A la Une

Libye – Pourquoi l’Egypte ne mènerait-elle pas une opération commune avec l’Algérie pour contrer l’action des forces étrangères en terre nord-africaine ?

Image d’archives

L’UE doit soutenir la Turquie en Libye si elle veut rester pertinente en tant qu’acteur mondial – Erdogan

© AFP 2019 / ADEM ALTAN

Cette semaine, Ankara a annoncé qu’elle déploierait des troupes pour soutenir le gouvernement d’accord national (GNA) à Tripoli dans sa lutte contre ses opposants dans l’est du pays, l’armée nationale libyenne (ANL ; LNA en anglais), après l’échec des négociations de cessez-le-feu entre les deux à Moscou.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé l’Union européenne à soutenir la mission de son pays pour soutenir les forces du gouvernement d’accord national (GNA) reconnu par l’ONU, avertissant dans un éditorial de Politico que la sécurité, la stabilité et même l’avenir politique de l’Europe dépendent de cela. Il a fait valoir que refuser de soutenir le GNA [ayant accepté et soutenu la destruction de la LibyeMIRASTNEWS] « serait une trahison des valeurs fondamentales [de l’UE] », telles que le soutien à la démocratie et aux droits de l’homme [c’est pendant ces opérations de destruction totale de la Libye avec l’aide de terroristes que le commerce d’esclaves a repris dans ce pays et que le conflit a été malicieusement étendu sur l’ensemble du continent africainMIRASTNEWS].

Erdogan a également souligné spécifiquement le préjudice potentiel que le conflit libyen pourrait causer à l’Europe s’il n’était pas résolu.

« L’Europe rencontrera un nouvel ensemble de problèmes et de menaces si le gouvernement légitime de la Libye [imposé par l’Occident et autres forces prédatrices – MIRASTNEWS] venait à tomber. Des organisations terroristes telles que Daech* et Al-Qaïda*, qui ont subi une défaite militaire en Syrie et en Irak [grâce à l’apport des forces russes et autres alliés de la Syrie – MIRASTNEWS] -, trouveront un terrain fertile pour revenir sur leurs […] Si le conflit continue, la violence et l’instabilité vont également alimenter la migration irrégulière vers l’Europe », a-t-il prévenu.

Le président turc a en outre fait valoir que l’UE doit prouver au monde qu’« elle est un acteur pertinent sur la scène internationale » et s’engager dans la résolution du conflit libyen, au-delà de « se plaindre et exprimer sa préoccupation ».

« Les dirigeants européens, cependant, devraient parler un peu moins et se concentrer sur la prise des mesures concrètes. Gardant à l’esprit que l’Europe est moins intéressée à fournir un soutien militaire à la Libye, le choix évident est de travailler avec la Turquie, qui a déjà promis une assistance militaire », a déclaré Erdogan.

La guerre civile en cours en Libye

La Libye est restée divisée entre plusieurs factions belligérantes depuis que des militants locaux, soutenus par des États étrangers, ont tué le dernier dirigeant du pays, Mouammar Kadhafi.

Les deux groupes clés sont le GNA sous Fayez al-Serraj, qui contrôle l’ouest du pays ainsi que la capitale Tripoli, et l’Armée nationale libyenne (LNA), dirigée par le général Khalifa Haftar, qui contrôle l’est. Ce dernier assiège Tripoli afin de le débarrasser des « terroristes » depuis avril 2019, mais avec peu de succès.

Les deux parties étaient sur le point de conclure un accord de cessez-le-feu à Moscou le 13 janvier, mais Haftar a finalement refusé de le signer et l’ANL a annoncé le renouvellement des hostilités. L’Allemagne a déclaré qu’une nouvelle tentative de négociation d’un cessez-le-feu aurait lieu le 19 janvier à Berlin, la France, la Turquie, la Russie, les États-Unis d’Amérique, le Royaume-Uni, la Chine et l’Italie prenant également part à la médiation.

La Turquie, à son tour, a également annoncé le 16 janvier qu’elle déploierait des troupes en Libye afin d’aider le GNA conformément à un accord de coopération militaire précédemment signé et le vœu qu’un tel déploiement serait fait si Haftar n’arrête pas les attaques de la LNA contre Tripoli.

Vous aimez cette histoire? Partagez le avec un ami!

Traduction et commentaires : JDDM – MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Mises à jour en direct: la conférence de paix sur le conflit libyen a lieu à Berlin – Vidéo

© REUTERS / HANNIBAL HANSCHKE

Plus tôt cette semaine, le commandant de l’Armée nationale libyenne (LNA), Khalifa Haftar, a accepté en principe un armistice à la suite d’une réunion avec le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas.

Une conférence de paix sur la Libye débute à Berlin à la Chancellerie fédérale en présence du commandant en chef des factions rivales Khalifa Haftar et du chef du gouvernement libyen Fayez al-Sarraj.

Le président russe Vladimir Poutine, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le président turc Recep Tayyip Erdogan, le président français Emmanuel Macron, le secrétaire d’État américain-états-unien Mike Pompeo et le président de la République du Congo Denis Sassou-Nguesso ont également assisté à la réunion.

SUIVEZ NOTRE ALIMENTATION EN DIRECT POUR EN SAVOIR PLUS

15:24 Les présidents russe et turc entament une réunion à Berlin

15:19 Le projet de communiqué final sur la Libye prévoit la création de quatre groupes techniques pour suivre les décisions de la conférence – Source

« Quatre groupes techniques sont en train d’être mis en place pour surveiller la mise en œuvre des accords de Berlin à différents stades. Les participants échangeront des informations et traiteront de toutes les questions qui se posent. Le travail de ces groupes sera privé », a déclaré une source lors du sommet.

14:50 Pompeo rencontre le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis Abdullah bin Zayed Al Nahyan à Berlin

Secretary Pompeo

@SecPompeo

Productive discussion today with ‘s Foreign Minister @ABZayed in Berlin. I emphasized the need for a lasting ceasefire, a return to a @UN-facilitated, Libyan-led political process, and the end of all foreign intervention in .

14:21 Les participants à la conférence de Berlin surveilleront le cessez-le-feu en Libye – Source

« La Turquie et la Russie ont facilité l’introduction d’un cessez-le-feu à partir du 12 janvier. Il tient. Oui, il y a des incidents de temps en temps, mais il est maintenu. Nos pays doivent donc participer à une surveillance plus approfondie, tout comme d’autres pays qui participent à la conférence », a déclaré une source lors des pourparlers en Allemagne.

14:09 Le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Mayo a proposé d’introduire des sanctions internationales contre ceux qui alimentent le conflit civil en Libye

13:15 Le secrétaire d’État américain-états-unien Pompeo ne devrait pas rencontrer de représentants russes

Le programme de Pompeo comprend des réunions avec le président égyptien Abdel Fattah Sisi et le chef de la politique étrangère de l’UE Josep Borrell. Le secrétaire prévoit également de rencontrer le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas et Abdullah bin Zayed Al Nahyan des Émirats arabes unis.

Il n’y a pas de réunions bilatérales avec les représentants de la Russie dans le programme de Pompeo.

13:11 Le secrétaire d’État des Etats-Unis d’Amérique Mike Pompeo rencontre le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu avant la conférence de Libye

Secretary Pompeo

@SecPompeo

Today in , Turkish Foreign Minister Cavusoglu and I discussed the peace process. We agreed on the need for a formal ceasefire agreement and credible monitoring mechanism.

13:08 Le Maroc surpris par l’exclusion de la conférence de Berlin sur la Libye – Ministère des Affaires étrangères

« Le Maroc a toujours été à la pointe des efforts internationaux pour résoudre la crise libyenne … Le Maroc ne comprend ni les critères ni les motivations derrière le choix des pays participant à cette réunion », a déclaré un communiqué publié par le Maghreb Arabe. Lire la presse.

Dans le même temps, Rabat a réaffirmé son engagement à contribuer à la recherche d’une solution pacifique à la crise libyenne.

12:47 Les participants au sommet libyen exhorteront les parties à ne pas attaquer les installations pétrolières – Rapports

12:38 La chancelière allemande Angela Merkel rencontre le président congolais Denis Sassou au début du sommet de Libye

© REUTERS / HANNIBAL HANSCHKE

12:29 La sécurité à Berlin renforcée lors de la conférence sur la Libye

© REUTERS / CHRISTIAN MANG

12:23 Près de 800 journalistes prévoient de couvrir la conférence sur la Libye à Berlin

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Poutine arrive à Berlin pour participer à la conférence internationale sur la Libye

© Sputnik / Mikhail Klimentyev

BERLIN – Le président russe Vladimir Poutine est arrivé à Berlin pour participer à une conférence internationale de haut niveau sur la Libye.

Avant le forum, le président russe tiendra une réunion avec son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan.

Ce sera son deuxième face-à-face jusqu’à présent cette année, après la réunion du 8 janvier à Istanbul au cours de laquelle les deux dirigeants se sont mis d’accord sur une position commune concernant la Libye et ont exhorté les dirigeants des parties rivales à Tripoli et Tobrouk à cessez-le-feu à partir du 12 janvier.

À travers le soi-disant processus de Berlin, la diplomatie allemande cherche à soutenir les efforts du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, et de son envoyé spécial, Ghassan Salamé, pour empêcher une escalade militaire du conflit en Libye et relancer le processus de réconciliation.

Depuis septembre 2019, des hauts fonctionnaires de pays intéressés et d’organisations régionales ont tenu plusieurs réunions à cet effet dans la capitale allemande.

Le 19 janvier, Berlin accueillera une conférence internationale sur la Libye au niveau des chefs d’État et de gouvernement, à laquelle la chancelière fédérale Angela Merkel a invité les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Chine, États-Unis d’Amérique, France, Royaume Uni et Russie), ainsi que l’Italie, les Émirats arabes unis, la Turquie, l’Égypte, l’Algérie et la République du Congo.

Les dirigeants des parties rivales de la Libye – Fayez Sarraj et Jalifa Haftar – et plusieurs organisations internationales telles que l’ONU, l’Union européenne, l’Union africaine et la Ligue arabe ont également été invités au forum.

Selon l’ONU, le projet de communiqué final de la conférence de Berlin comprend six sections, dont celles concernant la cessation des hostilités, le respect de l’embargo sur les armes et la réforme du secteur de la sécurité en Libye.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :