A la Une

Les Échos constate les progrès de la Russie dans la voie de la dédollarisation

Image d’archives

© Sputnik

La Russie continue d’emprunter la voie de la dédollarisation et le fonds souverain russe va se détourner de la devise américaine pour privilégier d’autres monnaies comme le yuan ou l’euro, tout comme la banque centrale l’avait fait précédemment, selon Les Échos.

En 2020, le Fonds de la richesse nationale russe va diminuer la part de ses investissements dans le dollar, lesquels représentent un peu plus du tiers de ses actifs, au profit d’autres monnaies, signale Les Échos, en se référant au vice-ministre russe des Finances Vladimir Kolytchev.

Le journal rappelle que Moscou a opté pour la dédollarisation de son économie et de son système financier depuis 2014, lorsque les tensions avec les États-Unis se sont aggravées, afin de contourner les sanctions.

«La banque centrale russe a ainsi conclu des accords d’échange de devises avec des pays «en délicatesse» avec les États-Unis comme l’Iran, la Chine et Turquie», signalent Les Échos.

En outre, la Russie a augmenté ses réserves dans les devises de ses partenaires des BRICS, favorisant les échanges commerciaux entre les pays membres, d’un montant de 125 milliards de dollars en 2018.

Vendre les dollars pour stabiliser le rouble

La vente des dollars a permis à la Russie de faire remonter et de stabiliser le rouble, qui avait chuté de 17% en 2018.

Le média constate que «depuis le début de l’année, la devise russe s’est reprise et a progressé de 7,6 % par rapport au billet vert».

Le président de la banque VTB Andreï Kostine a déclaré pour sa part que toutes les conditions requises avaient été réunies en Russie pour la croissance économique et que le pays poursuivait la voie de la dédollarisation de ses échanges internationaux.

«La part des paiements dans des monnaies autres que le dollar a déjà dépassé 50 % dans les échanges avec l’UE, la Chine et les BRICS. Les banques et entreprises russes sont parvenues à diminuer la dépendance au financement étranger (essentiellement en dollars). La part des actifs en dollars dans les réserves de change russes a déjà diminué de 50 %», a précisé M.Kostine.

Pas d’emprunts en dollars en 2020

Le ministre russe des Finances, Anton Silouanov, a fait savoir à la mi-septembre qu’en 2019 et 2020 la Russie n’emprunterait pas de dollars.

«Nous allons emprunter en monnaies autres que le dollar. Pour le reste de l’année en cours, nous n’avons plus l’intention d’emprunter sur des marchés étrangers […]. Et l’année prochaine, on verra. Nous emprunterons peut-être non seulement en euros, mais aussi en yuans», a détaillé le ministre.

Source: Sputnik News – France

La Russie poursuit la Dé-Dollarisation alors que Bruxelles envisage de créer un système de paiement paneuropéen

CC0

Le mois dernier, la Russie aurait perdu 7,7 milliards de dollars de réserves de change après avoir décidé de remplacer la devise des Etats-Unis d’Amérique par des euros, du yuan et de l’or.

La Russie poursuit sa politique d’abandon du dollar et de transfert de ses actifs dans d’autres devises, a rapporté le journal français Les Echos.

Le journal a rappelé que Moscou avait entamé le processus de «dé-dollarisation» de son économie et de son système financier suite aux tensions avec les États-Unis d’Amérique en 2014 dans le but de contourner les sanctions imposées par les États-Unis d’Amérique.

En particulier, la Banque centrale russe a conclu des accords d’échange de devises avec l’Iran, la Chine et la Turquie, qui entretiennent également des relations tendues avec les États-Unis d’Amérique.

À l’heure actuelle, la Russie continue de s’éloigner du dollar, transférant ses actifs dans des monnaies telles que l’euro et le yuan.

Selon Les Echos, la vente de dollars permettra notamment à la Russie de lever et de stabiliser le rouble, qui a chuté de 17% en 2018.

Depuis le début de 2019, la monnaie russe a repris sa croissance et son taux de change par rapport au dollar a augmenté de 7,6%.

En octobre, Bloomberg signalait que « la première année d’expérience du président Vladimir Poutine dans la diversification du dollar des Etats-Unis d’Amérique a coûté à la Russie environ 7,7 milliards de dollars de revenus potentiels ».

Les banques centrales de Russie, de Chine et de Pologne achètent un record de 15,7 milliards de dollars en or

Parallèlement, les banques centrales de Pologne, de Chine et de Russie ont diversifié leurs réserves aux dépens du dollar, achetant 374 tonnes d’or au premier semestre de cette année. C’est la plus grande acquisition jamais réalisée par des institutions publiques en Europe. Au cours des six premiers mois d’une année civile, le Financial Gold a cité le World Gold Council en août.

Les banques ont acheté des lingots d’une valeur record de 15,7 milliards de dollars, représentant un sixième de la demande totale en or depuis le début de 2019.

La Banque centrale russe a quant à elle acheté 96,4 tonnes d’or depuis janvier, ce qui confirme que les réserves d’or totales du pays avaient atteint 100,3 milliards de dollars au 1er juillet.

Alexei Zabotkin, responsable du département de la politique monétaire de la Banque centrale de Russie, avait expliqué qu’il était impossible d’exclure complètement le dollar des réserves de change du pays, car celui-ci comporte «des risques excessifs».

Les banques en discussion sur le système de paiement paneuropéen

Des représentants de banques et de gouvernements de l’UE ont par ailleurs confirmé que près de vingt banques européennes cherchaient un système de paiement paneuropéen leur permettant de rivaliser avec les cartes Visa et Mastercard des Etats-Unis d’Amérique, ainsi que des monopoles technologiques comme Google et PayPal.

La toute nouvelle initiative de système de paiement paneuropéen (PEPSI) vise à gérer toutes les formes de paiement sans espèces, avec Carlo Bovero, responsable des cartes mondiales chez BNP Paribas, notant que de nombreuses banques à travers l’Europe ont discuté du problème.

La Russie fait partie des pays qui ont lancé leur propre système de paiement – MIR – en avril 2015, après que Visa et Mastercard eurent refusé des services à certaines banques russes à la suite des sanctions imposées par les États-Unis d’Amérique.

En Savoir plus: sur Amazon, les stocks de livres existent et sont disponibles

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :