A la Une

Le FMI met en garde contre une nouvelle «grande dépression», la Russie en avance sur la courbe en raison de l’augmentation des réserves de liquidités et d’or

Image d’archives

PHOTO DE DOSSIER: Vladimir Poutine au dépôt central de la Banque de Russie © Sputnik / Alexei Druzhinin

La semaine dernière, le FMI a lancé un avertissement sévère sur l’économie mondiale. Alors que la plupart des grands États occidentaux sont vulnérables à une nouvelle crise, la Russie a préparé ses défenses.

Kristalina Georgieva n’est pas une théoricienne du complot; elle est à la tête du Fonds monétaire international. Et quand elle prévient que l’économie mondiale risque une nouvelle «Grande Dépression», vous penseriez que tout le monde écouterait.

Mais la réaction occidentale à sa déclaration de la semaine dernière a été modérée, de nombreux médias la laissant «enfouie dans le courant dominant». Ou tout simplement ignorer l’histoire.

Par exemple, des recherches rudimentaires sur Google suggèrent que ni le Financial Times ni l’Economist n’ont couvert ses commentaires. Si c’est le cas, c’est éthiquement discutable mais aussi compréhensible, dans un sens cynique, étant donné leur attachement total à la doctrine de l’économie néolibérale.

Un endroit où les paroles de Georgieva ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd est Moscou, car son avertissement confirme simplement ce que les experts de la capitale russe disent depuis des années: un grave crash financier occidental est à la fois inévitable et raisonnablement imminent. Et cela va rendre l’effondrement de 2008 doux en comparaison [Ce que la Théorie générale de la Relativité économique et sociétale avait prévu et indiqué dans ses analysesMIRASTNEWS].

Les raisons sont simples, selon des initiés en Russie: les gouvernements occidentaux ont accumulé trop de dettes au cours de la dernière décennie, et il y a un certain nombre de bulles inquiétantes dans le système. Il s’agit notamment des actions américaines[-états-uniennes MIRASTNEWS], des propriétés allemandes et britanniques et des évaluations surdimensionnées des entreprises technologiques, en particulier des startups qui ne rembourseront probablement jamais leurs coûts. Ajoutez à cela le vieillissement de la main-d’œuvre, la stagnation des salaires, [la concentration d’une partie très importante des richesses dans les «poches» de minorités d’hommes sur la planèteMIRASTNEWS] la hausse des coûts de la vie et la perturbation des industries traditionnelles par l’innovation informatique, et vous avez tous les ingrédients nécessaires pour un «big bang».

Les 5 principaux pays optant pour l’abandon du dollar américain et les raisons de leur décision

Comme le souligne le spécialiste russe Kirill Shamiev, «dans le monde universitaire, les gens se sont prononcés sur [une récession majeure] depuis 2016-2017», et la Russie «est dans une position plus favorable maintenant qu’elle ne l’était en 2007/2008 [avec] moins de dépendance sur les marchés occidentaux.»

Une autre raison pour laquelle Moscou peut se sentir relativement en sécurité, par rapport aux autres grandes économies européennes, est ses énormes réserves de trésorerie et d’actifs. Depuis janvier 2015, le Kremlin a porté son fonds «jour de pluie» de 376 milliards de dollars à 557 milliards de dollars, malgré une profonde récession et une croissance économique anémique qui a suivi. En effet, le stock est désormais plus important qu’avant la crise ukrainienne de 2014, et non loin de là où il se situait en 2008 – à une époque où les prix du pétrole étaient en hausse.

La dépendance à l’égard des exportations de pétrole brut s’est révélée dangereuse pour l’économie russe, le rouble ayant fortement chuté en 2014 lorsque les prix se sont effondrés. Soucieux d’éviter une récurrence, le gouvernement a introduit une «règle fiscale» dans laquelle les revenus des ventes de pétrole de plus de 40 dollars le baril sont mis en banque, plutôt que utilisés pour les dépenses quotidiennes.

Ce qui est également intéressant, c’est la diversification des réserves. Il y a dix ans, il s’agissait uniquement de dollars américains-états-uniens, mais maintenant l’or représente environ un cinquième du total, ce qui signifie que plus de 100 milliards de dollars sont actuellement liés au métal. Certains suggèrent que l’accent mis sur l’or – qui augmente généralement en valeur pendant une crise – pourrait faire partie des préparatifs d’un éventuel nouveau système monétaire.

La Russie n’est pas la seule à se diversifier en se basant sur la devise américaine-états-unienne. « Les nations ont augmenté leurs avoirs d’or d’environ 14% depuis 2009 », a déclaré Bloomberg l’année dernière, citant la Chine et la Pologne comme autres gros acheteurs.

Attention au dollar: la Serbie et les Philippines se joignent à la chasse mondiale à l’or

Le journaliste économique russe Ivan Tkachev, du principal quotidien RBC, rejette l’idée que Moscou mise sur une crise financière occidentale. « Poutine lui-même (et les économistes professionnels autour de lui) ne croient pas et ne parieraient pas sur un éventuel crash de la dette aux États-Unis d’Amérique ou ailleurs », a-t-il dit. « Il croit sincèrement que c’est la puissance militaire des États-Unis d’Amérique, ainsi que l’avantage géopolitique du dollar comme monnaie la plus dominante dans le commerce mondial, les réserves officielles et les emprunts internationaux, qui permettent aux États-Unis d’Amérique de ne pas tenir compte de sa dette importante. »

Cependant, il pense que la politique vise à protéger la Russie des chocs extérieurs. « La politique générale de thésaurisation des espèces et le concept général de « stabilité » (fiscale, monétaire, financière) sont, à mon avis, la manifestation de la profonde méfiance de Poutine à l’égard de l’Occident », ajoute Tkachev. «[Il souhaite] s’assurer le maximum contre ce qu’il considère comme le risque toujours présent d’actions extérieures inamicales (comme plus de sanctions, des restrictions commerciales ou des fluctuations des prix des matières premières qui, aux yeux de la Russie, ne sont pas entièrement aléatoires).»

Le FMI a dépisté des signes de l’approche d’une nouvelle Grande dépression

La semaine dernière, Georgieva a déclaré que les tendances économiques mondiales actuelles sont similaires à celles des années 1920, qui ont pris fin avec le grand krach boursier de 1929. Elle a déclaré que l’augmentation des inégalités était une préoccupation majeure. «Au Royaume-Uni, par exemple, les 10% les plus riches contrôlent désormais presque autant de richesse que les 50% les plus pauvres. Cette situation se reflète dans la plupart des pays de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), où les inégalités de revenus et de richesse ont atteint, ou sont proches, des niveaux record», a déclaré Georgieva. «À certains égards, cette tendance troublante rappelle la première partie du 20ème siècle – lorsque les forces jumelles de la technologie et de l’intégration ont conduit au premier âge doré, aux années folles et, finalement, au désastre financier.»

Si elle a raison, la Russie est mieux préparée aux chocs que toute autre grande économie mondiale. Elle est également le seul parmi les principaux États européens à être effectivement exempt de dettes extérieures – ce qui n’est pas une mince affaire si l’on considère que les engagements du gouvernement italien représentent à eux seuls plus de 130% du PIB nominal, à près de 2 500 milliards de dollars des EUA.

Bryan MacDonald

Bryan MacDonald est un journaliste irlandais basé en Russie.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!
Les déclarations, points de vue et opinions exprimés dans cette colonne sont uniquement ceux de l’auteur [et du commentateur] et ne représentent pas nécessairement ceux de RT.

Traduction et commentaires : JDDM – MIRASTNEWS

Source : RT

1 Trackback / Pingback

  1. Le FMI met en garde contre une nouvelle «grande dépression», la Russie en avance sur la courbe en rais on de l’augmentation des réserves de liquidités et d’or | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :