A la Une

Le fugitif Carlos Ghosn «a rencontré le président libanais» après avoir fui le Japon

Image d’archives

L’ancien président de Nissan, Carlos Ghosn, a fui le Japon, où il a fait face à des accusations de faute financière, en se cachant dans une boîte à instruments de musique, selon des informations. Crédit: AFP

Carlos Ghosn, l’ancien président fugitif de Nissan, aurait rencontré le président libanais après son retour, ce qui, s’il était confirmé, pourrait faire de son évasion d’une câpre transcontinentale un grave incident diplomatique.

L’homme d’affaires libanais né au Brésil, âgé de 65 ans, a déclaré avoir échappé à « l’injustice » au Japon, où il était en liberté sous caution en attendant son procès pour inconduite financière. L’histoire de son évasion ressemblant à Houdini l’a fait se faufiler hors de sa maison à Tokyo – qui avait été sous surveillance policière 24 heures – avec un groupe d’anciens soldats des forces spéciales se faisant passer pour un groupe musical.

Sa femme a nié les détails les plus bizarres rapportés d’abord par les médias libanais, mais a refusé de dire exactement comment il a réussi à fuir.

Carole Ghosn, 52 ans, a cependant décrit avoir été réunie avec son mari comme le «meilleur cadeau de ma vie». Selon des sources citées par l’agence de presse Reuters, M. Ghosn a été chaleureusement accueilli par le président Michel Aoun lundi après avoir atterri à Beyrouth via Istanbul par deux avions privés.

Il était dit « dynamique » et d’humeur combative.

L’homme d’affaires aurait remercié M. Aoun pour le soutien qu’il lui avait apporté ainsi qu’à sa famille pendant sa détention, ont indiqué les sources. Un porte-parole du président a nié cette allégation. Des responsables libanais ont déclaré qu’il ne serait pas nécessaire de prendre des mesures juridiques contre M. Ghosn parce qu’il était entré légalement dans le pays avec un passeport français, bien que les passeports français, libanais et brésiliens de Ghosn soient avec des avocats au Japon.

L’ancien président de Nissan, Carlos Ghosn, quitte le bureau de son avocat Junichiro Hironaka à Tokyo Crédit: AFP

Une source proche de M. Ghosn a déclaré hier soir au Telegraph qu’il séjournait actuellement chez son beau-père. Il a également été affirmé que M. Ghosn avait été visité quotidiennement lors de son assignation à résidence par l’ambassadeur du Liban au Japon. Les allégations suggèrent qu’il aurait pu avoir l’aide du gouvernement pour planifier son évasion – qui aurait éclos sur une période de trois mois – ce qui, s’il est vrai, menace de nuire aux relations entre les deux pays.

Le vénéré M. Ghosn est encore largement considéré au Liban comme une sorte de fils prodigue. Il est défendu par les gens d’ici comme un symbole de la grande diaspora réussie de leur pays et un excellent exemple du génie entrepreneurial libanais. Des panneaux d’affichage et des affiches sont apparus dans tout le pays après l’annonce de son arrestation en novembre 2018. «Nous sommes tous Ghosn», lit-on.

Le populaire site d’information libanais MTV a publié mercredi un article d’opinion intitulé « L’homme qui a vaincu le Japon ». Mais certains militants ont déclaré que son retour était la dernière goutte pour un pays souffrant d’une double crise politique et économique. Les médias japonais, généralement calmes, ont fustigé le « lâche » M. Ghosn.

Nissan l’a limogé en tant que président fin 2018, affirmant que des enquêtes internes avaient révélé une faute, notamment une sous-estimation de son salaire alors qu’il était son directeur général, et le transfert de 5 millions de dollars de fonds Nissan sur un compte dans lequel il avait un intérêt.

Josie Ensor

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Telegraph

Rapport: Ghosn a rencontré le président libanais après avoir fui le Japon

Carlos Ghosn. (Reuters)

L’ancien président fugitif de Nissan, Carlos Ghosn, a rencontré le président libanais après avoir fui le Japon, où il a été sorti clandestinement par une société de sécurité privée, ont indiqué mercredi deux sources proches de Ghosn.

L’une des sources a déclaré à Reuters Ghosn que le président Michel Aoun avait été chaleureusement accueilli lundi après avoir atterri à Beyrouth via Istanbul et était maintenant d’humeur dynamique et combative et se sentait en sécurité.

Le plan visant à faire sortir Ghosn du Japon, qui a marqué le dernier tournant d’une saga vieille d’un an qui a ébranlé l’industrie automobile mondiale, a été élaboré sur trois mois, ont déclaré les deux sources.

« Ce fut une opération très professionnelle du début à la fin », a déclaré l’un d’eux.

Lors de sa réunion à la présidence, Ghosn a remercié Aoun pour le soutien qu’il lui avait apporté ainsi qu’à sa femme Carole pendant sa détention, ont indiqué les sources. Il a maintenant besoin de la protection et de la sécurité de son gouvernement après avoir fui le Japon, ont ajouté les sources.

La rencontre entre Aoun et Ghosn n’a pas été rendue publique et un conseiller des médias au bureau du président a nié que les deux hommes se soient rencontrés. Les deux sources ont indiqué que les détails de la réunion leur avaient été décrits par Ghosn.

Ghosn n’a pas pu être joint pour commenter la réunion et a gardé le silence publiquement, sauf pour publier une déclaration écrite peu de temps après son arrivée disant qu’il avait « échappé à l’injustice et à la persécution politique ».

Des responsables libanais ont déclaré qu’il ne serait pas nécessaire de prendre des mesures juridiques contre Ghosn parce qu’il était entré légalement dans le pays avec un passeport français, bien que les passeports français, libanais et brésiliens de Ghosn soient avec des avocats au Japon.

Les ministères français et libanais des Affaires étrangères ont déclaré ne pas être au courant des circonstances de son voyage.

Le Liban n’a pas d’accord d’extradition avec le Japon.

Ghosn a été arrêté pour la première fois à Tokyo en novembre 2018 et fait face à quatre chefs d’accusation – qu’il nie – y compris la dissimulation de revenus et son enrichissement grâce aux paiements aux concessionnaires automobiles au Moyen-Orient.

Il a bénéficié d’une vague de soutien du Liban depuis son arrestation en 2018, des panneaux d’affichage proclamant « Nous sommes tous Carlos Ghosn » érigés en solidarité avec son cas.

Aux termes de sa caution, il avait été confiné dans sa maison à Tokyo et devait faire installer des caméras à l’entrée. Il a été empêché de communiquer avec sa femme, Carole, et son utilisation d’Internet et d’autres communications a été réduite.

Les sources ont indiqué que l’ambassadeur du Liban au Japon lui avait rendu visite quotidiennement alors qu’il était en détention.

‘Fiction’

Alors que certains médias libanais ont lancé un récit semblable à Houdini, de Ghosn emballé dans un conteneur en bois pour les instruments de musique après un concert privé dans sa maison, sa femme a appelé le compte « fiction » lorsqu’il a été contacté par Reuters.

Elle a refusé de fournir des détails sur la sortie de l’un des titans les plus reconnus de l’industrie. Les récits des deux sources suggèrent une évasion soigneusement planifiée connue de quelques-uns seulement.

Ils ont déclaré qu’une entreprise de sécurité privée avait supervisé le plan, qui impliquait de faire sortir Ghosn via un jet privé vers Istanbul avant de se diriger vers Beyrouth, même le pilote ignorant la présence de Ghosn à bord.

Junichiro Hironaka, l’un des avocats de Carlos Ghosn, s’est entretenu avec les médias devant son bureau de Tokyo mardi. Il a dit qu’il était surpris par les informations selon lesquelles Ghosn avait quitté le Japon. | AFP-JIJI

Un avocat de Ghosn a déclaré qu’il tiendrait une conférence de presse à Beyrouth le 8 janvier. Les sources proches de Ghosn ont toutefois déclaré que la date de la conférence de presse n’avait pas encore été arrêtée. Ils ont déclaré que Ghosn n’était pas disposé à partager les détails de son évasion afin de ne pas mettre en danger ceux qui l’ont aidé au Japon.

Il reste au domicile d’un parent de sa femme, mais prévoit de retourner prochainement dans une villa fermée dans le quartier chic d’Achrafieh à Beyrouth, a déclaré l’une des sources.

Nissan a limogé Ghosn en tant que président, affirmant que des enquêtes internes avaient révélé une faute, notamment une sous-estimation de son salaire alors qu’il était son directeur général, et le transfert de 5 millions de dollars de fonds Nissan sur un compte dans lequel il avait un intérêt.

Au Liban, Ghosn est considéré comme le porte-affiche de la réussite dans un pays où le chômage galopant pousse les jeunes Libanais à l’étranger à trouver du travail et l’économie dépend fortement des envois de fonds au milieu d’une profonde crise financière qui a déclenché une vague de protestations.

Ghosn est né au Brésil d’origine libanaise et a vécu au Liban comme un enfant. Il a supervisé un revirement chez le constructeur automobile français Renault qui lui a valu le surnom de « Le Cost Killer » et a utilisé des méthodes similaires pour relancer Nissan.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Asharq Al-Awsat

Le ministre de la Justice du Liban a déclaré à Arab News Japan qu’aucune demande d’extradition n’avait été reçue pour Ghosn

457109_163005_800_auto_jpg

  • L’ancien PDG de Nissan peut tenir une conférence de presse, à condition qu’il « n’affecte pas les relations » avec le Japon
  • Conférence de presse prévue par Ghosn à Beyrouth le 8 janvier

BEYROUTH – Le ministre libanais de la Justice Albert Serhan a déclaré mercredi à Arab News Japan que le Japon n’avait pas déposé de demande d’extradition officielle pour l’ancien PDG de Nissan, Carlos Ghosn, qui avait fui le Japon pour le Liban via la Turquie le 30 décembre.

Ghosn, un homme d’affaires français d’origine libanaise né au Brésil, a été arrêté au Japon en novembre 2018 en raison d’allégations selon lesquelles il aurait sous-déclaré ses revenus et abusé des actifs de l’entreprise. Il a été arrêté de nouveau sous de nouvelles accusations de détournement de fonds alors qu’il était en liberté sous caution en avril. Ghosn a rompu les conditions de sa libération sous caution en s’enfuyant au Liban.

Serhan a déclaré: «Ghosn a la citoyenneté libanaise et – selon les principes et les lois – est donc traité comme un citoyen libanais. Selon nos lois applicables, un Libanais sera jugé par des tribunaux libanais à moins qu’il n’y ait un traité d’extradition, et il n’y en a pas entre le Liban et le Japon. En tout cas, nous ne sauterons pas aux conclusions. Jusqu’à présent, le gouvernement japonais n’a envoyé aucune demande de retour.»

Le Liban a accepté une demande d’extradition des États-Unis d’Amérique au début de cette année, bien qu’il n’ait pas de traité d’extradition avec l’Amérique. Ali Salameh, qui possède la double nationalité libanaise et américaine-états-unienne et a été accusé d’avoir kidnappé son fils de quatre ans des États-Unis d’Amérique et de l’avoir emmené au Liban à la suite d’un différend avec sa femme sur sa garde à vue, a été remis au FBI. Cependant, Serhan a souligné: «Cet homme avait la double nationalité. Carlos Ghosn n’a pas la nationalité japonaise. Chaque cas est différent.»

Carlos Ghosn a fui le Japon lundi, se rendant au Liban via la Turquie (Reuters / Photo de fichier)

Interrogé pour savoir si Ghosn fuyant vers le Liban affecterait les relations libano-japonaises, Serhan a répondu: «Nous n’espérons (pas). Si les principes sont respectés et les lois respectées, cette affaire ne peut pas affecter les relations entre les deux pays.»

Il a souligné que le Liban tient à maintenir de bonnes relations avec tous les pays et qu’il respecte le droit international. « Le Liban a besoin du Japon, qui est l’une des plus grandes économies, et il nous fournit une assistance », a-t-il déclaré. «Nous espérons que le Japon comprend, notamment en ce qui concerne les lois libanaises.»

On pense que Ghosn prévoit une conférence de presse à Beyrouth le 8 janvier, déclarant dans une déclaration à la veille du nouvel an: « Je peux enfin communiquer librement avec les médias et j’ai hâte de commencer la semaine prochaine. »

Serhan a déclaré que Ghosn pourrait tenir la conférence de presse mais seulement s’il n’endommageait pas les relations entre le Liban et le Japon.

« Ghosn est un citoyen libanais qui jouit (des mêmes droits que tous les citoyens) », a déclaré Serhan. «Il peut tenir sa conférence de presse tant qu’il ne critique aucun État et n’affecte pas les relations entre nos deux pays.»

Le ministère libanais des Affaires étrangères a souligné dans un communiqué qu’il souhaitait maintenir « les meilleures relations avec l’État japonais », mais a ajouté que Ghosn est entré au Liban « de manière légale ».

Le ministère a expliqué qu’il y a un an, le Liban avait envoyé un certain nombre de communiqués officiels au gouvernement japonais concernant le cas de Ghosn, mais aucune réponse n’a été reçue. Lors de la visite du ministre d’État japonais aux Affaires étrangères Keisuke Suzuki au Liban il y a quelques jours, un dossier complet sur l’affaire a été remis au gouvernement libanais.

Lors de la visite de Suzuki – la première d’un ministre d’État japonais au Liban en trois ans – il a déclaré: «Le Japon estime que la paix et la stabilité au Liban sont d’une grande importance pour l’ensemble du Moyen-Orient et, par conséquent, le Japon est déterminé à soutenir le Liban.»

Traduction : MIRASTNEWS

Source : ARAB NEWS

Les théories de la fuite de Ghosn : Boîte à musique, jet privé, fausse identité

Des gardes de sécurité privés vus mardi devant le domicile de l’ancien patron de Nissan, Carlos Ghosn, à Beyrouth. En quittant le Japon, où il attendait son procès pour inconduite financière, Ghosn est devenu un fugitif international. PHOTO: ASSOCIATED PRESS

La spéculation sévit sur Internet, dans les médias mondiaux; Un haut responsable en disgrâce devrait bientôt tenir une conférence de presse

BEYROUTH / TOKYO • L’ancien chef de Nissan Motor et Renault, qui attendait le premier des deux essais à Tokyo, a en quelque sorte échappé à la surveillance permanente et vidéo, ainsi que de lourdes restrictions à sa liberté de mouvement, pour fuir au Liban.

De là, Carlos Ghosn a publié un e-mail dénonçant « l’injustice et la persécution politique » du système judiciaire japonais.

L’homme de 65 ans a fait face à des accusations d’inconduite financière et de descente de ressources de l’entreprise à des fins personnelles, des allégations qu’il nie.

Peu de temps après avoir refait surface, Internet s’est illuminé de rapports et de théories non confirmés sur la façon dont Ghosn, maintenant un fugitif international, a réussi une évasion digne d’un thriller hollywoodien – qui sera très difficile à vivre pour les autorités japonaises.

Dans un récit spéculatif, qui n’a cité aucune source, la chaîne de télévision libanaise MTV a rapporté que Ghosn s’était fait sortir du Japon dans une grande boîte à instruments de musique après qu’un groupe de Noël ait visité sa résidence à Tokyo.

Il a ensuite été extirpé du pays et est ensuite entré au Liban depuis la Turquie dans un avion privé.

D’autres cadres célèbres luttent contre l’extradition

LE FINANCIER LOW TAEK JHO

L’homme d’affaires malaisien, mieux connu sous le nom de Jho Low, est en fuite d’un certain nombre d’autorités. Le cerveau présumé du scandale 1Malaysia Development Berhad, dans lequel d’anciens hauts responsables malaisiens auraient détourné 4,5 milliards de dollars (6,1 milliards de dollars S) du fonds public, se cache. Low a nié toute faute. En octobre dernier, il a accepté un accord avec le ministère de la Justice des Etats-Unis d’Amérique dans lequel il renonçait à des réclamations portant sur des actifs d’une valeur d’un milliard de dollars américains-états-uniens. L’accord ne comprend pas un aveu de culpabilité. La police malaisienne a déclaré que Low était protégé par un pays non identifié, ce qui rend difficile son extradition.

HUAWEI’S MENG WANZHOU

Le directeur financier du géant chinois de la technologie Huawei Technologies a été arrêté à l’aéroport international de Vancouver le 1er décembre 2018, à la demande des États-Unis d’Amérique. Elle a été accusée de fraude bancaire et accusée d’avoir trompé une banque sur les affaires de Huawei en Iran. Elle est assignée à résidence depuis. Meng, 47 ans, nie les accusations et maintient qu’elle est innocente, tandis que les États-Unis d’Amérique demandent son extradition. L’équipe juridique de Meng a contesté son extradition devant un tribunal canadien, faisant valoir que les États-Unis d’Amérique l’utilisaient à dées fins économiques et politiques. Une audience d’extradition débutera le 20 janvier à Vancouver.

TYCOON VIJAY MALLYA

Il fait face à des accusations de fraude résultant de l’effondrement de sa défunte Kingfisher Airlines. Les autorités indiennes l’ont inculpé de délits financiers et ont déclaré avoir souscrit 1,4 milliard de dollars américains-états-uniens (1,9 milliard de dollars S) à Kingfisher auprès de banques indiennes, qu’il n’avait pas l’intention de rembourser. Mallya, 64 ans, a nié tout acte répréhensible et affirme que son cas est politiquement motivé. L’Inde demande l’extradition de Mallya de la Grande-Bretagne, où il a déménagé en 2016. Un tribunal de Londres en 2018 a décidé que Mallya devait être extradé. Mais un autre tribunal en juillet dernier lui a permis de faire appel de l’extradition et l’affaire est pendante.

REUTERS

L’évasion de Ghosn a suivi des semaines de planification, a rapporté le Wall Street Journal, citant des personnes non identifiées connaissant la question.

Il a précisé qu’une équipe de complices s’était réunie pour procéder à son exfiltration, et sa femme Carole a joué un rôle majeur dans l’opération.

Ghosn a été emmené de sa résidence sous contrôle judiciaire à Tokyo dans un jet privé, à destination de la Turquie, d’où il s’est rendu au Liban, où il a atterri tôt lundi matin, a indiqué le journal.

Ghosn a été emmené de sa résidence sous contrôle judiciaire à Tokyo dans un jet privé, à destination de la Turquie, d’où il s’est rendu au Liban, où il a atterri tôt lundi matin, a indiqué le journal.

Un rapport détaillé du quotidien français Le Monde, citant des sources non identifiées, a également rapporté que Mme Ghosn avait organisé l’évasion avec l’aide de ses frères et de leurs contacts en Turquie, et que son mari était entré au Liban avec une carte d’identité.

Il a peut-être décidé de fuir en raison de nouvelles informations que les autorités japonaises auraient pu obtenir d’une banque suisse et de centres offshore, dont Dubaï, a indiqué le journal.

Le journal libanais An-Nahar a rapporté que Ghosn est entré dans le pays avec un passeport français. L’ancien poids lourd de l’industrie a la nationalité libanaise, française et brésilienne, bien que tous ses passeports lui aient été retirés.

Pendant ce temps, un rapport selon lequel Ghosn a rencontré le président libanais Michel Aoun a été démenti par un responsable du bureau présidentiel.

Le journal français Les Echos a déclaré que Ghosn avait peut-être quitté le Japon sous une fausse identité, avec un faux passeport, après avoir embarqué dans un avion privé depuis un petit aéroport où il était moins susceptible d’être reconnu.

Le journal britannique Guardian a déclaré que des responsables politiques au Liban avaient reçu l’ordre des dirigeants politiques d’ignorer les formalités d’arrivée pour Ghosn à l’aéroport de Beyrouth, citant un haut responsable non identifié de la classe dirigeante du pays.

Le ministère français des Affaires étrangères a déclaré qu’il ne savait pas comment Ghosn avait obtenu la gambade.

Le ministère libanais des Affaires étrangères a déclaré que Ghosn était entré légalement dans le pays et qu’il ignorait comment il avait fui le Japon et était arrivé à Beyrouth.

L’aéroport international du Kansai se trouve sur une île artificielle dans la baie d’Osaka et sert de passerelle pour la région d’Osaka dans l’ouest du Japon. (Photo gracieuseté des aéroports du Kansai)

Le japonais Asahi Shimbun a laissé entendre que Ghosn avait peut-être décollé de l’aéroport de Kansai près d’Osaka, citant des documents du ministère des Transports indiquant qu’un avion privé avait quitté le Japon pour Istanbul dimanche soir.

Sur les réseaux sociaux, les détectives potentiels ont également publié des informations sur les vols en jet privé sur les avions qui sont partis pour Istanbul le même jour que Ghosn a peut-être quitté le Japon.

L’acte de disparition de Ghosn a tendance sur Twitter et a inspiré une bonne quantité de jeux de mots, comme dans « Ghosn With The Wind » et « Ghosn, Ghosn Gone ».

Le ministère japonais des Affaires étrangères a déclaré hier qu’il examinait la question et n’était pas en mesure de faire un commentaire.

Ghosn devrait donner une conférence de presse depuis son nouveau domicile au Liban après les vacances.

Dans l’intervalle, les responsables japonais de l’application des lois et des douanes au visage rouge ont des explications à faire.

BLOOMBERG

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Straits Times

Carlos Ghosn a des histoires à raconter et des comptes à régler

Carlos Ghosn a passé plus d’un an pris au piège d’une odyssée juridique japonaise qui a transpercé le monde automobile et plongé sa vie dans le chaos. Maintenant, après avoir réussi une fuite audacieuse du Japon au Liban, il est un fugitif international.

Mais l’exécutif est également libre de s’exprimer pleinement, sans filtrage juridique, pour la première fois depuis son arrestation surprise sur le tarmac de l’aéroport de Haneda en novembre 2018. Et cela semble probable: l’ancien chef de Nissan Motor Co. et Renault SA a des histoires à raconter et des comptes à régler.

L’enjeu est tout l’héritage de Ghosn. Se souviendra-t-il de lui comme du brillant gestionnaire de réduction des coûts qui a sauvé Nissan et construit l’une des plus puissantes alliances automobiles de l’industrie? Ou sera-t-il juste un autre nom dans une salle d’infamie des fugitifs en col blanc?

Ghosn a déclaré mardi dans sa déclaration libanaise qu’il « communiquerait enfin librement avec les médias, et attend avec impatience de commencer la semaine prochaine. »  Alors préparez-vous à ce qui risque d’être une agression boursouflée des relations publiques, à commencer par une conférence de presse attendue, qui fera vibrer certaines cages au Japon et en France.

Sur la base des déclarations antérieures de Ghosn et de sa femme Carole, voici un guide de ce qui pourrait être en magasin.

Le système juridique japonais

« Je n’ai pas fui la justice », a déclaré Ghosn dans le premier communiqué envoyé par courrier électronique après sa sortie remarquable du Japon. « J’ai échappé à l’injustice et à la persécution politique. » Un acte d’accusation encore plus robuste du système juridique du pays est probable dans les semaines à venir.

L’arrestation de Ghosn a ravivé les inquiétudes de longue date concernant l’équité du système judiciaire japonais, où les procureurs peuvent dénoncer les suspects à plusieurs reprises sans que leurs avocats soient présents et bénéficier d’un taux de condamnation de près de 100%.

Aux termes de la mise en liberté sous caution de l’exécutif, les tribunaux ont limité les contacts avec sa famille. Dans sa déclaration du 31 décembre, Ghosn a qualifié le système judiciaire japonais de truqué et a déclaré que ses « droits humains fondamentaux » avaient été déniés, y compris la présomption d’innocence. à un procès.

Trinité impie

Pendant des mois, les avocats de Ghosn ont fait valoir que toutes les accusations portées contre leur client étaient fausses, le résultat d’une vaste conspiration entre les responsables nationalistes de Nissan, les procureurs japonais et le gouvernement lui-même.

L’objectif, selon Ghosn, était de le salir afin d’empêcher l’exécutif d’intégrer davantage Nissan et Renault en France, un plan qui menaçait l’autonomie du constructeur japonais et qui s’est opposé avec véhémence aux plus hauts échelons de la bureaucratie de Tokyo.

Assassins corporatifs

En avril, Ghosn a été arrêté avant une conférence de presse prévue pour tous, ce qui a incité son camp à publier une vidéo préenregistrée pour une telle éventualité.

Dans ce document, Ghosn a parlé de plusieurs dirigeants de Nissan qui, selon lui, se sont tournés contre lui pour défendre leurs propres intérêts. La vidéo originale a nommé les gens; ce segment a été édité dans la version rendue publique.

« Je parle ici de quelques cadres qui, évidemment pour leurs propres intérêts et leurs propres craintes égoïstes, créent beaucoup de destruction de valeur. Des noms? Vous les connaissez », a laissé entendre Ghosn dans sa vidéo. Maintenant, Ghosn peut vraiment soyez prêt à divulguer des noms.

Slide de Nissan

Dans sa vidéo, Ghosn a également critiqué la direction de Nissan pour les mauvaises performances de l’entreprise, affirmant qu’ils avaient perdu de vue la nécessité de faire avancer l’alliance avec Renault.

« Je suis inquiet parce que, de toute évidence, les performances de Nissan diminuent, mais je suis également inquiet parce que je ne pense pas qu’il y ait de vision pour l’alliance en cours de construction », a déclaré Ghosn dans la vidéo.

Les bénéfices de Nissan ont chuté au plus bas niveau en une décennie et le titre a été le moins performant du Bloomberg World Auto Manufacturers Index l’année dernière (le deuxième pire étant Renault), il pourrait donc frapper à nouveau cette note.

Établissement français

Dans plusieurs interviews, l’épouse de Ghosn, Carole, a critiqué l’établissement français pour ne pas avoir fait plus pour aider l’ancien chef de Renault, également citoyen français.

Dans une interview au Journal du Dimanche, elle a déclaré que le président Emmanuel Macron n’avait pas répondu à ses appels à l’aide. « Le silence de l’Elysée est assourdissant », a-t-elle dit. «Je pensais que la France était un pays qui défendait la présomption d’innocence. Ils ont tous oublié tout ce que Carlos a fait pour l’économie française et pour Renault.»

Il reste à voir quels points de discussion Ghosn frappera le plus durement. Pourtant, cela est clair: c’est un combattant, et il a tout à perdre s’il ne peut pas avancer dans la guerre des RP. Cela suggère que son approche ne sera pas subtile.

Brian Bremner et Young-Sam Cho I Bloomberg

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Peninsula Qatar

Emmanuel Macron à l’origine de la guerre entre Renault et Nissan

L’ancien ministre de l’Economie avait lancé un raid sur Renault au printemps 2015. Emmanuel Macron avait provoqué l’hostilité des Japonais qui s’étaient sentis trahis. Avant qu’il ne leur déclare la guerre en début d’année.

1 Trackback / Pingback

  1. Le fugitif Carlos Ghosn «a rencontré le président libanais» après avoir fui le Japon — MIRASTNEWS | Mon site officiel / My official website

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :