A la Une

Est-ce un aveu pour le coup d’Etat ? Les Etats-Unis d’Amérique demandent à Evo Morales de « ne pas abuser de son statut » en Argentine

© REUTERS / Agustin Marcarian

L’ambassade des Etats-Unis d’Amérique à Buenos Aires a demandé au ministre argentin des Affaires étrangères, Felipe Sola, que le pays soit un « bon voisin » et soutienne la « démocratie bolivienne ». Selon des diplomates états-uniens-américains, le gouvernement d’Alberto Fernández doit s’assurer que l’ancien président bolivien Evo Morales « n’abuse pas de son statut ».

Le ministre des Affaires étrangères Felipe Sola et le secrétaire aux Affaires stratégiques, Gustavo Béliz, ont reçu aujourd’hui une délégation des États-Unis d’Amérique à Casa Rosada. Les diplomates états-uniens-américains ont demandé à être entendus pour exprimer leur malaise face aux activités d’Evo Morales, arrivé en Argentine le 12 décembre.

« En ce qui concerne Evo Morales, nous appelons l’Argentine à être un bon voisin pour soutenir la démocratie [par coup d’Etat – MIRASTNEWS] bolivienne et nous appelons l’administration Alberto Fernández à travailler pour garantir que Morales n’abuse pas de son statut en Argentine », ont-ils déclaré. Sources diplomatiques de l’agence EFE.

Morales, qui est actuellement en asile en Argentine en attente du statut de réfugié, a convoqué la direction du Mouvement pour le socialisme (MAS) à une réunion pour le 29 décembre à Buenos Aires au cours de laquelle la date et le lieu d’une « grande réunion » pendant laquelle les candidats aux élections de 2020 seront choisis doivent être déterminés.

L’ex-président a démissionné de la présidence de la Bolivie le 10 novembre après des manifestations contre sa réélection et la demande expresse de la police et des forces armées, à la suite d’un rapport de l’Organisation des États américains qui marque des irrégularités lors des élections du 20 Octobre.

Après le départ de Morales pour le Mexique, la sénatrice de l’opposition, Jeanine Anez, a assumé la présidence de facto le 12 novembre dans une succession sans accord parlementaire, bien qu’approuvée par la Cour constitutionnelle.

Le Mexique a accordé l’asile à Morales, qui s’est néanmoins rendu à Cuba le 6 décembre et s’est ensuite rendu en Argentine, où réside la plus grande colonie bolivienne en dehors de son pays.

Le 18 décembre, le parquet de Bolivie a ordonné l’arrestation de l’ex-président, accusé de «sédition et terrorisme».

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

1 Trackback / Pingback

  1. Est-ce un aveu pour le coup d’Etat ? Les Etats-Unis d’Amérique demandent à Evo Morales de « ne pas abuser de son statut » en Argentine | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :