A la Une

Les actions contre le parti de Morales « montrent clairement le coup d’Etat »

© Photo: ILOCAD

MOSCOU – Baltasar Garzon, avocat, homme politique et défenseur des droits humains, a déclaré dans un entretien exclusif avec Sputnik qu’informer de l’actualité en Bolivie était le meilleur moyen de sauver la vie de ces personnes Ils sont en danger dans ce pays.

Le juriste espagnol a également évoqué la situation actuelle du Chili.

Puis la conversation avec Garzon, connu pour avoir émis le mandat d’arrêt contre le dictateur chilien Augusto Pinochet en 1998 et pour être l’actuel directeur de la défense juridique du fondateur de Wikileaks, Julian Assange, entre autres fonctions.

– Est-il d’accord avec l’opinion de certains analystes selon laquelle les gouvernements de l’Amérique latine ont de plus en plus tendance à l’autoritarisme?

– Je crois qu’en Amérique latine, deux domaines sont de plus en plus définis. D’un côté, il y a une série de gouvernements qui se dirigent vers cet autoritarisme d’extrême droite. On pourrait même dire, avec des colorants clairement fascistes, l’exemple que nous avons au Brésil, plus bien sûr la situation en Bolivie évolue dangereusement dans ce sens également, avec le coup d’État contre Evo Morales, le gouvernement constitutionnel et la situation actuelle, espérons que ce sera tout simplement transitoire.

Il existe également des situations graves, comme au Chili, bien qu’il s’agisse de phénomènes différents.

D’autre part, il se produit précisément une résurgence des gouvernements populaires, comme c’est le cas en Argentine, comme au Mexique. Et une tendance clairement à la confrontation avec le néolibéralisme et le pouvoir des entreprises. Je pense que ce sentiment, cette action est en train de se produire et qu’il s’agit également d’un phénomène qui est la dénonciation et la lutte contre l’utilisation du droit à des fins politiques. Une réaction se produit, toujours dans la même direction, devant les dirigeants populaires, les leaders progressistes. L’utilisation de ce droit contre eux pour les défaire politiquement. Les exemples à partir de 2009 nous les avons à Zelaya, Lugo, Lula, Dilma Rousseff, Rafael Correa, maintenant Evo Morales. Toujours dans la même direction, gouvernements progressistes et toujours d’une manière ou d’une autre parrainée par les États-Unis d’Amérique ou du moins appuyée par des déclarations ou d’autres types d’actions ultérieures des États-Unis d’Amérique.

– Comment évaluez-vous la réaction des organisations de défense des droits de l’homme face à la répression en Bolivie?

– Je pense qu’il est également nécessaire de faire la différence. Certaines organisations ou entités n’ont pas été suffisamment énergiques et rapides dans leur approche, de même que certains pays et institutions internationales, ce qui est préoccupant. Certains pays ont initialement sous-estimé la situation. Ils sont allés au sujet le plus facile qui était de blâmer d’autres pays comme le Venezuela ou Cuba, même en fermant des ambassades ou en expulsant des professionnels, ce qui ne tient pas compte de la réalité d’un conflit qui était en train de naître de structures d’entreprise et clairement oligarchique. Il y a eu d’autres organisations qui ont réagi, en particulier des groupes nouvellement formés, tels que le groupe de Puebla ou le Conseil latino-américain de justice et démocratie, auquel je participe moi-même, que nous dénonçons depuis le début de toute cette situation. , ainsi que des organisations telles que la Fédération internationale des droits de l’homme et d’autres.

Et à tous points de vue, les actions de l’Organisation des États américains (OEA) et de son secrétaire général, M. Almagro, sont très douloureuses, avec tout le respect que je vous dois, mais je pense qu’il n’a pas été à la hauteur. La Commission interaméricaine des droits de l’homme a publié des déclarations de préoccupation mais doit également agir avec une grande force. En fait, un groupe de juristes du Conseil latino-américain, comme je l’ai dit auparavant et du groupe de Puebla, ont soulevé des actions, exigeant des mesures conservatoires afin de protéger la sécurité de différents membres du gouvernement, du tribunal électoral, garantissant également le droit de vote passif , c’est-à-dire que la possibilité de participer à chacun des candidats qui le souhaitent et de ne pas en exclure d’autres est garantie pour certaines élections à venir et que, par conséquent, nous avons également demandé la protection des personnes réfugiées à l’ambassade du Mexique à recevoir le sauf-conduit correspondant afin de leur permettre de quitter le pays.

Avec ce type d’actes en interne, cela montre qu’il y a une persécution politique de tout ce qui concerne le président Evo Morales, le vice-président García Linera ou MAS, et c’est très préoccupant. Par conséquent, les organisations régionales, l’OEA en face, si vous voulez montrer que vous êtes indépendant des États-Unis d’Amérique, vous devez prendre vos propres critères, ce qui est selon moi très difficile, en raison du parti pris que le Secrétaire général a lui-même dans cette situation et dans d’autres conflits, j’insiste toujours, partiels dans la même ligne que ne vous inquiétez pas.

– Quelles normes internationales protègent désormais la vie et l’intégrité de la présidente du Sénat, Eva Copa, directement menacée par le ministre de l’Intérieur du gouvernement de facto de Bolivie?

– C’est ce que nous voyons, ce ministre de l’Intérieur qui prend des initiatives, accusant même le président de la République d’organisations même criminelles et d’actes de terrorisme, les actions contre le président du Sénat, c’est-à-dire quiconque s’oppose à ou que cela fait partie du MAS qui est maintenant passé d’un groupe majoritaire à une opposition, parce qu’ils sont dispensés ou stigmatisés au point que, dans l’auto-proclamation du président, ils n’étaient pas autorisés à entrer ni à voter. C’est une insécurité qui met clairement en évidence le coup d’État. [Ils choisiront bientôt le type de population qui leur convient pour voter ou encore feront toutes les magouilles possibles pour ‘gagner’. – MIRASTNEWS].

Comment sont-ils protégés au niveau international? Activation de tous les mécanismes des Nations Unies, le Haut-Commissaire aux droits de l’homme. Je pense que l’ONU est sur le point d’émettre un avis, nous devons exiger du secrétaire général qui est très attentif, je pense aussi l’intervention d’une commission internationale parrainée par différents pays, par exemple aussi le Parlement européen, l’UE.

Il est très important de rendre visible ce qui se passe là-bas, car c’est la plus grande garantie de protéger ceux qui sont à l’intérieur et à l’intérieur des mécanismes du système interaméricain des droits de la personne. Comme je l’ai dit, c’est la commission elle-même qui doit prendre des décisions très urgentes et, plus tard, ce sera la Cour interaméricaine. Et au sein des mécanismes de la justice, si, bien entendu, les mécanismes ne sont pas activés de manière indépendante, la question pourrait être invoquée à la fois devant les instances internationales et vers l’application de la compétence universelle avant que des actes criminels graves de de manière répétée et ils deviennent presque systématiques et cela se produit dans une situation d’urgence qui doit être maîtrisée et je pense que cela peut être le cas avec cette intervention: médiation internationale et activation d’autres mécanismes judiciaires dans votre cas.

– Voyez-vous dans le coup d’État contre Evo Morales le risque d’un grave revers en matière d’inclusion sociale et de reconnaissance des droits des peuples autochtones?

– C’est l’un des principaux tournants, cette révolte, ce coup d’Etat avec toutes les déclarations classiques de ce genre, a pour objectif principal de lutter contre la diversité et la pluralité dans un pays qui, grâce aux actions du gouvernement et du président Evo Morales, a reconnu les droits des peuples autochtones qui étaient ancestraux et inconnus d’une oligarchie dominante pendant pratiquement toutes les périodes démocratiques de la Bolivie. Pour la première fois depuis 14 ans, l’équilibre a été rééquilibré, mis à part le fait qu’il peut clairement y avoir des cas de corruption, des critiques ou des actions discutables, ce qui a été une politique constante en matière d’inclusion et d’égalité et d’amélioration économique des plus vulnérables. , des plus défavorisés, il en est maintenant question.

Blâmer ce qui se passe, non pas au coup d’État militaire, mais à ceux qui défendent la légalité constitutionnelle est très grave et constitue un exemple de l’inefficacité qui règne actuellement en Bolivie en matière de gouvernement, c’est-à-dire d’aller à ce type de gouvernement. répression systématique, assistez à l’exposition obscène de la maison du président Morales lui-même, déformant ou utilisant des mécanismes de communication, même par des moyens supposément solvables, pour déformer la réalité et donner l’impression qu’il n’existait pas de règle de droit lorsque le contraire est vrai, est très grave, et ceux qui sont accroupis depuis l’opposition attendent de voir de quoi il s’agit, car ils ont une grande responsabilité qu’ils devraient montrer.

D’autre part, cet appel à la conciliation, à la médiation, lancé par la conférence épiscopale, parce que j’estime qu’elle doit partir d’une situation attentive aux droits de l’homme, comme en témoignent les pertes en vies humaines, les blessures et le conflit social chassé de certains éléments extrêmes du gouvernement autoproclamé.

– Dans une lettre que vous avez adressée à Sebastian Pinera en octobre, vous avez averti que les « violations des droits de l’homme » contre la population ne resteraient pas impunies. Envisagez-vous de promouvoir une mesure spécifique à cet égard devant toute instance internationale?

– J’ai dit à plusieurs reprises qu’il fallait promouvoir la responsabilité du Chili. Les actions de juridiction universelle ou dans des organisations telles que celle de la Cour pénale internationale ou de son parquet sont toujours complémentaires et en quelque sorte subsidiaires. Heureusement, ce qui s’est passé au Chili, dans la situation chaotique et malheureuse qui règne au niveau politique et social, c’est que le pouvoir judiciaire a d’emblée estimé ne pas protéger cette situation de violation grave des droits fondamentaux, mais de protection des citoyens. En fait, plus des deux tiers des détenus ont été libérés, mais nous devons tenir compte de ce qui se passe et exiger que les responsabilités tant politiques que pénales, le cas échéant, soient assumées.

De toute évidence, il sera nécessaire d’évaluer ce qui est arrivé au ministre de la Défense, ce qui est arrivé au ministre de l’Intérieur, ce qui est également arrivé et quel type de responsabilités peuvent être élucidées dans la plus haute magistrature de l’État – la présidence – et pour cela, il existe des mécanismes internes qui donnent le début d’un procès politique et nous verrons avec quel résultat. C’est très difficile, car la Constitution, dont l’abrogation est précisément proclamée et doit être remplacée par un processus constituant ou une convention constitutionnelle, prévoit les deux tiers de la possibilité d’une «mise en accusation», mais cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas commencer et valoriser ces responsabilités..

Par conséquent, nous devons faire un suivi des affaires examinées et produites par les autorités judiciaires chiliennes. Il sera ensuite nécessaire d’évaluer si une réponse a été apportée ou non. Ce que je voulais dire dans cette lettre, c’est que cette situation n’est pas telle qu’elle était sous la dictature et que couvrir les actions criminelles ne sera plus possible aujourd’hui, à cause des actions d’organisations nationales et internationales de défense des droits humains, le pouvoir judiciaire lui-même. Il faut donc surveiller ce qui se passe, mis à part le fait que cet appel au dialogue a des conséquences favorables pour ceux qui réclament un changement politique, social et important de la base, en s’attaquant aux causes et non Seuls les effets.

– Le modèle néolibéral extrême imposé pendant la dictature de Pinochet et protégé par la Constitution de 1980 et gouvernant depuis 40 ans au Chili en créant un État subsidiaire, pourrait éventuellement prendre fin avec une nouvelle Constitution rédigée par les citoyens. Selon vous, quel pourrait être son effet sur la scène internationale?

– Je crois que c’est le moment historique où, curieusement, où le néolibéralisme est né, avec les Chicago Boys au Chili, le néolibéralisme peut également se terminer par ces actions populaires de la société dans son ensemble. Ce qui est en cause, c’est un modèle de développement politico-social, où les inégalités sont extrêmes, où la richesse est concentrée entre très peu de mains et ce que disent les Chiliens, c’est que ce type de politique, pas seulement l’action des représentants politiques, mais le modèle lui-même ne fonctionne pas, car une situation similaire se produit toutes les six fois, bien que cela soit beaucoup plus grave et qu’il soit donc nécessaire, comme je l’ai dit précédemment, d’approfondir et d’aller aux causes, à l’origine, à passe, et c’est le modèle qui ne fonctionne pas.

Par conséquent, la modification de la Constitution ou la rédaction d’une nouvelle constitution, si un modèle est choisi dans lequel seuls les représentants politiques le font, échouera. Cela échouera car la société ne croit pas en cette représentation politique, elle doit donc être beaucoup plus transversale. Si tel est le cas, supposons que c’est le cas, par exemple, de l’idée d’une Amérique latine unie défendue par Bolívar; ce qui est en train de voir émerger c’est qu’une structuration régionale fondée sur le droit est nécessaire, fondée sur certains modèles remettent en question les très graves inégalités qui existent dans cette région, mais aussi dans celle du monde en particulier et celle de la confrontation en cours d’élucidation, c’est-à-dire un modèle néolibéral qui veut résister aux mains de quelques-unes des oligarchies et aussi des corporations. Il est parrainé par les États-Unis d’Amérique, dont le front, par exemple, en est l’exemple le plus brutal, à l’instar du président Donald Trump.

Et la réaction face à cette exacerbation du capitalisme sauvage se produit à nouveau au niveau populaire, au niveau social, ainsi que de larges blocs de population qui voient comment ce modèle ne les sort pas de la très grave situation d’inégalité dans laquelle ils se trouvent. L’avenir de la région dépendra de la victoire de l’un ou de l’autre. Ce que je crois, c’est que le moment est venu de ne pas céder à nouveau avec des correctifs ou des solutions aléatoires, mais les récessions seront beaucoup plus profondes. Ce n’est pas un hasard si ce conflit est en train de faire son apparition. C’est la brutale attaque de ce néolibéralisme extrême, extrême droite face à la réaction déjà « in extremis » de la société.

– La politique en Amérique latine semble être trop pendante, avec la succession de gouvernements d’orientation différente qui tentent d’effacer tout ce que le précédent a fait. À quoi pensez-vous que cela est dû? Ne devrions-nous pas envisager la possibilité de passer des régimes présidentiels actuels à des régimes de type parlementaire comme en Europe?

– Je pense que nous observons dans le monde une tendance similaire dans de nombreux pays, notamment en ce qui concerne les mouvements extrêmes. Il est passé de partis classiques à des personnalismes, même s’ils appartiennent à des partis politiques classiques ou à des mouvements populaires plus vastes. L’identification au nom du président en exercice est une coutume curieuse qui se produit de l’Amérique du Nord vers le bas et non vers le haut, mais aussi en Europe il est déjà commencé à parler de «l’orbanisme» d’autres dirigeants européens qui vont et transcendent le partis politiques, cela signifie que le modèle classique de représentation est en crise et qu’il s’est orienté vers des formules permettant une plus grande participation à la démocratie directe, c’est-à-dire que les citoyens sont représentés, mais nous avons également un degré beaucoup plus élevé d’information et nous voulons participer manière plus directe, ouverte et transparente dans la gestion du public et la gouvernance.

Par conséquent, ce n’est pas que le modèle soit pire que celui des partis classiques régis par des dispositifs, c’est qu’il doit changer l’un et l’autre, qu’il en retourne quelque chose en retour, et que ce qu’il doit faire est une participation plus populaire plus transversal et c’est ce qui se passe au Chili, par exemple. Au Chili, ce qui se passe avec ce mouvement populaire est qu’il n’a pas de leadership, du moins qu’il n’a pas de leadership défini. Il viendra un temps où il faudra un interlocuteur pour un dialogue et quels sont les interlocuteurs, c’est ce qui doit être approfondi, réfléchi et décidé.

Par conséquent, ce qui doit être structuré, ce sont les espaces de droit, la définition d’espaces juridiques larges, communs et se rencontrant. C’est la seule possibilité que je trouve.

– Le Chili et l’Espagne, deux constitutions nées à la suite de deux dictatures féroces et qui semblent aujourd’hui avoir pris beaucoup de retard par rapport au développement des sociétés de leurs pays. Selon vous, quelles «enclaves autoritaires» nécessitent encore des modifications?

– Il y a une différence entre les deux constitutions. L’une est la Constitution de la dictature de Pinochet de 1980 et le fait qu’elle ait eu des amendements différents reste la Constitution de Pinochet et la dictature. La Constitution espagnole est une Constitution démocratique. En raison du modèle de transition et du modèle de transition et des engagements pris lors de cette transition, elle est exemplaire pour beaucoup, mais pour d’autres, nous pensons qu’elle laisse en suspens différentes questions, par exemple tout se réfère au modèle territorial, comme on le voit actuellement. En Espagne, à l’époque, la Constitution, je pense que c’était une Constitution très progressiste pour l’époque et les circonstances dans lesquelles elle avait été approuvée, mais il y avait une question qui se posait, de même que toute la question de l’impunité antérieure du franquisme et du modèle territorial, dans lequel les mesures d’engagement permises par le moment ont été adoptées.

Peut-être que maintenant nous avons vu comme conséquence de cette absence de définition définitive ou d’adaptation à la réalité actuelle, le conflit avec le processus de Catalogne et d’autres situations a fait un bond. Mais cela m’amène également à affirmer que la solution du dialogue est absolument nécessaire et non pas tant l’action judiciaire contre ceux qui sont en désaccord avec le modèle constitutionnel et le modèle territorial, même si des actions criminelles, c’est-à-dire des actions pénales, sont sanctionnées, mais je crois que nous avons commis une grande erreur et que nous en subissons encore les conséquences.

Dans le cas du Chili, les conséquences sont évidentes. Le pouvoir économique est concentré entre très peu de mains. Il existe un modèle social en Espagne et là ça n’existe pas. L’Etat social y est pratiquement inexistant, les mesures prises ici en faveur de l’Etat social sont plus durables. Au Chili, l’inégalité sociale est brutale. Le traitement réservé aux peuples d’origine est totalement marginal et le pouvoir des entreprises elles-mêmes suppose un grand fossé entre la société et les dirigeants.

Il y avait quelque chose de similaire ici, mais sans cette virulence, sans cette violence, avec le mouvement des 15M qui a par la suite généré une série de mouvements politiques, nous vivons aujourd’hui la possibilité que l’un d’entre eux – Nous pouvons ou Unis à nous – fasse partie d’un gouvernement. C’est-à-dire qu’ils sont très différents et, surtout, disons qu’en Espagne, bien que certains problèmes restent à résoudre par le dialogue et les réunions, ils n’ont rien à voir avec la Constitution chilienne et le conflit actuel, dans lesquels nous avons vu, la violence par la partie institutionnelle a repris la situation. Et aussi de certaines réponses de la société dans cette situation extrême, qui doit être réorientée par le dialogue.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

1 Trackback / Pingback

  1. Les actions contre le parti de Morales « montrent clairement le coup d’Etat » | Raimanet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :