A la Une

L’armée turque prend le contrôle de la ville frontalière syrienne de Ras al-Ayn – Rapport

© REUTERS / STRINGER

Ankara a annoncé en début de semaine que, depuis le début de l’opération Peace Spring, les forces turques avaient « neutralisé » 525 militants armés dans le nord de la Syrie.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS ; SDF en anglais) dirigées par les Kurdes ont quitté la ville de Ras al-Ayn, tandis que l’armée turque et des militants soutenus par Ankara ont pris le contrôle de la région, a rapporté dimanche le radiodiffuseur syrien Ikhbariya.

« Des groupes du FDS ont quitté la ville de Ras al-Ayn, alors que l’armée et les mercenaires du gouvernement turc l’ont saisie », a déclaré le diffuseur.

Les changements dans la région se produisent dans le contexte d’un cessez-le-feu de cinq jours négocié jeudi par la Turquie et les États-Unis d’Amérique.

Les militants du FDS ont déclaré il y a un jour qu’ils ne se retireraient de la frontière turque que si Ankara leur permettait d’évacuer les combattants et les civils de Ras al-Ayn.

Les autorités turques ont affirmé qu’elles se sont emparées de la ville il y a plus d’une semaine, cependant, les affrontements entre l’armée et les SDF se sont poursuivis.

© REUTERS / MURAD SEZER
Un obusier de l’armée turque est placé près de la frontière turco-syrienne dans la province de Sanliurfa, en Turquie, le 17 octobre 2019.

Ankara a lancé son offensive en Syrie, baptisée Opération Peace Spring, le 9 octobre, contre les Forces démocratiques syriennes soutenues par les États-Unis d’Amérique, les autorités turques estimant que la milice kurde de ce groupe est affiliée au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), interdit dans le pays en tant qu’organisation terroriste.

Damas a également critiqué Ankara, soulignant que les forces turques occupent le territoire syrien et mènent l’offensive sans autorisation du gouvernement syrien. Le gouvernement syrien a également renforcé la présence de son armée dans la région, récupérant plusieurs villes et se heurtant à de multiples factions de l’opposition, tout en évitant les batailles contre la Turquie.

Vous aimez cette histoire? Partagez-la avec un ami!

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Les forces kurdes auraient commencé à se retirer des zones convenues par les Etats-Unis d’Amérique et la Turquie

Des combattants kurdes participent à un défilé militaire à Qamishli (Syrie), en 2019.
Rodi Said / Reuters

Les forces démocratiques syriennes dirigées par les Kurdes auraient commencé à se retirer des zones désignées dans l’accord conclu jeudi par les États-Unis d’Amérique et la Turquie, reportage des médias locaux.

Rudaw English

@RudawEnglish

: The Kurdish-led SDF forces have begun withdrawing from the designated areas in accordance with the US-Turkey agreement brokered, northern — Rudaw reporter.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé samedi « d’écraser la tête » de Kurdes se battant dans le nord-ouest de la Syrie s’ils ne se retiraient pas au cours des 120 heures convenues de cesser le feu.

Pacte Turquie-Etats-Unis d’Amérique

Un peu plus tôt, Erdogan avait expliqué que l’accord conclu jeudi avec la délégation états-unienne dirigée par le vice-président Mike Pence se compose de 13 points et établit une zone de sécurité de plus de 444 kilomètres le long de la frontière avec la Syrie.

Après avoir conclu le pacte, Pence a déclaré que la partie turque arrêterait son opération « Source de la paix » contre les forces kurdes – que Ankara considère comme des terroristes – pendant 120 heures et que les milices kurdes se retireraient d’une bande de 32 km de large en La frontière de la Turquie avec la nation arabe.

  • Depuis la fin de l’année dernière, le président turc a annoncé son intention de lancer une opération militaire unilatérale dans le nord de la Syrie contre les Forces démocratiques syriennes (FDS), composées principalement de Kurdes et soutenues par les États-Unis d’Amérique.
  • 7 octobre, les EUA (USA) ont commencé à retirer leurs troupes de la zone frontalière syrienne contrôlée par l’administration autonome kurde.
  • Le 9 octobre, l’Administration autonome kurde a annoncé une mobilisation des FDS et de la citoyenneté contre les menaces d’Ankara de lancer une vaste opération militaire dans la région. Le même jour, la Turquie a commencé à bombarder des territoires kurdes. Quelques heures plus tard, le raid au sol a commencé.

Plus d’informations, sous peu.

Vous aimez cette histoire? Partagez-la avec un ami!

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : RT

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :