A la Une

Amérique latine : les marchands de mort israéliens débarquent

Bolsonaro signe un livre avec Netanyahu et le rabbin du Mur des Lamentations, le 1er avril 2019. ©El Pais

Afin de contrer les partisans de Morales, le nouveau ministre bolivien de l’Intérieur a engagé des agents anti-insurrectionnels israéliens, justifiant que ces derniers sont compétents pour contrôler les groupes terroristes.

L’influence d’Israël en Amérique latine ne date pas d’aujourd’hui. Si le Venezuela et l’Argentine y ont échappé, c’est que la présence des dirigeants de gauche et la vague de chavisme ont entravé les agissements des agents de sécurité israéliens.

À cet égard, le journaliste américain, Wayne Madsen a écrit dans article publié le 17 décembre, sur le site The Alt World qu’avec le renversement de gouvernements progressistes dans toute l’Amérique latine et leur remplacement par des régimes néo-fascistes de droite, les conseillers anti-insurrectionnels israéliens, mieux connus sous le nom de «marchands de la mort», sont revenus avec ferveur en Amérique latine. Des régimes fascistes au Brésil, en Bolivie, en Colombie, au Pérou, en Équateur, au Honduras, au Paraguay, au Guatemala et au Chili, désireux de déplacer les peuples autochtones, ont invité les Israéliens à retourner dans leurs pays pour fournir des conseils sur le dépeuplement des régions autochtones aussi systématiquement qu’Israël l’a fait aux Palestiniens de Cisjordanie et de Qods-est.

Après que la vague socialiste en Amérique latine, les gouvernements progressistes ont soutenu le sort des Palestiniens et évité les relations étroites avec Israël. Certains dirigeants progressistes, dont Hugo Chavez au Venezuela, Evo Morales en Bolivie et Daniel Ortega du Nicaragua ont rompu leurs relations avec Israël à cause de ses crimes envers la population palestinienne de Gaza. Sur fond du renversement récent de Morales par un coup d’État militaire de droite et des sanctions paralysantes des États-Unis auxquelles est confronté le successeur de Chavez, Nicolas Maduro, les marchands de contre-insurrection israéliens sont fréquemment vus dans les capitales latino-américaines où la droite, voire le néo-Nazis sont passés au pouvoir. En utilisant une logique presque talmudique, le gouvernement israélien estime que pour lutter contre les gouvernements pro-palestiniens ayant des relations amicales avec l’Iran, il est acceptable de traiter avec le président brésilien Jair Bolsonaro, qui, dans le passé, a exprimé son admiration pour Adolf Hitler et Benito Mussolini, indique Wayne Madsen.

L’héritage de sécurité à l’israélienne en Amérique latine est un dossier tristement célèbre qui se traduit par le soutien aux dictateurs génocidaires. Avec l’avènement du «printemps socialiste» en Amérique latine, les marchands de la mort israéliens y ont largement réduit leurs activités ou ont cherché de nouvelles perspectives en Afrique, dans les Balkans et en Asie du Sud. Suite au renversement de Morales étant le dernier des dirigeants du «printemps socialiste» à tomber dans le «Cône Sud» de l’Amérique du Sud, les marchands de contre-insurrection israéliens ont vu un nouveau marché s’ouvrir lorsque le nouveau ministre bolivien de l’Intérieur, Arturo Murillo, a salué l’aide israélienne pour renforcer les capacités de son escadron de la mort nouvellement formé, le «Groupe antiterroriste» (GAT), qui, selon lui, visait à combattre les «terroristes». Dans le langage fasciste typique, les «terroristes» dans ce cas sont des Boliviens fidèles au président Morales renversé ainsi que des compatriotes autochtones de Morales : les Aymara (l’ethnie de Morales) et les Quechua, Chiquitano, Guarani et Moxeno, explique Wayne Madsen.

La raison pour laquelle le ministre de l’Intérieur Murillo a choisi les Israéliens comme conseillers à la sécurité a été exposée dans une interview à Reuters. Il a dit : «Ils ont l’habitude de traiter avec les terroristes. Ils savent comment les gérer ». Murillo faisait bien sûr référence à la répression brutale du peuple palestinien par Israël, un record de traitements inhumains que les sociétés militaires et de renseignement israéliennes ont réussi à emballer, avec du matériel et des conseillers, comme une marchandise d’exportation. L’engagement de Murillo à établir un État de surveillance de style israélien en Bolivie a été clairement exprimé dans son avertissement à un groupe de responsables argentins des droits de l’homme qui sont arrivés en Bolivie pour voir, de première main, les violations des droits de l’homme dirigées contre des membres du mouvement Morales « Movement Toward Socialismé” (MAS ) parti et peuples autochtones. Murillo a mis en garde les Argentins et d’autres officiels étrangers en déclarant : «Nous recommandons à ces étrangers qui arrivent d’arriver de faire attention. Nous vous regardons. Nous vous suivons. Il n’y a aucune tolérance pour le terrorisme, la sédition ou les mouvements armés. Tolérance zéro ». L’avertissement est pratiquement une copie conforme de celle délivrée par Israël aux travailleurs humanitaires internationaux qui ont tenté d’apporter des secours à la population de Gaza, évoque-t-il.

Source: Press TV

Le Liban exhorte la communauté internationale à mettre fin aux violations d’Israël

La DCA syrienne intercepte un missile israélien. ©SANA (Archives)

Le ministre libanais de la Défense a dénoncé l’agression israélienne contre la Syrie via l’espace aérien libanais et appelé à une intervention internationale pour mettre fin aux violations d’Israël de son espace.

Elias Bou Saab, ministre libanais de la Défense a appelé ce lundi la communauté internationale à intervenir pour mettre un terme aux violations régulières de la souveraineté du Liban par Israël, a rapporté la chaîne de télévision locale LBCI.

Les remarques de Bou Saab interviennent alors que selon Al-Mayadeen, les missiles israéliens tirés depuis le ciel de Sayda au sud du Liban ont été puissamment interceptés dans la nuit de dimanche à lundi par la DCA syrienne.

Les cinq missiles qui auraient été interceptés auraient été tirés en direction de l’aéroport stratégique de T4 où sont désormais déployées, selon des sources officieuses, des batteries de missiles antimissiles Bavar-373 et les unités de défense aérienne russes. Les missiles ont comme toujours manqué leur cible, affirme de son côté le site russe spécialisé dans le militaire, Avia.pro.

« La communauté internationale doit être très consciente des dangers de telles violations », a déclaré Bou Saab.

Le mois dernier, le chef de la Force intérimaire des Nations unies au Liban a déposé une grave plainte auprès de l’armée israélienne, lui demandant de respecter la résolution 1701 de l’ONU en mettant un terme à ses violations quotidiennes de la souveraineté du Liban.

Israël viole l’espace aérien du Liban presque quotidiennement, selon les autorités libanaises.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a réaffirmé la nécessité du plein respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de la Syrie, affirmant que toute résolution sur l’entrée de l’aide humanitaire par les frontières doit être approuvée par le gouvernement syrien.

Lors d’une conférence de presse, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Geng Shuang, a déclaré que l’aide humanitaire transfrontalière est une « méthode spéciale qui dépend de certaines conditions et doit être fondée sur le plein respect de la souveraineté, de l’indépendance et de l’intégrité territoriale de la Syrie. »

Geng a souligné que son pays avait voté contre le projet de résolution sur l’aide humanitaire en Syrie sur les bases objectives de la question et les intérêts fondamentaux du peuple syrien.

Il a exprimé le rejet par la Chine des accusations sans fondement portées par certaines parties les appelant à réfléchir soigneusement à leurs paroles et à leurs actions ayant causé la souffrance du peuple syrien.

Le porte-parole chinois a réitéré le soutien de son pays aux efforts constructifs visant à trouver une solution politique à la crise en Syrie afin d’améliorer la situation humanitaire dans ce pays.

La Russie et la Chine ont utilisé vendredi leur veto contre un projet de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies sur le transfert de l’aide humanitaire à la Syrie qui exploite la situation humanitaire et viole sa souveraineté.

Source: Press TV

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :