, Facebook transmet les données des utilisateurs au gouvernement depuis plus de dix ans. Elle a rejoint le programme PRISM de la NSA en 2009, fournissant à l’agence sa propre porte dérobée permettant de récupérer les données que d’autres ont dû se pirater. Ce n’est pas que cela ait été très difficile: Facebook a admis l’année dernière que les données sur « la plupart » de ses utilisateurs avaient été compromises à un moment donné par des « acteurs malveillants ».

La décision de Facebook d’embaucher l’un des co-auteurs de la notoire loi PATRIOT en tant qu’avocate générale plus tôt cette année a été présentée comme une décision qui aiderait la société à « remplir sa mission ». Quel serait quoi, exactement?

En dépit de ses antécédents en matière de vie privée, les domaines de la réalité échappant au contrôle de Zuckerberg s’amenuisent rapidement. Avec le lancement de la pièce de monnaie  Libra de Facebook, le commerce tombe également dans l’ombre de cette figure menaçante et fade.

Un projet de loi des Etats-Unis d’Amérique cherche à empêcher les grandes technologies de prendre le contrôle de l’économie avec les crypto-monnaies privées

Lorsque Zuckerberg a été photographié en train de traverser l’Amérique centrale, il y a plusieurs années, beaucoup ont fait remarquer qu’il semblait se porter candidat à la présidence. À peu près au même moment, son annonce concernant la découverte de la religion – une vague, faite pour la télévision, un sentiment de bonne foi garanti de ne contrarier personne – avait également l’impression de faire campagne. Si l’histoire de Facebook – et de Zuckerberg – est un guide, il a de plus grandes choses à l’esprit pour Facebook News qu’un nouvel onglet sur l’interface utilisateur. Chaque campagne a besoin d’un bureau de presse, après tout …

Helen Buyniski

Helen Buyniski est une journaliste et commentatrice politique des Etats-Unis d’Amérique qui travaille chez RT depuis 2018.

Vous aimez cet article? Partagez-le avec un ami!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :