A la Une

Les services de renseignement russes affirment que les Etats-Unis d’Amérique sont impliqués dans la crise politique en Bolivie – les raisons du coup d’Etat

Image d’archives

© REUTERS / Agustin Marcarian

MOSCOU – Le directeur des services de renseignements étrangers russes, Sergey Narishkin, a dénoncé l’implication des États-Unis d’Amérique dans la crise politique en Bolivie.

« Oui, les États-Unis d’Amérique sont impliqués dans la crise », a répondu Narishkin à la question de savoir s’il est possible de parler d’ingérence de la part des Etats-Unis d’Amérique dans la situation actuelle de la Bolivie.

En outre, le responsable a déclaré que la crise ne sera pas résolue rapidement.

Selon le chef des services de renseignements, Washington a besoin d’une crise pour « changer de cap politique » en Bolivie.

« Il s’agit évidemment d’une tentative de tension [de la situation dans la région]. Ce qui se passe en Bolivie va dans le même sens que ce qui s’est passé et se passe au Venezuela. En général, ce sont deux maillons de la même chaîne », a déclaré le haut responsable. Commenter les causes de la crise.

La Bolivie est impliquée dans une crise politique depuis le 10 de ce mois. Morales a démissionné de sa présidence sous la pression des forces armées et de la police et après plusieurs semaines de manifestations contre une prétendue fraude électorale aux élections du 20 octobre.

Après l’assimilation de Morales par le Mexique, la sénatrice de l’opposition, Jeanine Anez, s’est autoproclamée présidente sans passer par les procédures législatives prévues lors de sessions du Parlement ne disposant pas du quorum requis.

L’investiture de facto d’Anez a été soutenue par la Cour constitutionnelle.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Une des raisons du coup d’Etat : L’Arabie saoudite d’Amérique latine: le lithium est-il derrière le coup d’Etat en Bolivie?

© AP Photo / Petr David Josek

Le lithium est devenu un métal stratégique quelques années après l’élan mondial du développement de la voiture électrique. La demande en Chine, dans l’Union européenne et aux États-Unis d’Amérique est énorme. C’est pourquoi les États concernés ont déjà mis au point une géopolitique pour assurer le contrôle de leurs approvisionnements.

L’industrie automobile mondiale s’attend à augmenter la production de voitures électriques au cours de la prochaine décennie, alors que de nombreux gouvernements exigent des émissions de dioxyde de carbone moins importantes. Grâce à ces projets, le lithium deviendra une matière première stratégique, telle que le pétrole, car il constitue l’élément clé des batteries ioniques utilisées pour ces véhicules.

Par exemple, la batterie de voiture électrique Tesla Model S nécessite 63 kilogrammes de carbonate de lithium. Cela suffit pour alimenter environ 10 000 téléphones cellulaires.

De plus, les réserves de lithium sont concentrées dans un nombre limité de pays. Ces dernières années, la Chine a placé la Bolivie dans sa ligne de mire, même s’il est plus compliqué d’extraire ce métal sur son territoire, a déclaré Engdahl. Différents experts estiment que les réserves de lithium de la Bolivie sont les plus importantes au monde. Dans le seul salar d’Uyuni, selon plusieurs études, les réserves de lithium se situeraient entre 9 et 21 millions de tonnes. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’auteur de l’article qualifie la Bolivie de « Arabie saoudite du lithium ».

En février 2019, le gouvernement d’Evo Morales a signé un accord avec le producteur chinois TBEA, qui devrait être concrétisé par la prise de participation de 49% dans une entreprise commune fondée avec la société d’État bolivienne YLB. Cet accord, estimé à 2,3 milliards de dollars, avait pour objectif de produire du lithium et d’autres matériaux dans les salines de Coipasa et de la chaudière Pastos Grandes.

Aujourd’hui, les entités chinoises contrôlent environ la moitié de la production mondiale de lithium et 60% de la capacité des batteries électriques. Les analystes de Goldman Sach prédisent donc que dans une décennie, la Chine pourrait produire 60% de tous les véhicules électriques du monde.

Cette perspective inquiète les États-Unis d’Amérique d’être un autre acteur majeur sur le marché mondial du lithium. A l’instar des sociétés chinoises, la société états-unienne Albemarle travaille dans des mines situées en Australie et au Chili. Ce qui est clair, c’est que les tensions entre Washington et Pékin vont probablement s’aggraver en raison des plans économiques du pays asiatique pour contrôler les réserves de lithium essentielles, a déclaré Engdahl dans son article pour le magazine New Eastern Outlook.

« Le récent coup d’Etat qui a poussé Evo Morales à demander l’asile au Mexique porte les empreintes digitales de Washington. (…) La question cruciale, entre autres, sera de savoir si le futur gouvernement de la Bolivie annulera ou non les accords conclus avec des entreprises chinoises sur le développement de l’extraction du lithium », à la demande l’auteur.

À son tour, Vadim Tarasov, professeur russe à l’Université nationale des sciences et de la technologie de Russie, a confirmé à Sputnik que les gisements de lithium sont d’une importance primordiale pour la Bolivie dans le boom actuel de consommation de produits fabriqués à partir de ce métal. Ces produits, explique l’expert, sont le chlorure, le carbonate et l’hydroxyde de lithium monohydraté.

« Le Chili, la Bolivie et d’autres pays d’Amérique latine sont réputés pour leurs réserves de lithium. Là, les matières premières ont une concentration très élevée de ce métal. (…) Il est probable que ce fait a servi de poussée supplémentaire à ce qui s’est passé » en Bolivie, a-t-il dit.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

Économiste, Théoricien de la Relativité économique et sociétale, Expert en Analyse stratégique et en Intelligence économique et globale

MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Bolivie: Compte rendu du cortège funèbre de Senkata à La Paz

La marche a quitté Senkata dans la matinée [du 21 novembre] et s’est poursuivie tout le long de l’avenue El Alto 6 de Marzo. Tandis que les manifestants passaient, de nombreux vendeurs ont caché leurs marchandises: «Ils vont nous voler», ont-ils dit, mais la marche s’est déroulée dans le calme, les manifestants demandant aux habitants de La Paz de se joindre à leur appel pour que justice soit rendue. Derrière les cercueils et les familles en deuil d’El Alto, des personnes arrivées des communautés de Potosí ont marché.

« Nous ne sommes pas du MAS, nous ne sommes pas des terroristes, nous sommes d’El Alto et El Alto doit être respecté! » C’était l’un des chants qui se répètent encore et encore, entre les demandes de démission d’Anez et celle d’Arturo Murillo, l’actuel ministre de l’Intérieur, accusé d’avoir tué par balle huit personnes à Senkata.

Lorsque le cortège funèbre massif a traversé le centre (la Ceja) d’Al Alto en direction de La Paz, il a été applaudi par les voisins rassemblés le long du trottoir. Avec la représentation du district 4, nous avons traversé La Portada et le cimetière, où une petite cérémonie religieuse a eu lieu. Je ne voulais pas prendre de photos, car j’étais là aussi en tant que personne qui pleure les huit personnes tuées. Alors que nous nous dirigions vers le centre de La Paz, de nombreux passants ont offert de l’eau et des boissons non alcoolisées aux manifestants fatigués, qui se sont hydratés avec ce qu’ils ont reçu.

Les marcheurs sont inondés d’eau le long de leur passage, le 21 novembre 2019. Photo fournie gracieusement par Chaski.

Nous avons pris la rue Montes au centre-ville de La Paz. Le peuple était en colère, pour les morts, à cause de l’indifférence des autorités. Une femme âgée avec des tresses et une pollera (une longue jupe) nous a raconté le pillage dans sa région, disant qu’elle ne le voulait pas, mais qu’elle ne voulait pas plus de répression. Dès que nous sommes arrivés sur la Plaza de San Francisco à La Paz, beaucoup de manifestants se sont arrêtés, d’autres se sont mis à courir en criant: « Ils gazent la marche en bas! » «Restez calme, ne courez pas, restez droit, ne vous retournez pas, ne cours pas!» «Ils ne respectent même pas les personnes en deuil!» a hurlé une autre femme.

L’odeur de gaz lacrymogène nous a fait pleurer, les gens sont devenus encore plus en colère lorsqu’ils se sont dispersés.

Tôt dans la matinée, bien avant le début de la marche, un chauffeur m’a dit en plaisantant: «Ils disent que des milliers d’El Alto descendent [à La Paz] avec leurs cercueils devant eux. Je me demande ce qui pourrait être si drôle avec l’arrivée d’une marche funèbre. Mais c’est le sentiment général qui règne à La Paz: la belligérance, et à travers les fissures, nous respirons de l’air lourd, chargé de nos divisions et de notre douleur.»

Après la répression policière brutale, divers groupes de personnes ayant participé à la marche sont revenus au cimetière. Les groupes de personnes des communautés du nord de Potosí ont essayé d’y aller aussi, mais les vendeurs et marchands locaux leur ont dit de partir, en les licenciant parce qu’ils avaient peur, parce qu’ils pensaient pouvoir voler dans les stands et les magasins: un stigmate qui beaucoup portent injustement parce qu’ils sont originaires d’El Alto ou d’une communauté.

Les marcheurs du 21 novembre. Le sigle se lit comme suit: «Annuler le décret 4078, Appel à des élections immédiates». Le décret 4078 est le décret adopté par Anez qui rend explicite l’impunité militaire. Photo gracieuseté de Chaski.

Les 10 et 11 novembre, souvenez-vous, des groupes – au secret des habitants – étaient au service des MAS – des magasins, maisons et commerces pillés à El Alto et à La Paz, semant la panique généralisée. « Mais nous ne sommes pas des pillards », ont insisté les personnes en deuil, portant les cercueils, à leur retour à El Alto par le cimetière. Ils pleurent les morts, mais les propriétaires du magasin ont crié qu’ils ne croyaient pas que c’était vrai.

Je dois me demander à quoi nous sommes arrivés quand nous devons expliquer notre couleur de peau aux autres, expliquer nos origines. La même chose s’est produite lorsque je couvrais une manifestation à l’extérieur de la Plaza Murillo, avant que Morales ne démissionne, qui réclamait l’annulation des élections. Là-bas, on présumait que je venais du MAS à cause de la façon dont je m’habillais et de la couleur de ma peau.

Les larmes aux yeux à cause de ces scènes de cercueils, de ces explications et de ces confrontations, qui se reproduisent sans cesse et se reproduisent encore et encore, je me demande comment nous allons réparer ces fractures, chargées de tant de violence et d’indifférence. Qui veut résoudre ce problème? Oui, il y a des gens du MAS dans les mobilisations; non, ils ne sont pas majoritaires. Oui, les habitants d’El Alto sont fatigués, ils sont également sortis et ont levé des barrages dans leur ville. À l’heure actuelle, une autre marche pour la paix à El Alto.

Dans cette série d’événements, cet environnement de violence, certains justifient les morts. Sur les réseaux sociaux, même les personnes proches de moi écrivent qu’il faut «célébrer le fait qu’il n’y a que huit morts» et pas davantage, et que «des irrationnels d’El Alto» vont essayer de faire exploser la centrale à gaz de Senkata, en détruisant moitié de El Alto et peut-être même une partie de La Paz. Beaucoup de ceux qui ont participé à la marche d’aujourd’hui ont déclaré le contraire: ce ne sont pas des gens qui ne pensent pas, ils ne le permettraient jamais. J’écoute, j’arrive seulement à écouter, à pleurer pour les morts et à rejeter le contexte politique qui a provoqué ces morts avec toute la force que je peux rassembler.

Je ne cesse de me demander où nous allons avoir la force de reconstruire tout ce qui, en 14 ans, le régime maintenant effondré s’est décomposé au sein d’organisations sociales, les corrodant comme un acide. Comment rejetons-nous la violence générée par des groupes de civils armés (groupes de choque) et la formation de groupes paramilitaires, qui se produisent de nombreuses manières? Comment pouvons-nous faire face à la répression étatique qui nous touchera tous: alors que nous pleurons nos morts, d’autres, tout en haut, négocient et calculent à froid le sang versé.

Auteur Bio

Chaski Clandestina

Chaski Clandestina est un collectif de médias indépendant bolivien. Cet article a été traduit (en anglais) par Toward Freedom avec la permission de l’auteur. Lisez l’original et accédez aux témoignages audio de manifestants, aux vidéos et aux photographies ici.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Press TV

L’usurpatrice veut-elle conserver sa place en éliminant les concurrents ? – La présidente par intérim de la Bolivie rejette la loi d’amnistie sur Evo Morales

© AP Photo / Natacha Pisarenko

L’autorité intérimaire bolivienne a ouvert une procédure pénale contre l’ancien président Evo Morales, accusation d’incitation à l’agitation et d’activités terroristes contre le gouvernement actuel. De plus, la chambre haute bolivienne a annulé samedi la victoire de Morales aux élections présidentielles du 20 octobre.

La sénatrice Jeanine Anez, deuxième vice-présidente du Sénat, s’est autoproclamée présidente par intérim de la Bolivie après la fuite de Morales vers le Mexique le 10 novembre.

« Nous avons affirmé catégoriquement que mon gouvernement ne persécutera aucun homme politique, syndicat ou dirigeant civique […]. Mais nous sommes également conscients que quiconque a commis des crimes, s’est moqué de la loi, a commis des abus, ne aucune amnistie », a déclaré Anez, cité par l’AFP. [Aura-t-elle commis elle-même des crimes avec tous les décès contre les populations indigènes qui manifestaient pacifiquement ? – MIRASTNEWS]

Le projet de loi avait été présenté précédemment par le parti du Mouvement pour le socialisme (MAS) de Morales, qui est maintenant devenu la faction de l’opposition au Sénat de la nation.

Après que Morales se soit exilé au Mexique lors de violentes manifestations contre les résultats de l’élection présidentielle d’octobre, au cours de laquelle il a obtenu un quatrième mandat sans précédent, une grande partie de la haute direction de la Bolivie a également démissionné.

Les partisans de l’ex-président se sont par la suite engagés dans des rassemblements contre le gouvernement autoproclamé d’Anez, ce qui a entraîné de nouveaux affrontements avec des agents de sécurité.

Morales a décrit la crise en cours dans son pays d’origine comme un coup d’État.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : RT

Le président de facto de la Bolivie promulgue la loi pour convoquer de nouvelles élections

La mesure annule les résultats des élections du 20 octobre, remportées par Evo Morales.

La présidente de facto de la Bolivie, Jeanine Anez, a promulgué la loi sur les régimes exceptionnels et transitoires régissant la tenue d’élections générales, qui annule les résultats des élections du 20 octobre et qui a remporté la démission du président Evo Morales. Anez a déclaré que « l’objectif » de son gouvernement est de tenir « de nouvelles élections dans les plus brefs délais ».

Ce samedi, les deux chambres de l’Assemblée législative plurinationale ont approuvé à l’unanimité le projet de loi. Conformément à la norme approuvée, lors des prochaines élections générales, tous les mouvements politiques de niveau national ont le droit de participer « à l’enregistrement actuel de la promulgation de la présente loi ».

En ce qui concerne les candidats, le projet de loi prévoit que « les citoyens qui ont été réélus de manière continue, à un poste électif, au cours des deux précédentes périodes constitutionnelles, ne peuvent se porter candidats aux mêmes fonctions électives », ce qui signifie que le président démissionnaire, Evo Morales, et le vice-président, Alvaro García Linera, ne peuvent pas se présenter à ces élections. [Elle taille pour son camp politique une législation sur mesure – MIRASTNEWS].

  • Evo Morales était sur le point de terminer son troisième mandat consécutif à la tête de l’exécutif, jusqu’à ce que les forces armées et la police appellent publiquement à la démission de cet homme politique le 10 novembre.
  • Le président de l’époque a annoncé sa démission afin de ne pas intensifier la violence dans le pays et a dénoncé à plusieurs reprises qu’un « coup d’État » se développait contre lui.
  • Après avoir quitté ses fonctions, Morales a accepté l’asile politique offert par le Mexique et s’est installé dans ce pays.
  • Compte tenu du vide de pouvoir dû à diverses démissions, la deuxième vice-présidente du Sénat, l’opposition Jeanine Áñez, s’est autoproclamée présidente par intérim du pays.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :