A la Une

Les décisions de Trump renforcent les chances du déclenchement d’une guerre nucléaire

Capture d’écran d’une vidéo de simulation d’une guerre nucléaire entre les États-Unis et la Russie. ©The Independent

Selon une nouvelle simulation créée par des chercheurs, plus de 90 millions de personnes seraient tuées ou blessées dans une guerre nucléaire opposant les États-Unis à la Russie.

Un tel scénario est devenu « considérablement » plus plausible au cours des deux dernières années, car les deux pays ont cessé de soutenir les mesures destinées à contrôler les armements, selon une équipe de l’Université de Princeton.

La simulation, issue d’une étude réalisée dans le cadre du programme Science and Global Security (SGS) de Princeton, suggère que 34 millions de personnes seraient tuées et 57 millions blessées dans les premières heures d’une conflagration nucléaire totale – sans compter les personnes qui seraient atteintes de maladies.

La destruction mondiale inclurait l’incinération nucléaire de l’Europe, qui, selon les scientifiques de Princeton, pourrait être provoquée par l’escalade d’une guerre classique entre la Russie et l’OTAN.

Ils disent : « Dans l’espoir d’arrêter la progression de l’OTAN et des États-Unis, la Russie lance un tir d’alerte nucléaire depuis une base située près de la ville de Kaliningrad. L’OTAN réplique par une seule frappe aérienne nucléaire tactique. À mesure que le seuil nucléaire est franchi, les combats dégénèrent en guerre nucléaire tactique en Europe. La Russie envoie 300 ogives nucléaires par avion et par missiles à courte portée pour frapper les bases de l’OTAN et faire avancer les troupes. L’OTAN répondrait par environ 180 têtes nucléaires par avion ».

Après cela, des centaines d’autres frappes seraient menées par les deux côtés contre les forces nucléaires militaires.

Plus tard, Washington et Moscou viseraient tous deux des centres de population, avec jusqu’à 10 missiles par ville provenant de leurs arsenaux sous-marins restants.

La première explosion nucléaire simulée semble se produire juste en Pologne, près de Wroclaw et aux frontières avec l’Allemagne et la République tchèque.

The Independent a demandé à Princeton s’il existait d’autres scénarios modélisés, tels que celui dans lequel l’OTAN lancerait la première attaque nucléaire.

Zia Mian, physicien du programme SGS, a déclaré : « Ce scénario a été élaboré sur la base d’un conflit conventionnel américano-russe. Conformément à ce scénario, la Russie lancerait une frappe nucléaire de “désescalade” selon sa politique actuelle ».

« Le scénario a été élaboré avant que l’administration Trump n’annonce dans le cadre de la Nuclear Posture Review que les États-Unis envisagent de développer une arme nucléaire à faible rendement et d’élargir les conditions dans lesquelles ils pourraient utiliser les armes nucléaires. »

Sam Dudin, chercheur au Royal United Services Institute, a déclaré à The Independent que le scénario de SGS aurait peu de chance de se réaliser, car la politique américaine consistait depuis 1950 à éviter une guerre conventionnelle directe contre la Russie. « Moscou ne veut pas non plus de guerre contre l’OTAN », a-t-il déclaré.

La simulation de SGS intervient au moment où les physiciens de Princeton lancent un projet visant à convaincre leurs collègues scientifiques de la nécessité de réduire la menace posée par les armements nucléaires.

Au début de l’année, Vladimir Poutine a signé un projet de loi suspendant le rôle de la Russie dans un pacte nucléaire clé qui avait été signé avec les États-Unis, après que Donald Trump eut retiré Washington du traité.

Le Traité de 1987 sur les forces nucléaires à portée intermédiaire interdisait la production, les essais et le déploiement de missiles de croisière et balistiques basés à terre d’une portée de 310 à 3 410 milles.

Source: Press TV

Des chercheurs américains ont développé une simulation de guerre nucléaire entre les USA et la Russie

CC0 / United States Department of Energy / Nuclear weapon test Dakota (yield 1.1 Mt) on Enewetak Atoll.

Les scientifiques américains participant au projet Science and Global Security de l’université de Princeton ont mis au point une simulation d’un conflit armé avec l’usage de l’arme nucléaire entre les Etats-Unis et la Russie. D’après leur scénario, dans les premières heures, cela pourrait faire plus de 90 millions de morts et de blessés.

L’auteur de la simulation d’une guerre nucléaire, Alex Glaser, a publié sur YouTube et sur le site officiel du projet SGS une vidéo intitulée «Plan A».

D’après le scénario, le conflit nucléaire commence par l’usage d’armes conventionnelles, mais ensuite la Russie lance une frappe nucléaire préventive contre le territoire frontalier de l’Allemagne et de la Pologne pour contenir les forces américaines et otaniennes en Europe. Après quoi l’Otan riposte par une attaque nucléaire contre la région de Kaliningrad. Finalement, selon le scénario proposé, le conflit dégénère en guerre nucléaire tactique sur le territoire européen, puis s’étend jusqu’au territoire américain et russe.

«SGS a élaboré une simulation de l’éventuelle escalade des activités militaires entre les Etats-Unis et la Russie compte tenu des positions réalistes des forces nucléaires, des objectifs et de l’évaluation du nombre de morts. Selon les estimations, dans les premières heures du conflit, plus de 90 millions de personnes seront tuées et blessées», indique le site du projet.

Les auteurs de cette simulation notent que ce projet est «motivé par la nécessité de souligner les conséquences potentiellement catastrophiques des plans actuels de guerre nucléaire des Etats-Unis et de la Russie».

Plus tôt, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov a déclaré que les démarches irresponsables de l’administration de Donald Trump augmentaient les risques d’un conflit nucléaire, et que Moscou devait y réagir. Selon lui, les risques d’un tel conflit sont aujourd’hui plus élevés qu’avant.

Et de souligner que «ces jeux avec la possibilité d’utiliser l’arme nucléaire dans un conflit prennent une forme alarmante, pour ne pas dire menaçante».

Source: Sputnik News – France

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :