A la Une

L’ancien PDG de Nissan, Carlos Ghosn, est maintenant au Liban après une assignation à résidence au Japon: rapport

Photo: AP Images

Carlos Ghosn, ancien PDG de Nissan et ancien président de l’Alliance Renault-Nissan, ne serait plus assigné à résidence par décision de justice au Japon et se trouve actuellement au Liban.

Le Wall Street Journal a initialement rapporté que Ghosn s’était enfui au Liban des autorités japonaises, mais le Financial Times rapporte qu’il n’est pas clair s’il a fui ou pris une sorte d’arrangement.

Depuis FT:

On ne sait pas si l’ancien président du constructeur automobile a échappé à la détention à domicile au Japon ou si un accord a été conclu pour sa libération. Les autorités japonaises et libanaises n’étaient pas immédiatement disponibles pour commenter.

Les conditions de détention de M. Ghosn signifiaient qu’il pouvait quitter son appartement, suivi par la police et les procureurs, ainsi que par un détective privé, selon FT.

Ghosn était auparavant assigné à résidence dans l’attente de l’enquête du gouvernement japonais sur les accusations de faute financière contre lui pendant son séjour chez Renault et Nissan, y compris le fait de ne pas avoir déclaré jusqu’à 80 millions de dollars d’indemnités différées.

Ceci est une histoire de dernière minute et sera mise à jour …

Justin T. Westbrook

Traduction : MIRASTNEWS

Source : JALOPNIK

Le patron de Renault-Nissan évacué Ghosn quitte le Japon: Les Echos

Nissan a limogé Carlos Ghosn, affirmant que ses enquêtes internes avaient révélé une faute allant de la sous-estimation de son salaire alors qu’il était son directeur général au transfert de 5 millions de dollars de fonds Nissan vers un compte dans lequel il avait un intérêt [Dossier: Issei Kato / Reuters]

On ne sait pas comment Ghosn, qui possède à la fois la nationalité française et libanaise, aurait pu quitter le Japon.

Carlos Ghosn, le patron évincé de l’alliance automobile Renault-Nissan qui attendait d’être jugé au Japon, s’est rendu au Liban lundi soir, a rapporté le journal français Les Echos.

Le journal a cité sa propre source anonyme et un rapport dans le journal libanais L’Orient-Le Jour. Il n’y a eu aucune confirmation immédiate de sources officielles.

On ne sait pas comment Ghosn, qui possède à la fois la nationalité française et libanaise, aurait pu quitter le Japon, où il a été soumis à de strictes restrictions imposées par les tribunaux à ses mouvements.

Ghosn a été arrêté peu de temps après l’atterrissage de son jet privé dans un aéroport de Tokyo le 19 novembre 2018. Il fait face à quatre chefs d’accusation – ce qu’il nie – y compris la dissimulation de revenus et son enrichissement grâce aux paiements aux concessionnaires du Moyen-Orient.

Nissan a limogé Ghosn, affirmant que ses enquêtes internes avaient révélé une faute allant de la sous-estimation de son salaire alors qu’il était son directeur général, et le transfert de 5 millions de dollars de fonds Nissan sur un compte dans lequel il avait un intérêt.

Les avocats de Ghosn ont demandé à un tribunal de rejeter toutes les accusations portées contre lui. Ils accusent les procureurs de collusion avec des responsables gouvernementaux et des dirigeants de Nissan pour le chasser de bloquer toute prise de contrôle du constructeur automobile par le partenaire de l’alliance française Renault, dont Ghosn était également le président.

Après son arrestation, Ghosn a passé une longue période en détention, mais plus récemment, il a été autorisé à sortir et soumis à des conditions de mise en liberté sous caution strictes, qui l’obligeaient à rester au Japon.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Reuters via aljazeera

Carlos Ghosn fuit la résidence surveillée au Japon et arrive au Liban

L’ancien responsable automobile est accusé d’inconduite financière

Carlos Ghosn, ancien président-directeur général de l’Alliance Renault-Nissan.

PARIS – Carlos Ghosn, l’ancien chef de Nissan Motor Co. 7201, -0,45% et Renault SA RNO, -0,93%, a fui le Japon, où il risque d’être jugé pour faute financière présumée, et est arrivé lundi dans son pays natal, le Liban, selon des personnes familières avec le sujet.

Alors que Ghosn avait été libéré de prison japonaise et autorisé à quitter une maison à Tokyo désignée comme sa résidence, il devait rester au Japon en attendant son procès. On ne peut pas immédiatement savoir comment Ghosn a échappé aux autorités japonaises.

L’ancien dirigeant automobile, qui a nié les accusations portées contre lui dans le cadre d’un complot de cadres Nissan mécontents, a fui le Japon parce qu’il ne pense pas qu’il obtiendra un procès équitable là-bas, a déclaré une personne proche du dossier. Il est «fatigué d’être un otage politique industriel», a ajouté la personne.

Ghosn est libanais et a passé une grande partie de sa jeunesse dans le pays, où il a des liens familiaux ainsi que des intérêts personnels et commerciaux. Il devrait y tenir une conférence de presse dans les prochains jours où il pourrait expliquer son départ brusque, a déclaré l’une des personnes proches du dossier.

Nick Kostov

Une version étendue de ce rapport apparaît sur WSJ.com.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : MarketWatch

Le patron de Renault-Nissan évincé Ghosn quitte le Japon pour le Liban – Rapports

Il n’était pas clair comment Carlos Ghosn, qui est d’origine libanaise, a quitté le Japon où il est sous surveillance et devrait être jugé en avril 2020 pour des accusations de dissimulation de revenus et d’inconduite financière.

Un gardien de sécurité se tient dans le garage de la résidence de l’ancien président de Nissan, Carlos Ghosn, le lundi 30 décembre 2019 à Beyrouth, au Liban. (AP)

Carlos Ghosn, le patron évincé de l’alliance automobile Renault-Nissan qui attendait d’être jugé au Japon, s’est rendu au Liban lundi soir, a rapporté le journal français Les Echos.

Le journal a cité sa propre source anonyme et un reportage dans le journal libanais L’Orient-Le Jour. Il n’y a eu aucune confirmation immédiate de sources officielles.

On ne sait pas comment Ghosn, qui possède à la fois la nationalité française et libanaise, aurait pu quitter le Japon, où il a été soumis à de strictes restrictions imposées par les tribunaux à ses mouvements.

Le Financial Times a déclaré que Ghosn n’était plus assigné à résidence, mais n’a pas précisé s’il s’était enfui ou si un accord avait été conclu. Ghosn a atterri dimanche soir à l’aéroport international Rafic al Hariri de Beyrouth, a indiqué le journal, citant un associé de Ghosn.

Procès en attente

Ghosn a été arrêté dans un aéroport de Tokyo peu de temps après l’atterrissage de son jet privé le 19 novembre 2018. Il fait face à quatre chefs d’accusation – qu’il nie – y compris la dissimulation de revenus et son enrichissement grâce aux paiements aux concessionnaires du Moyen-Orient.

Nissan a limogé Ghosn, une fois arrêté, déclarant que ses enquêtes internes avaient révélé une faute allant de la sous-estimation de son salaire alors qu’il était son directeur général, et le transfert de 5 millions de dollars de fonds Nissan sur un compte dans lequel il avait un intérêt.

Les avocats de Ghosn ont demandé à un tribunal de rejeter toutes les accusations portées contre lui. Ils accusent les procureurs de collusion avec des responsables gouvernementaux et des dirigeants de Nissan pour le chasser et bloquer toute prise de contrôle du constructeur automobile par le partenaire français de l’alliance Renault, dont Ghosn était également le président.

Après son arrestation, Ghosn a passé une longue période en détention, mais plus récemment, il a été autorisé à sortir, sous réserve de conditions de libération sous caution strictes, qui l’obligeaient à rester au Japon.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : TRT WORLD

L’ancien chef de Nissan, Carlos Ghosn, arrive à Beyrouth, au Liban

FICHIER – En mars 2019, une photo d’archive montre l’ancien président de Nissan, Carlos Ghosn, à droite, et sa femme Carole à Tokyo. Ghosn, en attente de son procès au Japon pour inconduite financière, a reçu l’autorisation d’un tribunal de Tokyo de parler pendant une heure lors d’un appel vidéo avec sa femme. (Kyodo News via AP, File)

BEYROUTH – L’ancien président de Nissan, Carlos Ghosn, qui attend d’être jugé au Japon pour inconduite financière, est arrivé à Beyrouth, a déclaré lundi un ami proche. Il a apparemment sauté la caution.

Il n’était pas clair comment Ghosn, qui est d’origine libanaise, a quitté le Japon où il était sous surveillance et devrait être jugé en avril 2020.

Ricardo Karam, animateur de télévision et ami de Ghosn qui l’a interviewé plusieurs fois, a déclaré à l’Associated Press que Ghosn est arrivé au Liban lundi matin.

« Il est chez lui », a déclaré Karam à l’AP dans un message. « C’est une grande aventure. »

Karam a refusé de donner des détails. Les médias locaux ont d’abord signalé que Ghosn était arrivé au Liban, mais n’ont pas fourni de détails.

Il n’y a pas eu de commentaire immédiat du Japon.

Ghosn, 65 ans, est en liberté sous caution à Tokyo depuis avril et fait face à des accusations de dissimulation de revenus et d’inconduite financière. Il a nié les accusations. Il avait été mis en liberté sous caution au Japon après avoir passé plus de 120 jours en détention.

Le journal libanais Al-Joumhouriya a déclaré que Ghosn est arrivé à Beyrouth depuis la Turquie à bord d’un jet privé. AP n’a pas pu confirmer ces détails ni comment il a pu quitter Tokyo.

Une maison connue pour appartenir à Ghosn dans un quartier de Beyrouth avait des gardes de sécurité à l’extérieur avec deux lumières lundi soir, mais aucun signe de personne à l’intérieur. Les gardes ont nié qu’il était à l’intérieur, bien que l’un ait dit qu’il était au Liban.

Ghosn a été arrêté l’année dernière au Japon et a été inculpé de sous-déclaration de sa rémunération et de toute autre inconduite financière. Il nie tout acte répréhensible et était en liberté sous caution. Son procès n’avait pas commencé.

Les avocats de Ghosn affirment que les allégations sont le résultat d’accusations contrefaites fondées sur un complot entre Nissan, les responsables gouvernementaux et les procureurs pour évincer Ghosn afin d’empêcher une fusion plus complète avec le partenaire de l’alliance de Nissan, Renault SA de France.

Ghosn, l’une des plus grandes stars de l’industrie automobile avant sa chute, est reconnu pour avoir conduit Nissan de la quasi-faillite à la croissance lucrative.

Même s’il est tombé en disgrâce au niveau international, Ghosn était toujours considéré comme un héros au Liban, où beaucoup avaient longtemps espéré qu’il jouerait un jour un rôle plus important dans la politique ou aiderait à sauver son économie en faillite.

Des politiciens de tous bords se sont mobilisés pour sa défense après son arrestation au Japon, certains suggérant que sa détention pourrait faire partie d’un complot politique ou commercial.

Les Libanais étaient particulièrement fiers de l’icône de l’industrie automobile, titulaire d’un passeport libanais, parlant couramment l’arabe et visitée régulièrement. Né au Brésil, où son grand-père libanais avait cherché fortune, Ghosn a grandi à Beyrouth, où il a passé une partie de son enfance dans une école jésuite.

Son épouse, Carole Nahas, est également d’origine libanaise.

Le ministre japonais des Affaires étrangères, Keisuke Suzuki, s’est rendu à Beyrouth au début du mois, où il a rencontré le président libanais et le ministre des Affaires étrangères.

SARAH EL DEEB

____

Le rédacteur d’Associated Press Zeina Karam à Beyrouth a contribué au reportage.

Traduction : MIRASTNEWS

Source :  Associated Press

L’ancien président de Nissan libéré sous caution fuit le Japon et se réfugie au Liban

« Je n’ai pas fui la justice. J’ai échappé à l’injustice et à la persécution politique », a déclaré Carlos Ghosn.

Carlos Ghosn après avoir quitté son centre de détention à Tokyo (Japon) le 25 avril 2019.

L’ancien chef de Nissan, Carlos Ghosn, qui a été libéré sous caution en avril après avoir été arrêté l’an dernier pour suspicion de violation des lois financières japonaises, a fui le pays et s’est réfugié au Liban.

La nouvelle a été confirmée par une déclaration publiée par l’homme d’affaires et publiée par un de ses porte-parole aux États-Unis d’Amérique, selon le média d’État japonais NHK.

« Je suis maintenant au Liban. Je ne serai plus pris en otage par un système judiciaire japonais manipulé … Je n’ai pas fui la justice. J’ai échappé à l’injustice et à la persécution politique », souligne le document.

Plusieurs médias avaient spéculé sur le départ de Ghosn du Japon, qui avait été interdit de quitter le pays, et il n’était pas clair s’il avait fui ou si ses avocats de la défense avaient négocié de nouvelles conditions de libération sous caution.

Les conditions initiales de sa libération l’ont contraint à remettre son passeport et à rester dans une maison désignée par le tribunal de Tokyo en attendant son procès, prévu pour avril de l’année prochaine. Il lui était interdit de voir sa femme – née au Liban – sans autorisation spéciale, et avait un accès limité à Internet, recueille The Guardian.

Le 19 novembre 2018, Ghosn a été arrêté au Japon et inculpé de conduite financière inappropriée, y compris la manipulation de données sur ses revenus et l’utilisation personnelle des actifs de l’entreprise. Il a été libéré pour la première fois en mars dernier, mais le 4 avril, il a de nouveau été arrêté sous de nouvelles accusations. À la fin de ce mois, le tribunal de district de Tokyo lui a de nouveau accordé la liberté. Ghosn nie toutes les accusations portées contre lui.

[Le renseignement japonais en émoi, va-t-il tenter de le kidnapper au Liban? – MIRASTNEWS]

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

1 Trackback / Pingback

  1. L’ancien PDG de Nissan, Carlos Ghosn, est maintenant au Liban après une assignation à résidence au Japon: rapport – MIRASTNEWS – Histoire militaire du Moyen-Orient

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :