A la Une

Les Etats-Unis d’Amérique attaqueraient leurs ennemis et leurs amis pour protéger leur hégémonie et n’hésiteraient pas à utiliser des terroristes comme mandataires – Assad à RT

Image d’archives

DOSSIER PHOTO. Des véhicules blindés de l’armée des Etats-Unis d’Amérique et des soldats en patrouille près d’un puits de pétrole en Syrie. © AFP / Delil SOULEIMAN

La Syrie est devenue un terrain d’essai pour les États-Unis d’Amérique alors qu’elle affine ses outils pour préserver l’hégémonie mondiale, a déclaré le président Bashar al-Assad à Afshin Rattansi, journaliste de RT, dans une interview exclusive. Il a également expliqué pourquoi de nombreux Syriens se battaient.

Washington voit son rôle dominant régresser et tente de le préserver en utilisant tous les moyens disponibles, estime le dirigeant syrien. Ainsi, les États-Unis d’Amérique «combattraient les Russes, les Iraniens, les Syriens, quels que soient leurs détracteurs. Même leurs alliés s’ils disaient «non». Comme les gouvernements occidentaux, ils vont se battre avec eux», a-t-il déclaré.

En fait, les Etats-Unis d’Amérique ont pris pour cible la Syrie après deux invasions militaires directes très coûteuses en Afghanistan et en Irak. Dans ce dernier cas, les États-Unis d’Amérique et leurs alliés ont combattu contre Saddam Hussein, un homme fort irakien, qui jouissait d’un soutien actif à Washington et à Londres pendant des décennies, en particulier dans sa guerre avec un autre rival des Etats-Unis d’Amérique, l’Iran.

Cependant, plus tard, leurs relations se détériorèrent au lendemain de la guerre du Golfe et l’Irak de Saddam fut finalement désigné cible de l’invasion des Etats-Unis d’Amérique en 2003.

Les campagnes contre Saddam et les Talibans en Afghanistan se sont révélées trop coûteuses pour Washington et ont apparemment généré des rendements plus faibles que prévu.

Ainsi, les Etats-Unis d’Amérique ont adopté une approche différente dans une tentative de renversement de son gouvernement, a déclaré Assad, une guerre par procuration djihadiste. Contrairement à la déclaration publique voulant que des groupes terroristes tels qu’Al-Qaeda, le Front Nusra ou l’État islamique (IS, ex-ISIS) soient supprimés, les États-Unis d’Amérique n’ont aucun scrupule à les soutenir tant qu’ils poursuivent leurs objectifs.

« Al-Qaïda est un mandataire contre le gouvernement syrien, contre le gouvernement russe et le gouvernement iranien », a-t-il expliqué.

Comment ISIS s’est-il soudainement accru en 2014?! Sorti de nulle part! À partir de rien! En Irak et en Syrie à la même époque, avec des armements américains?! C’est très clair.

La main des Etats-Unis d’Amérique dans le gant des terroristes

Il a déclaré que l’EI, au sommet de son pouvoir, n’aurait pas pu sortir de la Syrie de la contrebande de pétrole valant des millions de dollars par mois sans que les États-Unis d’Amérique ne ferment les yeux.

« Depuis que l’Etat islamique a commencé … à piller le pétrole syrien en 2014, ils avaient deux partenaires: le président turc Tayyip] Erdogan et sa coterie, et les Américains, que ce soit la CIA ou d’autres », a-t-il déclaré. Le pillage sous contrôle des richesses de la Syrie se poursuit ouvertement aujourd’hui, a-t-il ajouté. Cependant, le pillage – dit le président – ne s’arrête pas à la fin de la guerre.

Les Américains tentent toujours de piller les autres pays de différentes manières, en ce qui concerne non seulement leur pétrole, leur argent ou leurs ressources financières [et naturelles – JDDM – MIRASTNEWS]. Ils pillent leurs droits, leurs droits politiques, tous les autres droits. C’est leur rôle historique au moins après la Seconde Guerre mondiale.

Assad a déclaré que les liens troublants entre Washington et les militants extrémistes en Syrie étaient la raison pour laquelle il était sceptique quant à l’affirmation de Donald Trump selon laquelle les opérations spéciales états-uniennes avaient bel et bien éliminé le leader de l’EI, Abu Bakr al Baghdadi. Comme dans le cas d’Oussama Ben Laden, aucune preuve définitive de la mort n’a été rendue publique, ce qui contraste nettement avec ce qui est arrivé à des personnes comme le dirigeant irakien Saddam Hussein ou le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi. Moscou, pour sa part, a également des réserves sur les affirmations selon lesquelles Baghdadi est mort, demandant la divulgation de preuves définitives.

Peu importe si al-Baghdadi est mort ou en vie, l’important est de ne pas se laisser distraire par le brouhaha, estime Assad.

Toute l’histoire parlait du fait que la main des Etats-Unis d’Amérique était blanchie à la chaux avec les terroristes au cours des dernières années, non seulement, mais également au cours des dernières décennies.

Les gens se battent et meurent pour une cause, pas une personne

Le discours qui sous-tend le changement de régime en Syrie se concentre généralement sur Assad et son entourage, affirmant que l’élimination du prétendu « dictateur » serait suffisante pour assurer un changement positif en Syrie. « Assad doit partir » a longtemps été un mantra en Occident. L’homme lui-même dit que cette idée est ridicule, car des centaines de milliers de Syriens qui se battent aux côtés de Damas ne risquent certainement pas leur vie pour sa personne.

Les gens mourraient, surtout en masse pour une cause, et cette cause défend leur pays, défend leur existence, leur avenir.

La même chose est encore plus vraie pour des pays comme l’Iran et la Russie, qui ont envoyé leurs troupes pour aider les Syriens à lutter contre le terrorisme. Croire que tout gouvernement parierait ses intérêts sur la survie politique d’un seul dirigeant étranger « est contre la logique », a déclaré Assad. Le dirigeant est souvent accusé d’avoir utilisé des tactiques de brutalité et de terreur contre la population civile pour se retourner contre les groupes militants s’opposant à Damas et prêter allégeance au gouvernement syrien. Il a fait valoir qu’une telle approche serait non seulement immorale, mais également irréaliste.

«La guerre en Syrie avait pour objectif de capturer les cœurs des gens, et vous ne pouvez pas capturer les cœurs des gens en les bombardant», a-t-il déclaré. « Comment le peuple syrien pourrait-il soutenir son État, son président et son armée s’il les tue? »

La guerre économique continue

Assad a déclaré que les dirigeants occidentaux qui disent que le peuple syrien souffre sous son gouvernement sont des hypocrites, car ces mêmes dirigeants infligent des souffrances aux Syriens par le biais de sanctions économiques. C’est fondamentalement une autre façon d’essayer de garantir un changement de régime, a-t-il expliqué.

C’est peut-être la dernière tentative désespérée de les pousser à s’opposer à leur gouvernement. Mais ils l’ont essayé l’hiver dernier, ils l’ont déjà essayé, et cela n’a pas fonctionné, car les gens connaissaient toute l’histoire et savaient où se situait leur intérêt.

La Syrie a traditionnellement un secteur public fort, qui fournit de nombreux services comme les soins de santé ou l’éducation, gratuitement ou à des prix subventionnés. Avec la crise économique paralysée par la guerre, de plus en plus de gens comptent sur le gouvernement pour se procurer des produits de base comme la nourriture ou le mazout.

Les sanctions, cependant, ne se limitent pas au gouvernement, a déclaré Assad. Les États-Unis d’Amérique et leurs alliés découragent vivement les investisseurs privés d’introduire des capitaux dans des régions de la Syrie contrôlées par le gouvernement, ce qui rend plus difficile la reprise économique, la reconstruction et le retour des réfugiés.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

Économiste, théoricien de la Relativité économique et sociétale, Expert hors-classe en Analyse stratégique et en Intelligence économique et globale

MIRASTNEWS

Source : RT

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :