A la Une

La dette des ménages américains-états-uniens dépasse les 14 000 milliards de dollars, un nouveau record

© CC0

Selon de nouvelles données publiées par la Réserve fédérale de New York, la dette des ménages américains-états-uniens a atteint son volume le plus élevé jamais enregistré, entraînée à la hausse de façon constante au cours des cinq dernières années et demie en augmentant les soldes hypothécaires.

La dette des ménages américains-états-uniens a dépassé les 14 000 milliards de dollars – son record le plus élevé jamais enregistré -, en hausse constante pendant 22 mois consécutifs en augmentant la dette hypothécaire, selon le rapport trimestriel du Centre for Microeconomic Data sur la dette et le crédit des ménages de la Federal Reserve Bank de New York. C’est 1 500 milliards de dollars de plus que son précédent pic de 12 680 milliards de dollars au troisième trimestre de 2008, juste avant le krach boursier qui a précédé la Grande Récession.

« Les montages de prêts hypothécaires, y compris les refinancements, ont considérablement augmenté au dernier trimestre de 2019, les montages de prêts automobiles restant également au rythme soutenu observé tout au long de l’année », a déclaré mardi Wilbert Van Der Klaauw, vice-président directeur de la Fed de New York dans un communiqué de presse. «Les données montrent également que les transitions vers la délinquance chez les emprunteurs de cartes de crédit ont régulièrement augmenté depuis 2016, notamment chez les jeunes emprunteurs.»

Banque de la Réserve fédérale de New York
Graphique illustrant la dette totale des ménages américains-états-uniens, ventilée en dette hypothécaire et hors logement, au quatrième trimestre 2019

Selon le rapport, les soldes hypothécaires, qui constituent la plus grande partie de la dette des ménages américains-états-uniens, ont augmenté de 120 milliards de dollars au quatrième trimestre de 2019, atteignant 9 560 milliards de dollars. Les autres formes de dette ont augmenté de 79 milliards de dollars, dont 16 milliards de dollars en prêts automobiles, 46 milliards de dollars en soldes de cartes de crédit et 10 milliards de dollars en prêts étudiants.

Cependant, moins de débiteurs de cartes de crédit sont devenus en souffrance au dernier trimestre que la période précédente, note le rapport, bien que le nombre atteigne toujours un sommet de 18 mois.

« Lorsque l’économie est forte, vous ne vous attendez généralement pas à ce qu’ils ne modifient pas les normes de prêt », a déclaré Van Der Klaauw à Reuters mardi. «Il se pourrait également que l’économie soit très forte dans l’ensemble, mais il y a certains sous-groupes, et peut-être les jeunes en particulier, qui n’en bénéficient pas autant.»

En décembre, TransUnion, une agence américano-états-unienne d’évaluation du crédit à la consommation, a estimé en Décembre qu’en 2020, le nombre d’Américains en retard sur leurs paiements par carte de crédit atteindrait son plus haut niveau depuis une décennie. Matt Komos, vice-président de la recherche et du conseil de TransUnion, a déclaré à Bloomberg à l’époque que le crédit continuant de croître, la tendance n’était pas en soi inquiétante.

La dette étudiante a augmenté de 10 milliards de dollars au quatrième trimestre de l’année dernière, avec 11,1% de la dette étudiante totale en souffrance depuis plus de 90 jours ou en défaut. Le rapport a également noté que le nombre de demandes de crédit au cours des six derniers mois, ce qui indique une demande de crédit à la consommation, était de 137 millions au quatrième trimestre de 2019.

La question de l’endettement croissant des prêts étudiants aux États-Unis d’Amérique, qui totalise quelque 1 700 milliards de dollars, est devenue un sujet brûlant dans la course à la campagne présidentielle des Etats-Unis d’Amérique de 2020, avec deux candidats, les sénateurs Bernie Sanders (I-VT) et Elizabeth Warren (D- MA), tous deux s’engageant à effacer la majeure partie de cette dette. De plus, des militants comme le Debt Collective, formé lors des manifestations d’Occupy Wall Street en 2011, organisent une grève de la dette nationale, dans laquelle les gens refuseraient en masse de payer leurs dettes de prêt étudiant.

« Je dois soit payer mon loyer et obtenir des soins de santé, soit rembourser mes prêts », a déclaré à CNBC Sandy Nurse, une militante de Debt Collective, dans un article publié mercredi. «C’est l’une des raisons pour lesquelles je ne pense même pas à avoir des enfants. Comment peut-on se le permettre?»

Un récent sondage réalisé par la société de services financiers aux consommateurs Bankrate a révélé que seulement 41% des adultes américains-états-uniens pouvaient payer des dépenses d’urgence de 1 000 $ sans emprunter au moins une partie de l’argent nécessaire pour les payer, a rapporté Sputnik. L’analyste financier en chef de Bankrate, Greg McBride, a noté que les dépenses soudaines moyennes de 3 500 $, si elles étaient payées par crédit, la méthode la plus couramment utilisée, entraîneraient un autre 1 000 $ en intérêts pour d’autres dépenses.

Traduction : JDDM – MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :