A la Une

Ghosn dit aux médias japonais qu’il a beaucoup de documents pour prouver son innocence

Image d’archives

L’ancien président de Nissan, Carlos Ghosn, s’exprime lors de sa conférence de presse mercredi à Beyrouth, au Liban. Photo: fichier REUTERS

Beyrouth – L’ancien patron fugitif de Nissan Motor Co, Carlos Ghosn, a déclaré vendredi qu’il avait « beaucoup de documents » prouvant qu’il était innocent de l’inconduite financière.

« J’ai des preuves, j’ai des faits et j’espère que j’aurai aussi des témoins de personnes parlant de la collaboration entre certains de Nissan, les procureurs et certains membres de l’administration dans la préparation de mon arrestation en 2018″, a déclaré Ghosn dans une piscine entretien avec des médias japonais à Beyrouth.

Concernant comment et où il divulguera les preuves, Ghosn a déclaré: « Il y aura probablement un procès quelque part et je partagerai les documents du procès ».

« J’ai l’impression qu’au Liban, je peux au moins me défendre. C’est ce que je veux. Donc, si je peux me défendre, je peux avoir une justice équitable », a déclaré Ghosn.

Ghosn devrait rester au Liban pour le moment car une interdiction de voyager lui a été imposée par les procureurs du pays à la suite d’un mandat d’Interpol demandé par le Japon sur les allégations portées contre lui.

À la fin du mois dernier, Ghosn a été libéré sous caution et s’est enfui de Tokyo, pour son pays d’origine le Liban, alors qu’il attendait son procès pour des allégations selon lesquelles il aurait abusé des fonds Nissan et minimisé sa rémunération par milliards de yens pendant des années.

Lors d’une conférence de presse mercredi à Beyrouth, sa première apparition publique depuis l’évasion, Ghosn a déclaré que toutes les accusations portées contre lui étaient « sans fondement » et que le système judiciaire « inhumain » du Japon lui avait refusé un procès équitable et rapide.

Ghosn a également lancé des accusations de « complot » entre Nissan et les procureurs japonais pour le démanteler et a fait valoir que le constructeur automobile avait organisé un coup d’État pour l’empêcher de chercher une fusion avec son partenaire d’alliance et le plus grand actionnaire Renault SA.

Le gouvernement japonais, les procureurs et les responsables de Nissan ont tous démenti les affirmations de l’ancien magnat de l’automobile lors de la conférence de presse et ont déclaré qu’il n’avait pas justifié son évasion.

Les procureurs ont promis de traduire Ghosn en justice au Japon. Mais il est peu probable qu’il revienne car le Liban n’a pas de traité d’extradition avec le Japon.

Dans l’interview, Ghosn a de nouveau refusé de commenter comment il s’était échappé, disant seulement: « Je n’ai jamais dit que mon départ du Japon était légal » et il avait été planifié par lui-même à l’insu de ses avocats ou des membres de sa famille.

Des sources d’enquête japonaises ont déclaré que Ghosn s’était rendu à Osaka depuis Tokyo en train à grande vitesse le 29 décembre avant de décoller de l’aéroport international de Kansai en jet privé. Il est arrivé au Liban via la Turquie le 30 décembre.

Ghosn a également continué de s’abstenir de nommer des personnes dans le gouvernement japonais qui, selon lui, étaient à l’origine de son arrestation en novembre 2018.

« J’ai dit que je n’allais pas en parler parce que je ne voulais pas créer plus de problèmes dans les relations entre le Japon et le Liban », a-t-il dit.

Ghosn, qui possède la nationalité brésilienne, française et libanaise, a déclaré qu’il avait fui le Japon en partie en raison des conditions de libération sous caution qui lui étaient imposées et qui lui interdisaient de contacter sa femme Carole sans autorisation.

L’entretien a eu lieu car la plupart des médias japonais n’ont pas été autorisés à assister à la conférence de presse, qui a été retransmise en direct sur Internet par certains des médias sélectionnés par lui.

Ghosn a déclaré qu’il devait sélectionner des journalistes principalement en raison d’une capacité limitée de 150 personnes sur le site.

Dans un mouvement similaire, l’avocat de Ghosn, François Zimeray, a publié une déclaration critiquant les remarques antérieures du ministre japonais de la Justice Masako Mori défendant le système juridique du pays et le traitement de l’ancien magnat de l’automobile au Japon.

Se référant aux commentaires du ministre jeudi suggérant que Ghosn devrait faire valoir ses arguments devant un tribunal japonais et prouver son innocence, la déclaration a indiqué: « Depuis que la Déclaration universelle des droits de l’homme a été adoptée ici, à Paris, en 1948, la présomption d’innocence, le respect de la dignité et des droits de la défense ont été des éléments essentiels de ce qui constitue un procès équitable. »

« Par conséquent, il appartient à l’accusation de prouver la culpabilité et non à l’accusé de prouver … l’innocence », a-t-il déclaré, ajoutant que le système judiciaire japonais « ignore ces principes », bien que Tokyo ait ratifié le traité.

Affirmant que le « système d’otages » japonais vise à « écraser les accusés et non à rechercher la vérité à travers un dialogue juste et équilibré », a déclaré l’avocat, « M. Ghosn a été l’une des nombreuses victimes de ce système ».

La déclaration a également critiqué le mandat d’arrêt obtenu par les procureurs japonais pour son épouse Carole Ghosn pour parjure présumé l’an dernier en lien avec l’utilisation présumée abusive des fonds de l’entreprise par son mari.

« Maintenant, ils attaquent lâchement Mme Carole Ghosn pour se venger et pour couvrir la situation humiliante dont ils sont responsables », a-t-il ajouté.

« Le Japon est un pays admirable, moderne et par ailleurs avancé. Il mérite mieux qu’un système archaïque qui retient des innocents en otage », ajoute le communiqué.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Japan Today

Ghosn affirme avoir organisé seul un plan d’évasion

L’ancien président de Nissan Motor, Carlos Ghosn, a de nouveau critiqué le système judiciaire japonais comme injuste.

Vendredi, Ghosn s’est entretenu avec NHK et d’autres médias japonais à Beyrouth, la capitale libanaise, pour réitérer ses propos lors d’une conférence de presse mercredi.

Concernant son plan d’évasion du Japon, il a déclaré qu’il avait organisé le plan lui-même pour éviter toute fuite.

Mais il a refusé d’expliquer comment il est sorti du Japon, affirmant qu’il ne le révélerait à personne.

Ghosn a cité comme raison pour laquelle il avait fui le Japon qu’il n’y avait aucune possibilité qu’il y obtienne un procès équitable.

Les responsables du ministère de la Justice au Japon ont condamné Ghosn pour avoir présenté ce qu’ils ont appelé une vision erronée du système juridique japonais.

Ils ont dit que sa déclaration visait à justifier son évasion, et cela ne peut jamais être ignoré.

News source: NHK

Traduction : MIRASTNEWS

Source : News On Japan

L’affaire Ghosn aggrave les problèmes financiers de Nissan

Des sources affirment que le moral de Nissan a été endommagé par les attaques publiques de Ghosn contre la firme Photo: Fichier / AFP

TOKYO – Hors du Japon et libre de parler aux médias, le fugitif Carlos Ghosn donne un nouveau casse-tête pour son ancienne firme Nissan alors qu’elle peine à reconstruire sa réputation.

Le magnat qui dirigeait autrefois le constructeur automobile a laissé la caution et a fui le Japon le mois dernier en attendant son procès pour inconduite financière. Et il n’a tiré aucun coup de poing en ce qui concerne l’entreprise qu’il a aidé à changer.

Il y accuse des dirigeants de l’avoir effectivement écarté, dans le but de bloquer ses projets d’intégration avec le partenaire français de Nissan, Renault.

Et lors d’une conférence de presse mercredi au Liban, où il a émergé après sa fuite audacieuse, il a critiqué les dirigeants de la firme, les accusant de perdre la valeur actionnariale et de poursuivre une vendetta.

Nissan est resté largement silencieuse, attendant le 7 janvier pour publier un communiqué qualifiant sa décision de fuir « extrêmement regrettable » et insistant sur le fait qu’il avait découvert « de nombreux actes répréhensibles » de la part du magnat.

La firme fait face à ses propres poursuites judiciaires liées à l’affaire, ce qui limite ce qu’elle peut dire, a indiqué à l’AFP une source proche de Nissan.

« Nous avons des responsabilités, nous devons respecter la loi, nous avons des obligations. Ce sera douloureux, mais nous devons le faire. »

Ghosn, quant à lui, au Liban et apparemment hors de portée des procureurs japonais, « peut dire ce qu’il veut, il n’a plus de contraintes », a indiqué la source.

Lors d’une conférence de presse longue et parfois combative, mercredi, l’ancien magnat de l’automobile a de nouveau accusé les dirigeants de Nissan d’avoir comploté sa chute et a cherché à réfuter les accusations portées contre lui.

« Pour le moment, il n’y a rien de nouveau dans les allégations de M. Ghosn contre Nissan », a expliqué à l’AFP Koji Endo, analyste automobile chez SBI Securities.

« Mais si Ghosn poursuit sa campagne négative … le marché deviendra plus sceptique quant à la reprise fondamentale de Nissan et à son image de marque », a-t-il déclaré.

Et en interne, il n’y a « aucun doute » que voir la firme critiquée si publiquement nuit au moral, a déclaré Endo.

« On m’a dit que beaucoup de gens continuent de démissionner de Nissan, les jeunes ingénieurs », a-t-il ajouté.

Le scandale Ghosn a déjà coûté cher à Nissan. Sa capitalisation boursière a chuté de plus de 10 milliards de dollars depuis son arrestation.

« Ils ont perdu plus de 40 millions de dollars par jour », a déclaré Ghosn mercredi.

Les pertes coïncident avec une crise globale dans l’industrie automobile, qui a touché les bénéfices, mais Ghosn soutient que le désir de Nissan de l’expulser a nui aux bénéfices et à la valeur pour les actionnaires.

Bloomberg News a également rapporté que Nissan a dépensé 200 millions de dollars en avocats, enquêteurs et détectives privés pendant le scandale, une affirmation que les initiés réfutent.

« Le chiffre est ridiculement exagéré. Vous devez probablement retirer un zéro », a déclaré à l’AFP une source à l’intérieur de Nissan.

Mais il y a eu d’autres coûts liés à l’affaire.

Nissan a été contraint de payer une amende de 15 millions de dollars en septembre pour clore une enquête des autorités américaines-états-uniennes de réglementation des valeurs mobilières, qui ont accusé la société d’avoir caché aux investisseurs plus de 140 millions de dollars de revenus de retraite attendus par Ghosn.

Et en décembre, il a déclaré qu’elle ne contesterait pas une amende de 22 millions de dollars imposée par la Securities and Exchange Commission du Japon pour avoir déposé des documents qui sous-déclaraient la compensation de Ghosn.

Elle fait toujours face à des questions de la Bourse de Tokyo, pour éviter d’être radié, et fait l’objet d’une action en justice par des actionnaires aux États-Unis d’Amérique.

En interne, le cabinet affirme avoir tenté de nettoyer la boutique en mettant en œuvre des réformes de gouvernance et des enquêtes internes.

Parmi ceux qui ont été rattrapés, il y avait l’ancien PDG Hiroto Saikawa, qui a démissionné l’année dernière après avoir admis qu’il avait reçu plus de salaire que ce à quoi il avait droit.

Les dirigeants actuels de Nissan sont restés largement muets sur les bords de leur ancien collègue.

« Je n’ai pas le temps de faire face à un one-man show par quelqu’un qui a fui le pays en violation de la loi », a déclaré avec acuité Masakazu Toyoda, un administrateur externe aux journalistes.

Et la nouvelle direction de Nissan a probablement des choses plus pressantes en tête: les bénéfices sont tombés à leur plus bas niveau en dix ans et des sources affirment qu’une stratégie sera présentée au conseil d’administration la semaine prochaine pour inverser la tendance.

Etienne BALMER

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Japan Today

© Photo de fichier / AFP

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :