A la Une

Ce n’est plus un jeu ni une fiction – Des missiles hypersoniques russes Kinjal tirés depuis la mer de Barents – vidéo

Image d’archives

© Sputnik . Pavel Lvov

Lors d’exercices en mer de Barents, des navires du groupe arctique de la Flotte russe du Nord ont repoussé une attaque aérienne d’un ennemi conventionnel. Une vidéo de tirs de missiles a été publiée par le ministère russe de la Défense sur son compte YouTube, comprenant notamment des essais du tout nouveau missile hypersonique Kinjal.

La Défense russe a publié sur son compte YouTube une vidéo de tirs de missiles effectués par des navires du groupe arctique de la Flotte russe du Nord lors d’exercices dans la zone septentrionale de la mer de Barents, à proximité de l’archipel François-Joseph.

Au cours de ces exercices qui ont engagé le destroyer Vice-amiral Koulakov et les navires de débarquement Alexandre Otrakovski et Kondopoga, les équipages ont repoussé une attaque aérienne d’un ennemi conventionnel.

La Défense a signalé que les manœuvres s’étaient déroulées dans des conditions de forte tempête.

La vidéo montre des tirs de missiles mer-air et d’artillerie embarquée. Les équipages se sont entraînés à contrer des attaques venant d’altitudes différentes. Ils ont notamment utilisé des systèmes de missiles antiaériens Kinjal, ainsi que des pièces d’artillerie AK-100, AK-725 et AK-630.

Des systèmes de lutte électronique ont été également utilisés pour s’entraîner à faire face aux armes «ennemies» de haute précision.

Source: Sputnik News – France

National Interest évoque une nouvelle arme russe qui pourrait rendre inhabitable n’importe quel pays

© Photo. Sevmash

En cas de conflit atomique et de frappes sur la Russie pouvant anéantir ses forces nucléaires, Moscou possède des sous-marins de classe Boreï capables de réduire en cendres les villes de son adversaire, selon National Interest.

En cas de conflit atomique et de frappes sur la Russie pouvant anéantir ses forces nucléaires, Moscou possède des sous-marins de classe Boreï capables de réduire en cendres les villes de son adversaire, selon National Interest.

Les sous-marins russes de la classe Boreï ont pour objectif primordial de réduire à l’état de ruines les villes de l’adversaire, même si les autres forces nucléaires du pays sont anéanties lors de premières frappes, constate National Interest.

La revue signale que grâce à de nouveaux revêtements et à de nouveaux moteurs à propulsion nucléaire permettant de rester en plongée pendant des mois, les sous-marins de la classe Boreï sont devenus silencieux, ce qui les distingue de leurs prédécesseurs soviétiques.

«Le réacteur OKF-650B de 190 mégawatts du Boreï alimente un système de propulsion à pompe qui lui permet de rester exceptionnellement silencieux tout en naviguant à une vitesse proche de sa vitesse maximale sous-marine de 30 nœuds. Cela rend probablement le Boreï plus silencieux et capable de rester discret à des vitesses plus élevées que le sous-marin de classe Ohio», indique National Interest.

Plus encore, chacun des 16 missiles R-30 Boulava du sous-marin porte généralement six ogives nucléaires de 150 kilotonnes conçues pour se séparer afin de toucher des cibles distinctes.

«Cela signifie qu’un Boreï peut faire pleuvoir 72 têtes nucléaires dix fois plus destructrices que la bombe larguée sur Hiroshima sur des villes et des bases militaires situées à une distance de plus de 9.000 kilomètres», signale la revue.

Elle rappelle qu’à l’heure actuelle la Russie construit des sous-marins de nouvelle génération du projet 955A/Boreï A. Le bâtiment tête de série, le Prince Vladimir, a été lancé en 2017 et devrait être prochainement mis en service.

Selon National Interest, ces sous-marins sont plus maniables, possèdent une furtivité acoustique améliorée et sont dotés de systèmes de combat, d’observation et de communication modernisés.

Le média précise que le Boreï ne représente que la moitié de la future force de dissuasion nucléaire basée en mer de la marine russe. L’autre moitié proviendra d’une flotte unique de quatre sous-marins de la classe Khabarovsk portant chacun six torpilles Poséidon à propulsion nucléaire conçues pour faire exploser les villes côtières et les bases navales avec des ogives à rendement gigantesque.

Même si les autres forces nucléaires russes sont anéanties lors de premières frappes ennemies, la Russie possède de quoi réduire en poussières les villes de l’adversaire, résume la revue.

Source: Sputnik News – France

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :