A la Une

Exclusif: Les forces gouvernementales s’emparent d’une région clé des militants liés à Al-Qaïda dans le nord de la Syrie

Des unités de l’armée entrent dans la ville de Saraqeb et commencent à la ratisser / SANA

Cette photo prise le 7 février 2020 et obtenue par Press TV montre un véhicule blindé anciennement utilisé par des militants liés à al-Qaïda après la libération de la région d’al-Humayra dans la province d’Alep, dans le nord de la Syrie, par les troupes gouvernementales et leurs alliés.

Les forces du gouvernement syrien, soutenues par des militants alliés de groupes de défense populaires, ont réussi à établir le contrôle total sur une région stratégique dans la campagne sud de la province d’Alep, dans le nord du pays, occupée par les militants liés à Al-Qaïda.

Des sources locales, demandant l’anonymat, ont déclaré à Press TV que les troupes syriennes et leurs alliés avaient capturé al-Humayra vendredi après des «batailles intenses» avec les extrémistes parrainés par l’étranger, ajoutant que l’armée avait infligé de lourdes pertes aux éléments Takfiri en termes de personnel et de équipement.

Humayra était sous le contrôle des terroristes de Takfiri depuis 2016.

Des unités de l’armée syrienne ont également libéré les villages de Zitan et Barnah à la suite de violents affrontements avec des membres du groupe terroriste Jabhat Fatah al-Sham (anciennement connu sous le nom de Front de Nosra).

De plus, les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés ont poursuivi leurs opérations de lutte contre le terrorisme contre des positions militantes ailleurs dans la province d’Alep et leur ont infligé de gros coups.

Plus tard dans la journée, ils ont pu reprendre la ville d’al-Eis, dans le sud d’Alep, et ont ciblé des militants et leurs fortifications à la périphérie de l’autoroute internationale Alep-Hama.

Des militants attaquent les forces russes depuis la zone de Turquie à Idlib en Syrie: Moscou

Par ailleurs, des unités de l’armée syrienne ont déjoué un attentat perpétré par un terroriste Jabhat Fatah al-Sham sur la route reliant le village nouvellement libéré de Zitan au village de Khalsa, dans le sud-ouest d’Alep.

Des soldats du gouvernement ont également lancé des tirs de roquettes et des obus d’artillerie sur des positions militantes dans le district d’al-Rashideen 4 ainsi que dans les villes de Kafr Naya et Khan al-Asal.

Le ministère syrien des Affaires étrangères et des Expatriés a écrit aux Nations Unies le 25 janvier, soulignant que l’opération à Idlib et Alep contre les éléments de Takfiri « ne s’arrêtera pas avant l’élimination de ces terroristes, qui menacent la sûreté et la sécurité des civils syriens ».

Les forces armées du gouvernement syrien donnent la chance aux militants du nord-ouest de la ville de Saraqib de se rendre

L’armée syrienne a déclaré le 5 août dernier le début d’une offensive contre des militants étrangers à Idlib.

Elle est intervenue après que ceux qui se trouvaient dans la zone de désescalade n’ont pas respecté un cessez-le-feu négocié par la Russie et la Turquie et ont continué de viser les quartiers civils.

En vertu de l’accord de Sotchi, tous les militants de la zone démilitarisée qui entoure Idlib, ainsi que certaines parties des provinces d’Alep et de la province centre-ouest de Hama, étaient censés retirer les armes lourdes le 17 octobre 2018, les groupes Takfiri devant se retirer deux jours plus tôt.

Vous aimez cette histoire? Partagez la avec un ami!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Press TV

Saraqib échappe au contrôle de l’opposition… qu’adviendra-t-il du poste d’observation militaire de la Turquie

Les Forces du régime syrien à la périphérie de Maarat al-Numan dans la province d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie – 28 janvier 2020 (ANNA)

Les forces du régime syrien ont repris la ville stratégique de Saraqib dans la campagne orientale d’Idlib, au milieu des discussions sur le retrait des factions de l’opposition et des postes d’observation militaires turcs de la région.

Le correspondant d’Enab Baladi dans la province d’Idlib a indiqué que les forces du régime étaient entrées dans la ville rebelle de Saraqib hier, jeudi 6 février. Un chef de la salle d’opération al-Fateh al-Mubeen, qui a parlé sous couvert d’anonymat, a confirmé cette information à Enab Baladi.

Le chef a ajouté que les forces du régime sont entrées et ont commencé à installer et à fortifier leurs points militaires à l’intérieur de la ville.

Le régime syrien a annoncé, via l’agence de presse arabe syrienne officielle (SANA), l’entrée de ses forces dans les quartiers de la ville et le début des opérations de peignage dans la ville.

Cela a coïncidé avec des informations contradictoires sur le sort du poste d’observation turc qui a entouré la ville des quatre directions, comme Yeni Şafak, un quotidien turc conservateur, a souligné que l’attentat était une tentative de forcer l’armée syrienne d’Aran à se retirer.

Yeni Şafak a souligné dans son numéro d’aujourd’hui, le 7 février, que les troupes turques ne s’étaient pas retirées et avaient répondu à la source de l’attaque.

Al-Mohrar Media Networker, un média lié au Front de libération nationale (FLN ; NLF) soutenu par la Turquie, a souligné, via son compte Telegram, que la Turquie n’avait pas retiré ses postes d’observation militaires.

Les forces du régime ont avancé profondément dans la campagne d’Idlib et ont pu encercler Saraqib en prenant le contrôle de la ville de Nayrab, à l’ouest de la ville, et du village nordique d’Afes.

La ville, Saraqib, se trouve à l’intersection de deux autoroutes principales: l’autoroute «M5» qui relie la capitale politique (Damas) à la capitale économique (Alep) et l’autoroute M4 qui relie les provinces de Lattaquié et d’Alep (l’ouest et l’est du pays). C’est là que réside l’importance de reprendre le contrôle de la ville par le régime syrien et son allié la Russie.

En raison de l’importance des deux autoroutes, la Turquie a installé quatre postes d’observation autour de Saraqib afin d’empêcher l’avancée des forces du régime syrien.

Sept soldats turcs ont été tués lors du bombardement du régime syrien sur la région, ce qui a accru la tension entre la Turquie et la Russie.

Erdogan a également menacé, le 5 février, de lancer une opération militaire massive à Idlib si les forces du régime continuaient d’avancer et d’encercler les postes d’observation turcs dans la campagne d’Idlib.

Erdogan a déclaré dans un discours aux députés du bloc au pouvoir du Parti de la justice et du développement (AKP) à Ankara que «nos forces aériennes et terrestres se déplaceront librement en cas de besoin dans toutes nos zones d’opérations et à Idlib, et elles mèneront des opérations militaires si nécessaire.»

Il a également averti que la Turquie riposterait contre toute attaque contre ses troupes ou les factions soutenues par la Turquie sans hésitation, quel que soit le responsable de ces attaques.

Erdogan a fixé un délai pour le retrait des forces du régime syrien derrière les postes d’observation turcs dans la zone de désescalade d’Idlib, dans le nord de la Syrie, jusqu’à fin février.

Cependant, le régime syrien n’a accordé aucune importance aux menaces turques. Il a continué de progresser dans la région, avec le soutien de l’armée de l’air russe, en attendant la réponse de la Turquie et l’exécution de ses menaces.

Ainsi, après des affrontements prolongés entre les forces de l’opposition et les forces du régime syrien, le régime a finalement repris le contrôle de la ville stratégique de Saraqib. Les habitants de la région attendent les nouvelles ententes turco-russes et les résultats des rencontres entre les responsables russes et turcs.

Le ministre des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, a déclaré le 6 février qu’une délégation militaire russe se rendrait en Turquie pour discuter du sort du dernier bastion rebelle d’Idlib.

Vous aimez cette histoire? Partagez la avec un ami!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : enabbaladi.net

Discours d’Al-Jaafari lors de la session du Conseil de sécurité de l’ONU sur la situation en Syrie

L’armée syrienne envahit la ville carrefour d’Idlib malgré les avertissements de la Turquie

L’armée syrienne a pris le contrôle de la ville stratégique de Saraqib, un carrefour nord-ouest, lors du dernier gain d’une offensive d’une semaine contre le dernier bastion rebelle majeur du pays, Idlib.

L’avance est intervenue peu de temps après que la Turquie ait envoyé des troupes supplémentaires dans la région et a menacé de répondre si l’un de ses postes d’observation militaire à Idlib, mis en place en vertu d’une trêve de 2018, était attaqué.

« Les unités de l’armée exercent désormais un contrôle total sur la ville de Saraqib », a rapporté la télévision nationale, sur des images des rues de la ville, désertées après des semaines de bombardements.

Depuis décembre, les forces gouvernementales ont mené une attaque meurtrière contre la région d’Idlib avec le soutien de la Russie, reprenant ville après ville malgré les avertissements de l’allié rebelle turc de reculer.

La violence a tué plus de 300 civils et envoyé quelque 586 000 civils en fuite sur les routes, cherchant une sécurité relative plus près de la frontière turque

Les Nations Unies et les groupes d’aide ont appelé à la fin des hostilités, avertissant que l’ampleur de l’exode risque de créer l’une des pires catastrophes humanitaires de la guerre de près de neuf ans.

Mais les forces du président Bachar al-Assad ont poursuivi leur avancée.

Les rebelles syriens se dirigent vers les positions du gouvernement près du village de Nerab, dans la province d’Idlib, le jeudi 6 février 2020. / AP Photo

Saraqib est un prix stratégique pour le gouvernement qui cherche à reprendre le contrôle de deux autoroutes principales qui se rencontrent dans la ville.

L’autoroute M5 relie la capitale à la deuxième ville d’Alep. S’élevant de la frontière jordanienne au sud, c’est la plus longue route de Syrie.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme basé en Grande-Bretagne a déclaré vendredi que les forces gouvernementales contrôlaient toute l’étendue du M5 dans la province d’Idlib.

Seule une section de 30 kilomètres (20 milles) à Alep voisine reste aux mains des rebelles.

Saraqib se trouve au carrefour avec la M4, la principale autoroute est-ouest à Idlib qui relie Alep à la ville portuaire méditerranéenne de Lattaquié, un bastion du gouvernement.

Le M4 est toujours largement contrôlé par les djihadistes et leurs alliés rebelles.

L’Iran se dit prêt à arbitrer entre la Turquie et la Syrie

L’Iran est prêt à aider Ankara et Damas à résoudre leurs différends, a déclaré samedi le ministère iranien des Affaires étrangères.

Lors d’une réunion entre l’envoyé spécial des Nations Unies en visite pour la Syrie, Geir Pedersen, et des responsables iraniens, Téhéran a souligné l’importance de résoudre les problèmes en Syrie par la diplomatie, a-t-il déclaré sur son site Internet.

« Lors de la réunion, l’Iran a réaffirmé que les civils en Syrie ne devraient pas être utilisés comme boucliers humains … et que l’Iran est prêt à arbitrer entre la Turquie et la Syrie pour résoudre le problème », a rapporté le site Internet.

(Avec la contribution de l’AFP et de Reuters)

Traduction : MIRASTNEWS

Source : CGTN

La caméra de SANA accompagne les unités de l’armée dans la ville de Saraqib après sa libération du terrorisme

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :