A la Une

Lavrov rejette l’idée de créer une zone de sécurité en Syrie sous le contrôle de l’OTAN

Image d’archives

© Sputnik / Valeriy Melnikov

KIRKENES, NORVÈGE – L’idée de créer une zone de sécurité dans le nord-est de la Syrie sous le contrôle de l’OTAN n’apporterait rien de bon pour résoudre la crise dans le pays arabe, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Lavrov a déclaré lors d’une conférence de presse avec son homologue norvégien, Ine Eriksen Soreide, qu’à Moscou « nous ne comprenons même pas ce que c’est. »

Selon le ministre, l’idée avait été proposée par le ministre allemand de la Défense et critiquée par d’autres membres du gouvernement allemand. Le secrétaire général de l’OTAN à l’époque, Jans Stoltenberg, a fait « d’étranges déclarations » selon lesquelles des membres de l’OTAN soutiennent cette idée.

« Mais s’il s’agit d’une volonté de l’OTAN d’assumer cette tâche, alors bien sûr, cette idée n’a rien de bon en soi », a-t-il déclaré.

En outre, le ministre russe des Affaires étrangères a déclaré que les droits de toutes les parties, y compris les Kurdes, seraient respectés s’ils respectaient le mémorandum russo-turc sur la Syrie.

« En ce qui concerne le respect du mémorandum approuvé par les présidents [Vladimir] Poutine et [Recep Tayyip] Erdogan à [la ville qui rit] de Sochi le 22 octobre, les droits de toutes les parties qui le respecteront seront respectés sans aucun doute, » a-t-il dit.

L’OTAN en Europe du Nord

Le ministre russe des Affaires étrangères russe a exprimé la préoccupation de son pays face aux activités de l’OTAN dans le nord de l’Europe.

« Nous avons abordé le problème de la sécurité dans le nord de l’Europe et de la manière dont l’OTAN mène ses activités en Norvège. C’est alarmant », a déclaré M. Lavrov.

Le chef de la diplomatie russe a averti que l’activité de l’OTAN créait des risques de militarisation dans l’Arctique, une région que Moscou considère comme « un lieu de paix, de stabilité et de coopération constructive ».

La Norvège, membre de l’OTAN depuis 1949, a organisé fin 2018 les plus grands jeux de guerre du bloc militaire auxquels ont participé environ 50 000 soldats.

Ces dernières années, la Russie a noté l’augmentation de la présence militaire de l’OTAN près de ses frontières occidentales.

Le bloc de guerre affirme qu’il cherche à se défendre contre les menaces présumées de la Russie. Moscou a rejeté ces arguments, les qualifiant d’incohérents.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :