A la Une

Le FBI commence à s’en prendre aux citoyens des Etats-Unis d’Amérique qui assistent à une conférence sur l’Iran – Rapports

Image d’archives

CC0

Le FBI (Federal Bureau of Investigation) s’attaque aux citoyens des Etats-Unis d’Amérique qui ont déjà assisté ou prévoient d’assister à la conférence New Horizon (NHC) organisée par un expert des médias iraniens pour débattre des grands problèmes mondiaux.

Un ancien responsable du Pentagone basé en Virginie a déclaré que des agents du FBI avaient frappaient à sa porte à 6h30 du matin en mai, cité par Medium.com. Maloof s’était rendu à Mashhad, dans le nord-est de l’Iran, pour assister au NHC de l’année dernière et était l’un des invités à la prochaine conférence qui se tiendra dans la capitale libanaise, Beyrouth, en septembre. Les agents l’avaient toutefois averti des conséquences s’il décidait d’y assister.

En juillet, le FBI aurait envoyé des agents au domicile en Floride de Scott Rickard, ancien traducteur de l’US Air Force et de la NSA (Agence de sécurité nationale des États-Unis d’Amérique), qui avait déjà visité New Horizon, lui enjoignant également de ne pas participer à la conférence ou d’être arrêté.

Le bureau aurait également contacté l’ancien diplomate du Département d’Etat des Etats-Unis d’Amérique, J. Michael Springmann, l’invitant par téléphone à assister à une réunion et à répondre à quelques questions sur la conférence, mais il a rejeté la demande. Vernellia Randall, une universitaire africaine-américaine qui a écrit le livre « Mourir quand il est noir » et qui a assisté à la conférence à Téhéran en 2015, a également reçu la visite du FBI.

Hicks a déclaré que les techniques d’intimidation du FBI établissaient un « nouveau plancher » dans l’approche de ses relations avec Tel Aviv, où il a constamment soutenu le régime en dépit de ses nombreuses atrocités contre le peuple palestinien, le Liban et plus récemment la Syrie. Plus tard, Hicks a déclaré à Press TV que le FBI s’était présenté à sa porte et l’avait averti que New Horizon était détenu par ce qu’ils appelaient des «renseignements iraniens» sans aucune preuve.

Nader Talebzadeh, le célèbre intellectuel et journaliste iranien qui préside l’organisation New Horizon, a déposé une pétition auprès du Trésor, faisant appel de la décision.

« La conséquence de vos allégations très inexactes et incendiaires a eu pour effet de porter gravement atteinte à notre réputation, ce qui nous a coûté une perte importante en affaires et en amitiés de longue date », a-t-il écrit dans la pétition. de ces pensées.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :