A la Une

E-Press du 30 décembre 2019

Sébastien Braha, représentant permanent adjoint de la France auprès de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC). ©Geneve.delegfrance.org

Au sommaire :

1- Trucage du rapport de l’OIAC, un coup monté par la France

Wikileaks a publié de nouveaux documents internes de l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques (OIAC).

Un e-mail atteste que le travail de l’inspecteur Ian Henderson a été supprimé sur ordre du directeur de cabinet du directeur général de l’Organisation, Sébastien Braha.

Ce diplomate français est un « cadre d’Orient » qui fut détaché auprès de l’OIAC trois mois après la supposée attaque chimique de Douma afin de contrôler l’enquête de l’Organisation.

Sébastien Braha précise :

« Veuillez retirer ce document des archives […]. Et veuillez supprimer toute trace, s’il y en a, de sa livraison/stockage/quoi que ce soit dans les archives ».

Source:  Réseau International et Twitter

2- Les casseurs de Hong Hong continuent leurs provocations en toute impunité

Un comportement similaire en Europe ou en Amérique du Nord aurait déclenché une prompte et solide réaction des forces de l’ordre.

La passivité de la police de Hong Kong obéit à des impératifs politiques. Ne pas tomber dans la provocation voulue par les soutiens des protestataires pour aggraver la situation.

Source : Réseau International

3- La Turquie négocie le transfert massif de terroristes vers la Libye

Le président Erdogan s’est rendu impromptu en Tunisie, le 25 décembre 2019. Il était notamment accompagné par Hakan Fidan, le chef de ses services secrets ainsi que par ses ministres des Affaires étrangères et de la Défense. La délégation a été reçue par le président Kaïs Saïed. Ce juriste, soutenu par les Frères musulmans, l’a assuré de pouvoir utiliser l’aéroport et le port de Djerba afin de transférer massivement des terroristes vers Tripoli et Misrata.

 À Ankara, la Grande Assemblée nationale devrait prochainement autoriser l’armée turque à envoyer ses soldats réguliers en Libye.

Simultanément, l’armée turque n’intervient pas à Idlib en Syrie où les terroristes sont bombardés par l’armée arabe syrienne appuyée par l’aviation russe et où deux postes d’observation turcs sont encerclés par l’armée arabe syrienne. Des dizaines de milliers de terroristes se replient vers la Turquie.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a conclu une alliance militaire avec le « gouvernement d’union nationale » libyen (GNA), présidé par Fayez Al-Sarraj, siégeant à Tripoli et soutenu par l’ONU. Il lui a fait livrer des blindés et des drones, mais n’a pas encore déployé des troupes régulières.

Source : Réseau Voltaire

4- En Iran, la croissance de l’alphabétisation trois fois supérieure à la moyenne mondiale

L’une des mesures importantes prises par la République islamique au début de sa formation était la création d’une organisation pour l’éradication de l’analphabétisme dont la date de la fondation remonte au 28 décembre 1979.

À l’occasion de la fondation de l’Organisation pour l’alphabétisation en Iran, le ministre adjoint iranien de l’Éducation pour les affaires juridiques, Ali Askari, s’est félicité du franc succès des plans élaborés et réalisés à cet égard précisant que la croissance de l’alphabétisation en Iran au cours des quarante dernières années a atteint le triple de la moyenne mondiale.

Se référant au rapport du Centre de statistiques en Iran, il a précisé que selon le dernier recensement effectué en 2017, le taux d’apprentissage du groupe statistique cible, c’est-à-dire une tranche d’âge entre 10 et 49 ans, a atteint les 95,4 %.

Source: Press TV avec IRNA

Ankara envoie des terroristes en Libye

La Turquie envoie des terroristes de l’Armée nationale syrienne en Libye. (Photo d’illustration)

Au moins 300 miliciens syriens sont arrivés en Libye tandis que 1 000 autres s’y déploieront bientôt.

Montrant les terroristes de l’Armée nationale syrienne soutenus par la Turquie près de Tripoli, capitale libyenne, deux vidéos ont fait le buzz, samedi 28 décembre, sur les réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter, d’après le journal en ligne Al-Masdar.

Les deux vidéos montraient les terroristes près d’un camp appartenant à l’Armée nationale libyenne (ANL) dirigée par le maréchal Haftar.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), à l’heure actuelle le nombre total des terroristes de l’Armée nationale syrienne déployés, à la solde d’Ankara, en Libye est estimé à environ 300, alors que 1 000 autres recrues actuellement campées dans une base turque s’apprêtent à quitter la Syrie pour la Turquie.

Selon l’OSDH, la Turquie a offert aux terroristes un salaire de 2000 dollars US par mois afin d’aider le gouvernement libyen de l’union nationale (GNA), selon son sigle anglais, basé à Tripoli dans leur lutte contre l’armée nationale libyenne.

Les vidéos en questions ont été publiées, vendredi 27 décembre, alors que l’Armée nationale syrienne avait publié la veille une déclaration via Twitter pour nier le déploiement de ses forces en Libye.

Source: Press TV

Président Rouhani: C’est une situation de guerre

Le président iranien Hassan Rouhani assiste à un événement organisé à l’occasion de la Journée nationale des industries pétrochimiques, à Téhéran, le 30 décembre 2019 (photo de president.ir)

Le président Hassan Rouhani a déclaré que l’ère des pressions et des sanctions contre la nation iranienne prendrait fin tôt ou tard, car les ennemis de la République islamique se sont rendu compte qu’ils ne pouvaient pas plier les Iraniens à leur volonté.

« Je déclare ici sans équivoque que l’ère des pressions et des sanctions contre la nation iranienne prendra fin », a déclaré le président.

« La raison en est que nos méchants et ennemis ont découvert qu’ils ne pouvaient pas nous forcer à capituler sous une pression maximale », a-t-il noté, lors d’un discours à l’occasion de la Journée nationale des industries pétrochimiques à Téhéran lundi, a rapporté IRNA. .

Les États-Unis d’Amérique ont lancé la campagne de «pression maximale» sous le président Donald Trump. La politique a vu Washington quitter un accord nucléaire multilatéral et ratifié par les Nations Unies avec la République islamique l’année dernière, et rendre les sanctions que l’accord avait levées.

Washington a alors commencé à faire pression sur ses alliés pour respecter sa ligne de sanction en interrompant le commerce avec Téhéran.

Rouhani a décrit la campagne comme «une guerre économique totale», qui non seulement n’avait pas atteint son objectif, mais continuerait également de se révéler futile.

Il a déclaré que les efforts pour rallier le soutien international à la campagne et lui donner une tournure juridique n’avaient pas non plus porté leurs fruits.

« Ils ont cherché à transformer cette guerre en une guerre politique et à forcer le monde entier à se tenir derrière eux contre nous, mais ils ont échoué », a noté le président. «Ils ont cherché à transformer cette guerre en une guerre légale en faisant que l’ONU et les institutions internationales nous condamnent. Ils ont également échoué dans cette dernière offre.»

Même les alliés les plus proches des États-Unis d’Amérique, a déclaré Rouhani, reconnaissent que Washington a commis une erreur en entreprenant la campagne et n’a pas atteint ses objectifs.

Rouhani a également rejeté les critiques de la sous-performance de son administration, affirmant que certains des engagements pris au début de la formation du gouvernement avaient été donnés « en temps de paix ».

«C’est maintenant la guerre, ce qui implique sa propre situation», a déclaré le président.

Il a cependant réitéré que l’Iran n’avait pas été la partie favorable pour lancer la guerre.

Le président Rouhani a également salué le peuple iranien pour être sorti victorieux face à la campagne menée par les États-Unis d’Amérique à travers leur performance « courageuse et attentive » et leur « vigilance », qui les a vus séparer leurs amis et ennemis, et ne pas dévier de leur chemin.

Le peuple iranien n’a pas « déroulé le tapis rouge » pour accueillir l’ingérence étrangère dans les affaires intérieures, car les ennemis s’attendaient à ce que cela se produise dans les cinq à six mois suivant le lancement de la campagne de pression, a-t-il dit.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Press TV

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :