A la Une

L’Amérique latine manque de « sa propre voix » avant le meurtre de Soleimani

© REUTERS / Murad Sezer

L’historien argentin Leandro Morgenfeld a déclaré à Sputnik que les pays d’Amérique latine auraient dû condamner plus énergiquement le « meurtre extrajudiciaire » commis par les États-Unis d’Amérique. De plus, selon lui, la région devrait éviter des positions comme celles de Bolsonaro, uniques pour soutenir l’incursion de Trump.

L’Amérique latine doit condamner plus catégoriquement l’assassinat du général iranien Qassem Soleimaní par les Etats-Unis d’Amérique et éviter des positions telles que celle du président brésilien, Jair Bolsonaro, a déclaré l’historien argentin Leandro Morgenfeld.

En dialogue avec Sputnik, l’enquêteur spécialisé dans les relations entre les États-Unis d’Amérique et le système interaméricain, a estimé que l’attaque qui a déterminé la mort du général iranien constituait « un meurtre extrajudiciaire et unilatéral qui viole la souveraineté d’un pays tiers tel que l’Irak ».

Selon le scientifique du Conseil national de la recherche scientifique et technique (Conicet) d’Argentine, les pays de la région et les Nations Unies (ONU) devraient « cesser de naturaliser ces actions de guerre américaines-états-uniennes auxquelles nous sommes habitués ».

Morgenfeld a également estimé que les pays d’Amérique latine devraient s’écarter de positions telles que celles de Bolsonaro, qui a soutenu l’attaque des Etats-Unis d’Amérique et a exprimé son soutien à Trump dans une vidéo dans laquelle il était attentif au discours du président des Etats-Unis d’Amérique.

« Nous devons éviter toute position d’alignement non critique avec les États-Unis d’Amérique comme Bolsonaro, qui est l’un des rares gouvernements au monde à avoir soutenu le meurtre de Soleimaní », a-t-il déclaré.

Selon lui, la position exprimée par Bolsonaro « aura des conséquences pour le Brésil » car les pays arabes, et parmi eux l’Iran, sont des partenaires commerciaux importants pour l’économie brésilienne et peuvent générer des pressions après « cette déclaration de soutien téméraire ». L’Amérique latine manque de sa propre voix avant le meurtre de Soleimani.

L’historien a souligné que le sommet du Celac (Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes), qui s’est tenu à Mexico le 8 janvier, aurait pu être une bonne occasion pour les pays de la région de se mettre d’accord sur une position commune face à l’escalade des tensions.

En ce sens, il a souligné l’importance de l’Amérique latine « d’avoir sa propre voix pour défendre les intérêts des pays du tiers monde et des pays non centraux contre ces agressions telles que celles subies par l’Iran ».

Les États-Unis d’Amérique isolés après l’attaque de Soleimani

Morgenfeld a déclaré que l’action militaire des Etats-Unis d’Amérique contre Soleimani n’a pas reçu de soutien de la communauté internationale et pourrait même ouvrir « une fissure avec ses partenaires de l’OTAN » qui ne saluent pas une escalade des tensions au Moyen-Orient.

«Cela a des dommages géopolitiques importants pour les États-Unis d’Amérique, car non seulement cela approfondit leurs confrontations avec leurs adversaires au Moyen-Orient et dans le monde, mais il y a également une fracture avec ses partenaires de l’OTAN et d’autres puissances occidentales qui ne voudront pas augmenter les sanctions économiques ni attaquer l’Iran», a-t-il développé.

Dans ce sens, il a noté que des pays comme la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne sont déjà plus proches de la possibilité de retirer leurs troupes en Irak. D’autres puissances clés telles que la Russie et la Chine ont également exprimé leur divergence avec l’action militaire des Etats-Unis d’Amérique et ont appelé à une modération du conflit.

Sergio Pintado

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Les talibans ont frappé un convoi militaire des Etats-Unis d’Amérique, affirmant avoir tué «toutes les troupes»

Un soldat se tient à côté du site d’un attentat à la bombe à Kaboul le 13 novembre 2019 (photo de l’AFP)

Les talibans ont attaqué un convoi de troupes américaines-états-uniennes dans la province de Kandahar, dans le sud de l’Afghanistan, quelques jours après que des frappes aériennes des Etats-Unis d’Amérique ont tué un commandant du groupe militant et plusieurs autres militants dans le pays.

Une bombe au bord de la route a frappé samedi l’un des véhicules blindés des forces états-uniennes-américaines dans le district de Dand, selon un porte-parole de l’OTAN qui a déclaré qu’il n’y avait pas de rapport immédiat sur les victimes.

Qari Yousuf Ahmadi, porte-parole des talibans, a revendiqué la responsabilité de l’explosion et a déclaré que tous les soldats dans le véhicule avaient été tués.

L’attaque est survenue quelques jours seulement après qu’une frappe aérienne des Etats-Unis d’Amérique ait tué un commandant d’un groupe dissident taliban, identifié comme le mollah Nangyalay, dans la province occidentale de Herat.

Plus de 60 civils ont également été tués ou blessés dans l’attaque, ont indiqué des responsables locaux.

Des dizaines de milliers de civils afghans ainsi que des membres des forces de sécurité ont été tués depuis que les États-Unis d’Amérique ont envahi l’Afghanistan en octobre 2001.

Les talibans négocient depuis plus d’un an avec l’administration du président Donald Trump sur le retrait des troupes américaines-états-uniennes en échange de garanties de sécurité des militants.

Les négociations ont lieu près de 18 ans après que les États-Unis d’Amérique ont envahi l’Afghanistan et renversé un régime taliban au pouvoir.

N’ayant pas réussi à mettre fin au militantisme des talibans, les forces américaines-états-uniennes sont depuis restées enlisées en Afghanistan sous la présidence de George W. Bush, de Barack Obama et maintenant de Donald Trump.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Press TV

Les Etats-Unis d’Amérique ont tenté une deuxième frappe au Yémen pour tuer un autre commandant iranien après l’assassinat de Soleimani

Un véhicule détruit en feu à la suite d’une attaque terroriste des Etats-Unis d’Amérique (EUA) le 3 janvier 2020 sur la route de l’aéroport international de Bagdad dans lequel le commandant iranien Qassem Soleimani a été tué avec huit autres personnes, dont le chef adjoint de la puissante force paramilitaire irakienne Hashed al-Shaabi. (Photo AFP)

Les forces militaires des Etats-Unis d’Amérique auraient mené une attaque terroriste ratée contre un autre commandant iranien au Yémen le même jour où elles ont assassiné le lieutenant-général Qassem Soleimani et d’autres officiers militaires iraniens et irakiens dans la capitale irakienne de Bagdad.

Citant des responsables américains-états-uniens anonymes, le Washington Post et d’autres médias américains-états-uniens ont rapporté vendredi que l’attaque terroriste infructueuse des Etats-Unis d’Amérique au Yémen visait Abdul Reza Shahlai, l’identifiant comme un « haut commandant militaire de la Force iranienne Quds » basée au Yémen et actif dans l’aide aux forces Yéménites se défendant contre l’agression militaire persistante du royaume saoudien soutenu par les États-Unis d’Amérique.

Un rapport du New York Times a en outre souligné que l’administration Trump avait offert une récompense de 15 millions de dollars pour des informations sur Shahlai, l’accusant également d’être impliqué dans un complot obscur et sans fondement en 2011 pour tuer l’ambassadeur saoudien à Washington.

Selon les rapports, la deuxième mission terroriste des forces américaines-états-uniennes – si elle était vraie – soulèverait des questions quant à savoir si l’assassinat de Soleimani faisait partie de la tentative de l’administration Trump de démanteler la direction des Forces iraniennes Quds des Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI ; IRGC) ou empêcher ce que la Maison Blanche a prétendu comme «une attaque imminente contre les Américains» par l’Iran.

Le rapport est venu alors que les législateurs américains-états-uniens des deux partis politiques dominants ont sévèrement critiqué la justification offerte par le responsable de l’administration Trump pour avoir lancé l’attaque terroriste contre le haut responsable militaire iranien.

C’est alors que le secrétaire d’État américain-états-unien belliciste, Mike Pompeo, a tenté d’esquiver la question vendredi matin pour s’enquérir des détails de la plainte pour «attaque imminente» et d’autres déclarations officielles contradictoires, que les législateurs américains-états-uniens ont rejetées comme «insuffisantes» et peu convaincantes.

Pendant ce temps, la Chambre des représentants a adopté jeudi une résolution pour empêcher Trump d’ordonner de nouvelles actions militaires contre l’Iran, bien que le vote ait été largement symbolique et se soit déroulé principalement selon les partis.

Le 3 janvier, des drones d’assassinat des EtatsèUnis d’Amérique ont tué le lieutenant-général Qassem Soleimani, commandant de la Force Quds du CGRI, et Abu Mahdi al-Muhandis, commandant en second des unités de mobilisation populaire (PMU) irakiennes, entre autres, après avoir pris pour cible leurs véhicules à Bagdad. L’attaque terroriste a eu lieu sous la direction de Trump, le ministère de la Défense des Etats-Unis d’Amérique prenant la responsabilité de la frappe.

Les deux commandants étaient admirés par les nations musulmanes pour avoir éliminé le groupe terroriste Daesh (ISIL) parrainé par les États-Unis d’Amérique dans la région, en particulier en Irak et en Syrie.

Peu de temps après l’assassinat, le guide suprême de la révolution islamique, l’ayatollah Seyyed Ali Khamenei, a déclaré que Washington devait faire face à une «vengeance sévère» pour l’atrocité.

Tôt mercredi, le CGRI a tiré des volées de missiles balistiques sur la base aérienne d’Ain al-Assad dans la province irakienne d’Anbar, et un autre avant-poste à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien semi-autonome, qui abritaient tous deux des forces américaines-états-uniennes.

Les législateurs irakiens ont approuvé à l’unanimité un projet de loi appelant au retrait de toutes les troupes étrangères dirigées par les États-Unis d’Amérique du pays arabe après l’assassinat par les EUA des deux principaux commandants.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Press TV

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :