A la Une

Bolivie : La vraie manipulation commence – une sénatrice de droite s’auto-proclame présidente, Morales dénonce un coup d’Etat

L’OEA a subitement disparu de la circulation, mission terminée? Est-ce cela pour elle la démocratie?

© Henry Romero Source: Reuters
La sénatrice bolivienne Jeanine Anez, auto-proclamée présidente par intérim de la Bolivie, entre au palais présidentiel avec une bible à la main, à La Paz, en Bolivie, le 12 novembre 2019.

La sénatrice Jeanine Añez s’est proclamée le 12 novembre présidente par intérim de la Bolivie et est entrée au palais une Bible à la main. Evo Morales a dénoncé le «coup d’Etat le plus astucieux et le plus désastreux de l’histoire».

Lors d’une séance éclair au Sénat, la sénatrice de droite Jeanine Añez s’est proclamée le 12 novembre présidente par intérim de la Bolivie. L’annonce a aussitôt été qualifiée de «coup d’Etat» par Evo Morales, l’ancien président actuellement en exil au Mexique.

Devant une assemblée à moitié vide, Jeanine Añez s’est en effet proclamée à la tête de la Bolivie malgré l’absence de quorum au Parlement, arguant de «la nécessité de créer un climat de paix sociale» dans le pays. Elle s’est immédiatement rendue au siège du gouvernement, où elle a prêté serment. Le Tribunal constitutionnel a validé sa présidence par intérim. Elle s’est ensuite réunie avec les chefs de l’armée et de la police, qui se sont ligués contre l’ancien président indigène.

Christian Castillo

@chipicastillo

Añez se autoproclamó en un Congreso vacío. Nadie puede reconocer esta truchada. A redoblar la movilización y la resistencia contra el golpe en toda América Latina

La présidente autoproclamée est ensuite entrée au palais présidentiel une grande Bible à la main en criant : «La Bible est de retour dans le palais».

Filip @Filip__R

L’autoproclamée presidente de la Bolivie, Jeanine Áñez, entre au palais présidentiel avec une énorme bible entre les mains.

« La bible est revenue dans le palais » dit-elle. Ce coup d’État donne l’impression, non pas d’un retour au XXème siècle, mais d’un retour au XVIème.

Jeanine Añez entend marquer sa différence radicale avec le président Evo Morales, qui a tout au long de sa vie défendu la pluralité culturelle de la Bolivie et les droits des indigènes auquel il appartient, comme 65% de la population du pays.

Pour sa part, Jeanine Añez s’est souvent fait remarquer par des déclarations fracassantes empruntes de racisme envers les indigènes. Pour rappel, la chaîne Telesur a publié à cet égard une capture d’écran d’un tweet de la sénatrice datant de 2013 dans lequel elle écrivait : «Je rêve d’une Bolivie libérée des rites sataniques autochtones, la ville n’est pas aux « Indiens », ils feraient mieux d’aller dans les hauts plateaux ou à El Chaco.»

teleSUR English @telesurenglish

« I dream of a free of Indigenous satanic rites, the city is not for ‘Indians,’ they better go to the highlands or El Chaco, » Senator @JeanineAnez said on her Twitter account about her country where more than 65% of the population is Indigenous.

«Coup d’Etat le plus astucieux et le plus désastreux de l’histoire»

Le président, contraint à la démission, a rejeté la manœuvre de l’opposition qu’il a qualifiée de «coup d’Etat le plus astucieux et le plus désastreux de l’histoire». «Une sénatrice de droite se nomme présidente du Sénat, puis présidente par intérim de la Bolivie, sans quorum, entourée d’un groupe de complices et soutenue par les forces armées et la police, qui réprime le peuple», a écrit Evo Morales sur son compte Twitter.

Evo Morales Ayma

@evoespueblo

Se ha consumado el golpe más artero y nefasto de la historia. Una senadora de derecha golpista se autoproclama presidenta del senado y luego presidenta interina de Bolivia sin quórum legislativo, rodeada de un grupo de cómplices y apañada por FFAA y Policía que reprimen al pueblo

Depuis son exil, Evo Morales a dénoncé «devant la communauté internationale» l’acte d’auto-proclamation de la sénatrice à la présidence, qui «viole la Constitution politique de l’État plurinational de Bolivie (CPE) et les normes internes de l’Assemblée législative». Pour le dirigeant indigène, cette violation «se consume sur le sang de frères tués par la police et les forces militaires ayant servi au coup d’État».

Evo Morales Ayma

@evoespueblo

Denuncio ante la comunidad internacional que el acto de autoproclamación de una senadora como presidenta viola la CPE de Bolivia y normas internas de la Asamblea Legislativa. Se consuma sobre la sangre de hermanos asesinados por fuerzas policiales y militares usadas para el golpe

Réélu au premier tour le 20 octobre, Evo Morales a dû quitter le pouvoir le 10 novembre, sous la pression des forces militaires et de la police qui se sont mutinées dans plusieurs villes du pays.

Érika Ortega Sanoja

@ErikaOSanoja

Militares someten a los manifestantes que denuncian el . Los patean, los someten y les impiden estar en las calles. . .

Son départ a également été précipité par la pression de groupes d’opposition, qui ont organisé des manifestations attaquant violemment les partisans du président déchu et jusqu’à sa propre famille. Ces affrontement se poursuivaient encore le 12 novembre, comme en atteste de nombreux articles de la presse régionale et témoignages sur les réseaux sociaux.

El Cocha @el_cocha

URGENTE: Denuncian en El Alto que la Policia @Pol_Boliviana hizo uso de armas de fuego y dejaron varios heridos por impactos de balas. La policia golpista muestra verdadero rostro, agentes del fascismo en @OrlenysOV

Depuis Mexico, où il est arrivé dans l’après-midi en avion militaire après un périple rocambolesque de seize heures au gré des ordres et contrordres des pays latino-américains survolés, Evo Morales a promis de poursuivre «la lutte», affirmant qu’il ne cesserait pas de «faire de la politique».

«Tous les peuples ont le droit de se libérer», a dit celui qui a longtemps était un symbole d’émancipation aux yeux des populations indigènes de son pays. Il a aussi remercié le Mexique de lui avoir «sauvé la vie». «Ça me fait mal d’abandonner le pays pour des raisons politiques, mais […] je reviendrai bientôt avec plus de force et d’énergie», avait tweeté le 11 novembre au soir Evo Morales, qui avait démissionné la veille après avoir été lâché par l’armée.

Droite contre gauche

Jeanine Añez, avocate de 52 ans, doit désormais nommer son gouvernement et convoquer de nouvelles élections dans un délai de 90 jours, selon la Constitution. Elle a promis qu’elles auraient lieu avant le 22 janvier 2020.

«Je félicite la nouvelle présidente constitutionnelle de Bolivie Jeanine Añez», a réagi sur Twitter le candidat centriste Carlos Mesa, qui contestait les résultats de la présidentielle du 20 octobre et réclamait un second tour. Le leader de la contestation, Luis Fernando Camacho, évangéliste très ancré à droite, a également reconnu la sénatrice d’opposition comme présidente par intérim et appelé à une «suspension des manifestations», notamment dans son fief de Santa Cruz, dans l’est du pays.

Le 12 novembre, La Paz restait paralysée, les transports publics étant à l’arrêt. La veille, après de violentes protestations, l’armée avait été déployée dans les rues pour appuyer la police. Sept personnes ont été tuées, selon un nouveau bilan annoncé le 12 novembre par le procureur général, et au moins 383 autres blessées.

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, a demandé à l’armée bolivienne de rétablir dans ses fonctions l’ancien chef de l’Etat, considérant que le pays courait un risque de «guerre civile».

L’auto-proclamation de Jeanine Añez n’est pas sans rappeler, celle, fin janvier, de Juan Guaido au Venezuela. Sans surprise, celui-ci s’est d’ailleurs fendu d’un tweet pour féliciter la sénatrice. «Du gouvernement légitime du Venezuela, nous reconnaissons Jeanine Añez», n’a-t-il pas hésité à écrire. «Vous êtes une inspiration pour notre pays, nous avons la conviction que nous réaliserons la liberté», a-t-il ajouté.

Juan Guaidó

@jguaido

Desde el Gobierno legítimo de Venezuela reconocemos a @JeanineAnez como Presidenta interina de Bolivia, en su misión de guiar una transición constitucional hacia una elección presidencial.

Son una inspiración para nuestro país, tenemos la convicción que lograremos la libertad.

Sans un mot pour Evo Morales, la France a appelé «au calme et à la retenue toutes les autorités de transition» tandis que Washington, qui a applaudi la défection du président indigène, a conseillé aux citoyens américains de ne plus voyager en Bolivie pour cause de «troubles civils» et a limité sa présence diplomatique dans le pays.

Meriem Laribi

Lire aussi : Moscou : une «vague de violences déclenchée par l’opposition» a poussé Evo Morales à la démission

Source: RT France

« Evo, j’espère que votre exil sera court »: Roger Waters envoie un message de soutien aux Morales de la Bolivie (VIDEO)

 (L) © REUTERS/Manuel Claure; (R) © Reuters / Piroschka van de Wouw

Le président bolivien Evo Morales a été « dépossédé de son peuple par la cupidité », a déclaré Roger Waters, ex-leader du groupe Pink Floyd, dans un message de soutien au dirigeant en exil, renversé lors d’un coup d’État et contraint de demander l’asile au Mexique.

«Evo Morales, si vous voyez ça, vous aurez plus de pouvoir. J’espère que votre exil est court, votre peuple a besoin de vous. Ils ont besoin d’un dirigeant comme vous», a déclaré Waters dans la vidéo mise en ligne, ajoutant que le leader socialiste avait fait un  «excellent travail» en tant que premier dirigeant autochtone du pays.

« Vous avez sorti tellement de gens de laur pauvreté et leur avez donné un sentiment de dignité », a déclaré la légende du rock’n roll.

Vous avez raison et l’histoire est de votre côté et plus tôt vous pourrez rentrer chez vous, votre bien-aimée Bolivie, mieux ce sera pour le peuple et pour vous… mais aussi pour le reste d’entre nous.

Waters a déclaré qu’il n’était pas un homme religieux, mais que s’il l’était, il « prierait pour ce moment ».

La Bolivie est tombée entre les mains de « voyous et fascistes et du totalitarisme » depuis le coup d’Etat qui a contraint Morales à démissionner cette semaine, a déclaré le musicien britannique.

REGARDER L’emballage Roger Waters de Pink Floyd ’‘ Wish You Were Here ’’ lors de la démonstration Assange devant le Home Office britannique

Waters est un militant politique de toute une vie opposé à l’impérialisme des Etats-Unis d’Amérique dans le monde. Il a également parlé de l’emprisonnement de l’ancien président brésilien Lula da Silva et a été un ardent défenseur du journaliste australien emprisonné Julian Assange.

Morales a fui la Bolivie mardi après avoir été pressé de démissionner après plusieurs semaines de manifestations contre les résultats des élections présumées altérées d’après l’opposition. De son côté, la politicienne non élue Jeanine Anez s’est proclamée « présidente par intérim » mercredi.

Vous aimez cette histoire? Partagez-la avec un ami!

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : RT

USA : après le Venezuela, la Bolivie…

Le président bolivien Evo Morales. ©REUTERS

Depuis son exil mexicain, le président Evo Morales, victime d’un coup d’État made in USA a remercié le peuple et le gouvernement mexicains pour l’avoir accueilli et avoir empêché qu’il soit assassiné à son domicile par les agents à la solde de Washington. Morales a promis de revenir. Selon des agences, c’est le chaos qui règne dans les rues de La Paz : le ministre bolivien de la Défense a démissionné puisqu’il l’a dit dans un tweet, « l’armée ne veut pas retourner son arme contre les Boliviens ». Morales a remporté une élection supervisée par plus de 200 observateurs internationaux. Alors qu’est-ce qui a motivé Trump et son secrétaire d’État, Mike Pompeo, à provoquer ce coup d’État ? 

L’échec de Trump à dominer l’Amérique latine

Une transition du socialisme en Amérique du Sud et en Amérique centrale est l’objectif principal des démocrates et républicains américains. La tentative de contrer la chaîne du socialisme en Amérique latine et de briser le système anti-impérialiste créé dans la région est le point commun de George W. Bush, Barak Obama et Donald Trump.

La présence de John Bolton et de Mike Pompeo aux côtés de Trump ces dernières années a amené de nombreux analystes américains à deviner une « chute du socialisme » et « une mort de la gauche » en Amérique latine. Ces analyses n’évoquaient même pas une éventualité de défaite de Trump dans cette bataille. Mais à la surprise générale, la mort politique de John Bolton s’est soldée par une renaissance du socialisme en Amérique latine.

Luc Michel, géopoliticien et Arnaud Develay, juriste international s’expriment sur le sujet.

Source: Press TV

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :