A la Une

Evo Morales affirme que le MAS ne peut pas être interdit

© AFP 2019 / Evaristo Sa

BUENOS AIRES – L’ancien président bolivien Evo Morales (2006-2019) a déclaré dans une interview exclusive à Sputnik que son Mouvement pour le socialisme (MAS) ne pouvait pas être empêché de participer aux prochaines élections que son pays tiendra l’année prochaine.

« Ils ne peuvent pas interdire le MAS », a déclaré l’ex-président évincé de Buenos Aires, où il est réfugié depuis le 12 de ce mois.

Si les autorités de facto actuelles « tentent politiquement (de proscrire le MAS), elles seraient antidémocratiques et la moitié de la population n’aurait pas à voter, c’est pour conduire 50% (de la citoyenneté) à ne pas participer », a-t-il prévenu.

Deuxièmement, « ils ne seront pas en mesure de le faire légalement », a déclaré Morales, car « selon la loi, tous les (partis) qui ont participé aux dernières élections doivent l’être », a-t-il déclaré.

Seuls les partis qui n’ont pas dépassé 3% des suffrages lors des élections du 20 octobre ont perdu leur chance de participer, a rappelé l’ancien président.

« Quelqu’un peut-il penser que le MAS, qui est la première force politique, est interdit? » s’est-il interrogé.

Morales a ajouté qu’il n’a « aucun problème en suspens avec le Tribunal électoral suprême, alors que pourraient-ils inventer? »

Mercredi dernier, le parquet de la ville bolivienne de La Paz a ordonné l’arrestation du chef indigène pour répondre des accusations de sédition, de terrorisme et de financement du terrorisme.

L’ordre des procureurs, qui enquêtent sur la responsabilité présumée de Morales dans les barrages routiers qui ont suivi le coup d’État de novembre, implique que l’ancien président serait arrêté s’il tentait d’entrer en Bolivie.

D’un autre côté, l’ancien président était convaincu que son mouvement politique « gagnera au premier tour » aux élections de l’année prochaine.

« Malgré tant de problèmes, dans tous les sondages à droite, le MAS reste le premier et c’est un grand avantage », a-t-il déclaré.

Les élections qui mettront fin à la crise politique en Bolivie devraient être organisées au premier semestre 2020, bien qu’elles n’aient pas encore de date précise.

Le tribunal électoral a jusqu’au 2 janvier pour lancer l’appel à des élections dans lesquelles Morales ne peut être candidat, selon l’accord politique entre le gouvernement de facto et la majorité du MAS, qui contrôle le parlement.

La Bolivie est impliquée dans une crise politique depuis le 10 novembre dernier, lorsque Morales a démissionné de son poste, sous la pression du dôme des Forces armées et de la police et après plusieurs semaines de protestations de groupes d’opposition pour fraude électorale présumée en les élections du 20 octobre.

Après que l’ancien président ait quitté le pays, la sénatrice de l’opposition, Jeanine Anez, s’est déclarée présidente sans passer par les procédures législatives prévues lors des sessions parlementaires qui n’avaient pas le quorum requis.

La Commission nationale pour les réfugiés d’Argentine procède actuellement à l’octroi du statut de réfugié définitif à l’ancien président bolivien et à une vingtaine de représentants du gouvernement isolés dans ce pays.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Le Mexique se dit « préoccupé » par le fait que son ambassade en Bolivie soit surveillée

© AP Photo / Rebecca Blackwell

Le ministère mexicain des Affaires étrangères a déclaré lundi qu’il était « profondément préoccupé » par la présence des services de renseignement et de sécurité boliviens qui surveillent la résidence de l’ambassadeur du Mexique et de l’ambassade du Mexique en Bolivie.

Le département a déclaré que la présence de gardes et l’arrêt et la tentative de fouille d’un véhicule diplomatique violaient les protections et garanties diplomatiques. Selon le ministère, 150 agents des renseignements boliviens ont encerclé la résidence de l’ambassadeur du Mexique à La Paz et tenté de fouiller le véhicule de l’ambassadeur.

Le Mexique a qualifié les actions du gouvernement intérimaire bolivien d' »inacceptables » dans une lettre ouverte à l’Organisation des États américains (OEA).

Le Mexique a accordé à l’ancien président bolivien Evo Morales l’asile après sa démission à la suite d’une élection présidentielle. Morales a été évincé par l’armée bolivienne en novembre et remplacé par la présidente par intérim Jeanine Anez – vice-présidente nationale de la chambre haute du Parlement. La Cour constitutionnelle bolivienne a reconnu la réclamation d’Anez comme légitime, tandis que d’autres hauts fonctionnaires ont démissionné immédiatement après que Morales a été forcé de quitter ses fonctions.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :