A la Une

Evo Morales: « En seulement trois mois, le gouvernement de facto d’Enez a détruit tout ce que nous avons construit avec le peuple »

Image d’archives

Le président de la Bolivie démissionnaire, Evo Morales Photo: Mario De Fina / Reuters

Le président a démissionné contre la paralysie de plusieurs ouvrages comme le Centre de recherche nucléaire et a dénoncé la situation dans le domaine de la santé et de l’éducation.

Le président démissionnaire de la Bolivie, Evo Morales, via son compte Twitter, a dénoncé que le gouvernement de facto de Jeanine Anez « en trois mois » a détruit « tout ce que nous avons construit en unité avec le peuple bolivien pendant notre gouvernement ».

« Dans l’éducation, il n’y a pas un seul nouvel élément pour la croissance végétative du management 2020. C’est la bonne politique pour le privatiser », a déploré Morales.

L’ancien président a également attiré l’attention sur le fait que dans le domaine de la santé « ils ont expulsé des médecins cubains et, par conséquent, des hôpitaux se sont effondrés ». « Ils veulent mettre fin à tous nos programmes sociaux et les privatiser », a-t-il averti.

En outre, il a vérifié que l’administration de facto actuelle avait paralysé plusieurs grands travaux qui avaient prévu un financement, comme une ligne de train métropolitain à Cochabamba, l’usine d’urée et la construction de routes.

Dans ce contexte, il a souligné que l’investissement dans la construction du Centre de Recherche Nucléaire à El Alto était le Trésor Général de la Nation (TGN), donc « cela ne nécessitait pas l’approbation de l’Assemblée législative plurinationale ».

De cette façon, Morales a répondu aux accusations du directeur exécutif de l’Agence bolivienne de l’énergie nucléaire, Juan Alfredo Jordan Romero, d’avoir violé la Constitution nationale, après avoir ordonné un investissement de 351 millions de dollars dans la construction et l’équipement de ce centre nucléaire sans l’autorisation de l’ALP.

Morales a également parlé des élections du 3 mai, exhortant la communauté internationale à garantir la transparence des élections, et a accusé le gouvernement de facto d’Anez de résister au suffrage équitable.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :