A la Une

Arabie saoudite : Des drones ont détruit la moitié de ses réserves de pétrole

Les rebelles houthis du Yémen ont lancé samedi des attaques de drones sur la plus grande installation de traitement de pétrole au monde en Arabie saoudite et sur un important champ pétrolier, provoquant des incendies énormes et stoppant environ la moitié des approvisionnements du plus grand exportateur mondial de pétrole.

Ces attaques sont les dernières de nombreuses attaques de drones sur l’infrastructure pétrolière du royaume au cours des dernières semaines, mais elles sont de loin les plus dommageables.

Ils soulèvent des inquiétudes au sujet de l’approvisionnement mondial en pétrole et vont probablement aggraver les tensions dans le golfe Persique dans un contexte d’escalade de la crise entre les États-Unis d’Amérique et l’Iran au sujet de son accord nucléaire en souffrance avec les puissances mondiales.

Les attaques ont entraîné « la suspension temporaire des activités de production » des installations de traitement du pétrole d’Abqaiq et du gisement de Khurais, a déclaré le ministre de l’Énergie, Abdulaziz bin Salman, dans un communiqué publié par l’agence de presse saoudienne. Les incendies « ont été contrôlés », indique le communiqué, et aucun travailleur n’a été blessé.

Les incendies ont entraîné l’interruption d’environ 5,7 millions de barils d’approvisionnement en brut, selon le communiqué, selon lequel une partie de cette quantité serait compensée par des stocks. Selon le communiqué, Saudi Aramco, le géant pétrolier national, devrait fournir des informations à jour dans les prochaines 48 heures.

Les Houthis soutenus par l’Iran, qui occupent la capitale du Yémen, Sanaa, et d’autres territoires du pays le plus pauvre du monde arabe, ont pris la responsabilité des attaques dans la guerre contre une coalition saoudienne dirigée depuis 2015 pour rétablir le gouvernement yéménite, reconnu internationalement.

Les États-Unis d’Amérique ont accusé l’Iran, et le secrétaire d’État états-unien Mike Pompeo a tweeté « Il n’y a aucune preuve que ces attaques viennent du Yémen ». « L’Iran a lancé une attaque sans précédent sur l’approvisionnement énergétique mondial », a ajouté Pompeo [Quelle en est la preuve ? JDDM – MIRASTNEWS].

Dans une courte allocution diffusée par la chaîne de télévision par satellite Al-Masirah des Houthi, le porte-parole de l’armée, Yahia Sarie, a déclaré que les rebelles avaient lancé 10 drones après avoir reçu un « renseignement » de la part de ceux qui se trouvaient à l’intérieur du royaume. Il a averti que les attaques des rebelles ne pourraient qu’empirer si la guerre continuait.

« La seule option pour le gouvernement saoudien est de cesser de nous attaquer », a déclaré Sarie. Les rebelles houthis utilisent des drones au combat depuis le début de la guerre menée par les Saoudiens. Les premiers semblaient être des drones standards, de type hobby-kit. Plus tard, des versions presque identiques aux modèles iraniens sont apparues. L’Iran nie avoir fourni des armes aux Houthis, bien que l’ONU, l’Ouest et les pays arabes du Golfe disent que Téhéran en a fait ainsi.

Les enquêteurs de l’ONU ont déclaré que le nouveau drone UAV-X des Houthis aurait probablement une autonomie pouvant aller jusqu’à 1 500 kilomètres. Cela les met à la portée de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis.

Les premières nouvelles de l’assaut de samedi sont apparues dans des vidéos en ligne sur les incendies géants survenus à l’installation d’Abqaiq, à quelque 330 kilomètres au nord-est de Riyadh, la capitale saoudienne. Plusieurs coups de feu ont été tirés à la mitrailleuse lors du premier appel à la prière par les musulmans, suggérant aux forces de sécurité d’essayer de faire tomber les drones juste avant l’aube.

En plein jour, la télévision publique saoudienne a diffusé un segment avec son correspondant local près d’un poste de contrôle de la police, un épais panache de fumée visible derrière lui.

Le président Donald Trump a appelé le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman à apporter son soutien à la défense du royaume, a annoncé la Maison Blanche. Le prince héritier a assuré à Trump que l’Arabie saoudite était « désireuse et capable de faire face à cette agression terroriste », selon un communiqué de presse publié par l’ambassade saoudienne à Washington.

Saudi Aramco décrit son installation de traitement du pétrole Abqaiq à Buqyaq comme « la plus grande usine de stabilisation du pétrole brut au monde ». L’installation transforme le pétrole brut acide en brut doux, puis le transporte vers des points de transbordement dans le golfe Persique et la mer Rouge ou vers des raffineries pour la production locale. Les estimations suggèrent qu’il peut traiter jusqu’à 7 millions de barils de pétrole brut par jour. En comparaison, l’Arabie saoudite a produit 9,65 millions de barils de pétrole brut par jour en juillet.

« Il s’agit de l’une des plus grandes installations de traitement centrales au monde. Le conflit iranien va frapper le monde d’une nouvelle manière », a déclaré Kevin Book, directeur général de la recherche chez ClearView Energy Partners LLC.

On pense que le champ pétrolier de Khurais produit plus d’un million de barils de pétrole brut par jour. Elle aurait des réserves estimées à plus de 20 milliards de barils de pétrole, selon Aramco.

Il n’y a pas eu d’impact immédiat sur les prix mondiaux du pétrole, les marchés ayant été fermés pour le week-end. Le Brent de référence se négociait à un peu plus de 60 dollars le baril.

Alors que l’Arabie saoudite a pris des mesures pour se protéger et protéger son infrastructure pétrolière, les analystes avaient averti qu’Abqaiq restait vulnérable. Rapidan Energy Group, un groupe consultatif basé à Washington, a averti en mai que « une attaque réussie pourrait entraîner des perturbations de plusieurs mois de la majeure partie de la production saoudienne et de la quasi-totalité de la production en réserve ». Elle s’appelait Abqaiq, près de la ville de Dammam, dans l’est de l’Arabie saoudite, « la plus importante installation pétrolière au monde ».

Les rebelles ont lancé des drones dans les matrices radar des batteries de missiles Patriot d’Arabie saoudite, selon Conflict Armament Research, ce qui les a neutralisés et permis aux Houthis de lancer des missiles balistiques dans le royaume sans aucune remise en question. Les Houthis ont lancé des attaques de drones sur le pipeline Est-Ouest en Arabie saoudite en mai. En août, des drones Houthi ont frappé le champ pétrolifère Shaybah en Arabie saoudite.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Pioneer

Arabie : Aramco en fumée, la famille royale en feu !

Pour la première fois depuis que la défense d’Ansarallah a connu un tournant face à la guerre d’agression imposée au Yémen, une double opération impliquant 10 drones vient d’avoir lieu contre deux sites appartenant au géant pétrolier Aramco.

L’attaque a été de haute précision et reste l’une des plus grandes jamais conduites au cœur de l’Arabie saoudite. Habib Tawa, analyste politique s’exprime sur le sujet. Écoutons-le.

Source: Press TV

1 Comment on Arabie saoudite : Des drones ont détruit la moitié de ses réserves de pétrole

  1. Il parait que la trajectoire des Huthis a été occultée à dessein pour diaboliser une faction qui ne parle pas le langage du maitre.
    Il faut se souvenir qu’ils étaient les premiers à contester le régime de Abdellah Salah pour avoir autoriser aux drones américains de cibler les objectifs de leur choix; et depuis cette date, des affrontements sporadiques se sont déclarés au bord de la frontiére saoudienne laquelle dépéchait ses forces au motif de défendre sa souveraineté territoriale.
    Mais quand la révolution a éclaté dans les quatre coins du pays, un étrange phénoméne venait de se produire. Salah et la moitié des troupes qui lui sont restées fidéles ont fait coalition avec les Huthis.
    Ceux ci dans le désordre qui régnait ont pu conquérir facilement tout le pays de Sanaa jusqu’à Aden d’où ils ont délogé Abd Rabou Mansour Hadi qui s’est réfugié en Arabie Saoudite sans donner aprés aucune apparition solennelle.
    Les choses allaient se renverser plus tard par l’entrée officielle de la coalition dont elle n’en restait que deux participants: l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis. Avec leur armement sophistiqué et surtout par l’embrigadement de mercenaires tout bord, ils ont réussi à repousser les Huthis au nord sans les avoir vaincus.
    Une rudimentaire analyse nous permet d’avancer que les Huthis ne sont pas hais par le peuple ni celui du nord, ni celui du sud.
    Avec cette constatation, il ressort la prééminence du mouvement sur toute autre construction politique dont des intervenants extérieurs participaient amplement à son édification.
    Logiquement, M Abd Rabou Mansour Hadi doit admettre sa défaite et reconnaitre le mouvement Huthi comme étant une entité en mesure légalement de conduire le pays.
    Cette solution aurait évité tant de ruines et de souffrances endurées par la population civile.
    Mais les agendas ont une autre voie: « Nous reconstruirons tout ce que nous aurions détruits »

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :