A la Une

Huawei traqué désormais sur «l’oppression des Ouïghours»: une journée dans la nouvelle guerre froide contre la Chine

Image d’archives

© REUTERS/Dado Ruvic/Illustration

Qu’est-ce qui relie les réseaux cellulaires 5G, les Ouïghours et les manifestants de Hong Kong? Apparemment, ils ont tous un rôle à jouer dans un concours de « péril jaune » cette saison des fêtes, gracieuseté du récit des médias traditionnels New Cold War sur la Chine.

Le gouvernement de Sa Majesté ne devrait pas travailler avec Huawei pour mettre en place des réseaux 5G au Royaume-Uni, jusqu’à ce que les allégations selon lesquelles le géant chinois des télécommunications soit impliqué dans l’oppression de la minorité ouïghoure soient «complètement rejetées», fait valoir une lettre signée par treize parlementaires et publiée par le Sunday Times.

«Nous sommes convaincus que vous conviendrez que la diligence raisonnable – y compris les violations des droits de l’homme et la coopération avec ceux qui violent les droits de l’homme – doit être entreprise, compte tenu non seulement des risques potentiels pour la réputation mais également des implications profondes pour la responsabilité du Royaume-Uni dans le financement ou le soutien des actions qui nous laisseraient responsables», a écrit le groupe.

Martin Thorley 马丁 @METhorley

More pressure on UK to “cease consideration of Huawei as contractors or partners for the UK’s 5G infrastructure” because of company complicity in Xinjiang. Letter from a group of cross-party senior MPs. https://www.thetimes.co.uk/article/chinese-tech-giant-huawei-helps-to-persecute-uighurs-7dfcb56nw 

Chinese tech giant Huawei ‘helps to persecute Uighurs’

The foreign secretary is facing calls to block Huawei from building Britain’s 5G network amid concerns about the Chinese technology giant’s involvement in persecuting Uighur Muslims. A cross-party…

thetimes.co.uk

Bien que leur préoccupation concernant la réputation et la responsabilité soit touchante, leur insistance à traiter Huawei comme coupable jusqu’à ce que l’innocence soit prouvée est nouvelle, même selon les normes «très probables» de la Grande-Bretagne moderne.

Le chef du groupe, Tom Tugendhat, est un officier du renseignement à la retraite et un député conservateur influent qui préside la commission des affaires étrangères du Parlement. La députée travailliste Sarah Champion fait également partie des signataires, tout comme onze membres de la Chambre des lords.

Pourtant, la lettre ne se démarque pas vraiment de la fuite constante d’histoires sur Huawei, les Ouïghours et la Chine dans les journaux britanniques. Le Telegraph bat le tambour sur les dangers de Huawei sur l’air de Tugendhat depuis des mois maintenant. Lundi, le Guardian a publié un article sur la relation prétendument chaleureuse de Huawei avec le gouvernement, citant l’arrestation d’un ancien employé accusé d’avoir divulgué des secrets commerciaux.

Guardian news

@guardiannews

‘This is not rule of law’: detention of Huawei workers sparks backlash https://www.theguardian.com/technology/2019/dec/23/this-is-not-rule-of-law-detention-of-huawei-workers-sparks-backlash?utm_term=Autofeed&CMP=twt_b-gdnnews&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1577079393 

‘This is not rule of law’: detention of Huawei workers sparks backlash

Arrests have raised questions in China about the company’s ties to the state and the wider tech industry

theguardian.com

Le géant chinois des télécommunications a été soumis à une surveillance accrue ces dernières années par les médias et les politiciens des pays «Five Eyes» – comme on le sait l’alliance des États-Unis d’Amérique, du Royaume-Uni, de l’Australie, du Canada et de la Nouvelle-Zélande. Déclarant Huawei une menace pour leur sécurité nationale, apparemment pour offrir à la Chine des capacités de surveillance que seuls eux-mêmes estiment avoir le droit de posséder, ces pays ont cherché à empêcher la société de faire des affaires sur leur territoire et à pousser leurs alliés à faire de même.

En décembre 2018, le Canada a arrêté Meng Wanzhou, directeur financier de Huawei et fille du fondateur de l’entreprise, accusé d’avoir violé les sanctions des Etats-Unis d’Amérique contre l’Iran. Elle se bat toujours contre une demande d’extradition états-unienne.

Un certain nombre de sénateurs à Washington ont activement – et avec succès – fait pression pour interdire les ventes de Huawei à l’armée des Etats-Unis d’Amérique, et font pression pour interdire à la société de faire des affaires aux États-Unis d’Amérique. Huawei a répondu en construisant de nouveaux appareils sans pièces américaines.

«La 5G désormais sans l’Amérique»: le chinois Huawei assemble les derniers téléphones sans pièces américaines

Bien qu’il semble que la campagne contre Huawei ait pu faire partie d’une guerre commerciale plus large contre la Chine menée par le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump, le rattacher à la prétendue persécution des Ouïghours suggère qu’il y a plus à faire.

Les médias grand public des pays «Five Eyes» ont rapporté que Pékin gère des «camps de concentration» pour les Ouïghours, une minorité musulmane de la province occidentale du Xinjiang. Le Congrès états-unien a même adopté un projet de loi autorisant des sanctions pour ces «violations des droits humains».

Ces affirmations ont été amplifiées par le Congrès mondial ouïghour, une organisation basée en Allemagne, et ces derniers jours, les manifestants «pro-démocratie» à Hong Kong – que Pékin soupçonne de plus en plus de recevoir le soutien des gouvernements Five Eyes.

Freedom HK @FreedomHKG

12.22 citizens gather at the Human Rights Rally of Solidarity with .
Torture, digital surveillance, arbitrary detentions, harassment of Uyghurs abroad: the humanitarian crimes that CCP commit must be stopped

Uyghur today, Hong Kong tomorrow.

En outre, remarquablement peu de preuves réelles sont fournies pour ces allégations. L’une des sources est le groupe de pression soutenu par les États-Unis d’Amérique, Network of Chinese Human Rights Defenders (CHRD), dont le rapport de 2018 est basé sur des entretiens avec seulement huit Ouïghours.

La lettre de Tugendhat cite également un document de l’Australian Strategic Policy Institute (ASPI) – géré par le ministère de la Défense à Canberra – et de l’universitaire allemand Adrian Zenz, un personnage controversé travaillant avec la Victims of Communism Memorial Foundation, un groupe de défense soutenu par les États-Unis d’Amérique. Aucun d’entre eux n’offre plus que des rumeurs, des spéculations et de vagues extrapolations.

Ajit Singh @ajitxsingh

The claim that China detains millions of Uyghur Muslims is endlessly repeated in the West. However the sources for this claim are two absurdly shoddy « studies » by a US-backed NGO + far-right Christian fundamentalist Adrian Zenz. My latest w/ @MaxBlumenthal https://thegrayzone.com/2019/12/21/china-detaining-millions-uyghurs-problems-claims-us-ngo-researcher/ 

China detaining millions of Uyghurs? Serious problems with claims by US-backed NGO and far-right…

Claims that China has detained millions of Uyghur Muslims are based largely on two studies. A closer look at these papers reveals US government backing, absurdly shoddy methodologies, and a rapture…

thegrayzone.com

Cela commence à ressembler à tout ce qui peut ou ne peut pas se produire au Xinjiang – ou avec Huawei, ou à Hong Kong – est tout à fait hors de propos, car les médias et les gouvernements Five Eyes sont déterminés à diaboliser la Chine comme expansionniste, agressive, menaçante – même génocidaire – dans le but de consolider la perception de leur propre hégémonie mondiale.

Toujours pas convaincu? Voici Niall Ferguson – un éminent spécialiste néoconservateur peut-être mieux connu pour avoir déploré la disparition de l’Empire britannique pendant la Première Guerre mondiale – déclarant dans le New York Times au début du mois qu’une nouvelle guerre froide a déjà commencé, et c’est avec la Chine.

William Wang @william_hs_wang

If The New York Times and Niall Ferguson say so.

The New Cold War? It’s With China, and It Has Already Begun https://www.nytimes.com/2019/12/02/opinion/china-cold-war.html 

Workers sew banners for President Trump’s 2020 re-election campaign at a factory in Anhui Province, China.

Opinion | The New Cold War? It’s With China, and It Has Already Begun

In 2019, what had begun as a trade war rapidly developed into a cluster of conflicts.

nytimes.com

Il s’avère que les musulmans du Xinjiang, les téléphones portables et les manifestants de Hong Kong brandissant des drapeaux états-uniens et britanniques ont après tout quelque chose en commun.

Les déclarations, points de vue et opinions exprimés dans cette colonne sont uniquement ceux de l’auteur et ne représentent pas nécessairement ceux de RT.
Vous aimez cette histoire? Partagez-la avec un ami!

Nebojsa Malic

Nebojsa Malic est un journaliste, blogueur et traducteur serbe-états-unien, qui a écrit une chronique régulière pour Antiwar.com de 2000 à 2015, et est maintenant rédacteur principal à RT.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Huawei et son antidote contre les attaques de Washington

© REUTERS / Jason Lee

Les fabricants chinois Huawei et Oppo ont commencé à travailler avec des concepteurs informatiques en Inde pour pouvoir fournir des services mobiles de manière ininterrompue aux utilisateurs locaux.

Cette stratégie leur permet de développer des services alternatifs à ceux de Google suite aux restrictions annoncées par les États-Unis d’Amérique et qui mettent en contrôle l’utilisation de Google Media Services (GMS) sur leurs appareils mobiles.

Google Media Services comprend des applications telles que Gmail, YouTube, Google Drive et Google Maps. La marque Huawei, Honor, a déjà commencé à négocier avec 150 concepteurs d’applications en Inde pour les impliquer dans son projet, appelé Huawei Media Services (HMS), a déclaré Charles Peng à ET Telecom, l’un des cadres de la société. Les HMS devraient être installés sur des smartphones qui n’ont pas accès à GMS, y compris les dernières versions des téléphones de marque Honor.

« Nous avons notre propre HMS et nous essayons de construire un écosystème mobile. La plupart des applications clés spécialisées dans la navigation, les paiements, les jeux et la messagerie seront prêtes d’ici la fin décembre. Les consommateurs ne verront pas les différences entre GMS et HMS. Avec nos designers, nous nous efforçons d’offrir une bonne expérience à nos consommateurs. C’est un défi auquel nous essayons de faire face », a-t-il déclaré.

Les services alternatifs seront abordables non seulement en Inde, mais aussi en Europe. Les utilisateurs de téléphones chinois peuvent profiter de 100 à 150 applications grâce au HMS.

Pour atteindre son objectif, Huawei a créé le fonds mondial d’une valeur de 1 milliard de dollars. À son tour, Oppo prévoit d’allouer quelque 143 millions de dollars en 2020 pour aider les concepteurs d’ordinateurs du monde entier à développer le nouvel écosystème de services intelligents pour leur système d’exploitation ColorOS.

C’est la raison pour laquelle l’entreprise essaie d’embaucher un grand nombre d’ingénieurs et d’informaticiens talentueux et recherche des entreprises émergentes, a déclaré l’un des dirigeants d’Oppo en Inde, Tasleem Arif.

Navkendar Singh, directeur de la recherche de la société IDC India, a déclaré que l’effort fait par Huawei était bon, mais que son histoire échouait sur le marché de détail. Huawei et Honor rencontreront des difficultés lors de la vente de téléphones basés sur leur propre ensemble de services. Ils devront redoubler d’efforts pour accroître leur expansion en Inde.

À son tour, le directeur associé de Counterpoint Research, Tarun Pathak, estime que si Huawei continue de développer le système d’exploitation Harmony OS et que les problèmes de la guerre commerciale ne sont toujours pas résolus, l’entreprise sera de plus en plus protégée par une technologie développée par d’autres entreprises.

Les ventes de téléphones mobiles Huawei et Honor ont chuté considérablement en Inde après son inclusion dans la liste noire de Washington. Cependant, la société prévoit toujours de prendre 10% du marché indien en 2020.

En mai 2019, Huawei est apparu sur la liste noire et les entreprises technologiques des Etats-Unis d’Amérique ont été interdites de faire affaire avec elles. Le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique accuse Huawei d’avoir espionné ses clients et tente de convaincre les pays européens de cesser d’acquérir l’équipement de la société chinoise. À leur tour, les dirigeants de Huawei ont rejeté à plusieurs reprises ces accusations de Washington. [les européens voient bien avec les gazoducs Nrd Stream 2 et TurkStream ce qu’est le vrai visage des Etats-Unis d’Amérique dans ces affaires commerciales – MIRASTNEWS].

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

1 Trackback / Pingback

  1. « Un saboteur de l’ordre international »: Pékin réprimande les États-Unis d’Amérique au sujet de la loi anti-Chine sur les dépenses de défense – MIRASTNEWS

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :