A la Une

Bolivie assiégée, la dictature libérale s’abat sur le pays – une délégation argentine dénonce l’absence de règle de droit dans le pays

© REUTERS / Marco Bello

Un groupe d’observateurs de la société civile affirme avoir été témoin de la terreur lors de son voyage dans le pays andin, à l’encontre des populations et des violations des droits de l’homme perpétrées par les forces de sécurité et les citoyens à la suite du coup d’État.

En plus d’avoir été reçue à l’aéroport de Santa Cruz sous stricte surveillance, rejet et persécution, le comité de la délégation autoproclamée Argentine, en solidarité avec le peuple bolivien, a présenté un rapport préliminaire à son retour du pays voisin.

Lors d’une conférence de presse, des représentants des différentes organisations sociales, populaires et syndicales qui ont organisé la visite ont déclaré qu’ils avaient recueilli les témoignages d’une centaine de personnes dans un lieu sûr de la ville d’El Alto, ainsi que des visites au domicile privé de certaines victimes, ainsi que des hôpitaux dans la région.

« Nous étions dans la paroisse de San Francisco de Asís, un lieu de refuge pour les corps des personnes tuées lors du massacre de Senkata, et je parle d’abri car les corps qui n’étaient pas gardés ont été mutilés et ont disparu », a déclaré à Sputnik Tito Ferrari, une référence de l’organisation du Front populaire Darío Santillan, qui a dirigé la présentation parmi d’autres référents.

Ferrari a insisté sur le fait que le gouvernement de facto bolivien était maintenu grâce à la puissance de feu des forces armées qui « ont installé un appareil terroriste qui fait peur à beaucoup de gens aujourd’hui. »

« La participation politique est totalement interdite car ils ne peuvent pas se réunir, il n’y a aucune garantie pour la démocratie. Nous craignons que si les élections sont déclenchées rapidement, ce sera une fiction », a déclaré le leader social.

Un appel à la communauté internationale

© Sputnik / Francisco Lucotti

Tito Ferrari (à gauche), référent du Front populaire Darío Santillan

La délégation a expliqué qu’elle ne pouvait pas mener à bien toutes les activités prévues lors de la visite en raison des menaces explicites du ministre du Gouvernement, Arturo Murillo, et des agissements de groupes de choc civil. Un des plans qui devait être annulé était une interview d’un sénateur du parti MAS, de l’ancien président Evo Morales, aujourd’hui exilé au Mexique.

Selon le rapport, il aurait notamment commis de nombreux actes de répression excessive, de persécution raciale et politique, de censure, d’espionnage, de torture, de viols et d’abus sexuels, de disparitions et de massacres tels que celui de Sacaba à Cochabamba, qui a coûté la vie à six personnes, ou la Senkata mentionnée, où au moins neuf personnes sont mortes.

« Il ne fait aucun doute que le caractère systématique de ces violations des droits de l’homme et de ces crimes d’État est la raison pour laquelle cette délégation estime qu’elles relèvent de la catégorie des crimes contre l’humanité », souligne le texte présenté.

Le rapport garantit également que le coup d’Etat « bénéficie du soutien explicite de gouvernements étrangers, tels que le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump, qui a félicité les forces armées du pays pour ses actions ». De même, le texte accuse les actions irresponsables de l’Organisation des États américains (OEA) de promouvoir le soulèvement de la police et de l’armée.

« Nous appelons les organisations internationales de défense des droits de l’homme et l’ensemble de la communauté internationale à s’engager en faveur de la protection des droits de l’homme, civils, politiques, sociaux et culturels menacés par la situation actuelle et qui ont été systématiquement violés par le gouvernement de facto », indique le rapport préliminaire.

Vous aimez cette histoire? Partagez-la avec un ami!

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

Économiste, théoricien de la Relativité économique et sociétale, expert hors-classe en Analyse stratégique et en Intelligence économique et globale.

MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :