A la Une

L’opération turque de Syrie en tête de la liste des priorités : Poutine et Erdogan vont se rencontrer à Sotchi en Russie

Image d’archives

© AP Photo / Maxim Shipenkov/Pool

Le président russe Vladimir Poutine recevra mardi son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, à Sotchi, une ville balnéaire russe, afin de discuter des récents développements en Syrie et des relations bilatérales.

L’opération militaire turque contre les milices kurdes dans le nord-est de la Syrie devrait figurer en bonne place à l’ordre du jour des pourparlers entre Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan, les deux présidents devant se rencontrer mardi à Sotchi, en Russie.

Selon le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, les deux chefs d’Etat se concentreront principalement sur la garantie de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de la Syrie, la lutte contre les groupes terroristes restants et la promotion du processus de paix en organisant la première session de la Commission constitutionnelle syrienne.

Vendredi, Erdogan a déclaré qu’il discuterait avec Poutine de la création d’une zone de sécurité de 32 km de large et de 444 km de long, le long de la frontière syro-turque.

Le président turc a également exprimé sa volonté de parvenir à un accord avec la Russie sur le retrait possible des forces kurdes de la ville de Manbij, située dans le nord de la Syrie.

Un accord de cessez-le-feu de 120 heures, annoncé le 17 octobre par le vice-président des Etats-Unis d’Amérique Mike Pence à l’issue d’un entretien avec Erdogan à Ankara et expirant mardi, figurera également en bonne place de l’ordre du jour. L’assistant du Kremlin, Yury Ushakov, a déclaré lundi que l’évolution de la situation en Syrie ferait l’objet de discussions.

Outre l’offensive turque, les deux présidents aborderont également les relations bilatérales, selon le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov.

La Turquie a lancé l’opération Peace Spring dans le nord-est de la Syrie le 9 octobre dans le but déclaré de créer une « zone de sécurité » le long de la frontière et de débarrasser la région de la milice kurde bénéficiant du soutien des États-Unis d’Amérique, considérée par Ankara comme un terroriste.

L’offensive a fait l’objet d’une condamnation généralisée dans le monde entier, plusieurs pays imposant des sanctions ou introduisant un embargo sur les armes à Ankara. De même, Damas a critiqué la campagne militaire, la qualifiant d’invasion et de violation de la souveraineté territoriale du pays.

Le 17 octobre, Erdogan et Pence sont parvenus à un accord sur un cessez-le-feu de 120 heures dans le nord de la Syrie afin de permettre le retrait de la milice kurde de la région, mais la partie turque a par la suite averti qu’Ankara reprendrait ses opérations si l’accord était violé. ou la milice kurde ne quitte pas la région à l’heure convenue.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :