A la Une

Caracas dénonce l’agression d’une unité militaire frontalière dans le sud du Venezuela par un groupe de terroristes

Au cours de l’attaque, qui a fait des morts dans les troupes de l’armée, un lot d’armes a été volé dans l’établissement, qui a ensuite été récupéré, selon le ministre de la Défense du pays.

Une unité militaire du sud du Venezuela a été agressée ce dimanche par les « secteurs extrémistes de l’opposition », a indiqué le ministre de la Défense du pays, Vladimir Padrino Lopez, sur son compte Twitter.

Selon les militaires, lors de l’agression, un lot d’armes a été volé à l’unité en question. Un soldat de l’armée est décédé lors de l’attaque.

« Les unités militaires et de police de la région ont été immédiatement activées et ont usé des armes contre les assaillants, [elles] ont lancé une contrattaque contre ces groupes », a poursuivi Padrino Lopez.

Le ministre a déclaré que certains des « terroristes » avaient déjà été arrêtés et étaient interrogés, et a précisé que toutes les armes avaient été récupérées.

Base d’opérations au Pérou

Plus tard, le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, a dénoncé le fait que le groupe qui avait commis l’agression ait sa base d’opérations au Pérou, impliquant « au moins des complices » auprès des autorités de ce pays andin.

« C’est une stratégie de coup d’État de triangulation des gouvernements du Cartel de Lima pour produire la violence, la mort et la déstabilisation politique au Venezuela. Nous dénonçons ces gouvernements au monde. Ils ne passeront pas! », a déclaré le ministre, se référant au groupe de Lima.

Arreaza a également signalé que l’unité militaire attaquée se trouvait dans la région de Gran Sabana.

Pour sa part, le chef du Commandement des opérations stratégiques du PDG-FANB des Forces armées nationales bolivariennes du Venezuela, Remigio Ceballos, a rapporté que presque tous les assaillants avaient été capturés.

Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, Manaure Quintero / Reuters

« Des actions déstabilisantes pour garder les gens en colère »

Les criminels ont été « entraînés dans des camps paramilitaires entièrement identifiés en Colombie » et « ont reçu la collaboration artisanale » du gouvernement du président du Brésil, Jair Bolsonaro, comme l’a indiqué dans son compte Twitter le ministre de la Communication du Venezuela, Jorge Rodríguez.

Arreaza a également confirmé que ces groupes « du Pérou entrent par la Colombie » et « reçoivent un soutien au Brésil ».

« Les Forces armées nationales bolivariennes (FANB) rejettent ces actions déstabilisatrices qui cherchent à maintenir le peuple du Venezuela dans la détresse et à rester attentif à toute menace qui met en danger notre patrie bien-aimée », a déclaré Padrino Lopez, ajoutant que toutes les agences des forces de sécurité du pays « sont activées à la poursuite du reste des terroristes ».

« Nous continuerons à préserver la paix de la nation », a déclaré le haut responsable.

Si vous aimez cette histoire, partagez-la avec un ami!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :