A la Une

Morales reconnaît qu' »on lui faisait confiance » dans ce qu’il aurait pu faire face avec succès à un coup d’État

© AFP 2019 / Claudio Cruz

BUENOS AIRES – L’ancien président bolivien Evo Morales (2015-2019) a fait une autocritique, en soulignant qu’il était convaincu qu’il aurait pu surmonter un coup d’État, comme l’ont fait d’autres gouvernements d’Amérique latine.

« Je commence par une autocritique:  nous avons fait confiance parce que nous avons vaincu de nombreux coups d’État dans toute l’Amérique du Sud « , a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse depuis Buenos Aires, où il est en asile depuis le 11 décembre alors que le gouvernement argentin traite son statut de réfugié.

En outre, Morales a déclaré que le coup d’État dans son pays était prévu et en réponse à la décision de son gouvernement de nationaliser les ressources naturelles.

« Le coup d’État était prévu », a expliqué M. Morales.

L’ex-président a ajouté que le premier « péché » devait être indigène, et le second, « avoir nationalisé les ressources naturelles ».

Son gouvernement a également nationalisé les services de base tels que la santé et l’éducation, pour « qu’ils soient des droits de l’homme ».

Il a également nationalisé des ressources telles que l’eau et l’énergie, qui étaient entre des mains privées, a rappelé l’ancien chef de l’État.

Morales a également déclaré que le peuple autochtone de son pays reprendrait le pouvoir de manière civique et démocratique.

« Nous récupérerons démocratiquement le pouvoir des peuples autochtones », a déclaré Morales. [Ne pas non plus rêvé, prévoir d’autres éventualités, au cas oùMIRASTNEWS].

L’ancien président a également déclaré que le gouvernement de facto de Jeanine Anez ruine l’économie.

« Le pire dans le coup d’État, c’est qu’ils ont tué mes collègues, mais ils tuent aussi l’économie », a confirmé l’ex-président depuis la capitale argentine.

De même, Morales a averti le gouvernement de facto que la présidente Jeanine Anez pourrait préparer une fraude lors des prochaines élections en Bolivie.

« Lors de ces élections, il peut y avoir fraude », a déclaré l’ex-président.

L’ancien chef de l’État a donc demandé que des organisations internationales telles que le Centre Carter, certains conseils associés à un prix Nobel ou les Nations Unies, interviennent en tant qu’observateurs et ont souligné: « Tous sauf l’OEA [Organisation des États américains] ».

La Bolivie est impliquée dans une crise politique depuis le 10 novembre dernier, lorsque Morales a démissionné de son poste, sous la pression du dôme des Forces armées et de la police et après plusieurs semaines de protestations de groupes d’opposition violents pour fraude électorale présumée aux élections du 20 octobre.

Après que Morales ait quitté son pays, la sénatrice de l’opposition, Jeanine Anez [contre vents et marées – MIRASTNEWS], s’est autoproclamée présidente sans passer par les procédures législatives prévues lors des sessions parlementaires qui n’avaient pas le quorum requis.

La Commission nationale des réfugiés d’Argentine s’emploie actuellement à accorder le statut définitif de réfugié à l’ancien président bolivienne et à Lilly Gabriela Montano Viana, ancienne ministre de la Santé, arrivée dans le pays le 12 décembre.

Sputnik Mundo

@SputnikMundo

🇦🇷🇧🇴 Evo Morales @evoespueblo en Argentina: la diferencia entre asilo y refugio

👇 https://sptnkne.ws/AF7F 

Evo Morales en Argentina: la diferencia entre asilo y refugio

En noviembre México le concedió asilo político al expresidente de Bolivia. El 12 de diciembre, dos días después de la asunción de Alberto Fernández como presidente de Argentina, Evo Morales llegó a…

mundo.sputniknews.com

Le ministère des Affaires étrangères de l’Argentine a confirmé la semaine dernière qu’il accordait le statut d’asile à cinq membres de l’équipe Morales.

Outre Morales et l’ancien ministre de la Santé, le vice-président du gouvernement bolivien a également été reconnu comme réfugié, Alvaro García Linera, son ministre des Affaires étrangères Diego Pary Rodríguez et l’ancien ambassadeur de Bolivie auprès de l’Organisation des États américains, José Alberto Gonzales.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :