A la Une

Idlib : le jeu funambulesque d’Ankara tend à finir mal

Sous les yeux ahuris d’Ankara, de l’OTAN et des USA, l’armée syrienne, largement appuyée par les brigades des Fatimyoun a réussi  en un temps record à sécuriser la route Damas-Alep (M5). L’analyste militaire syrien, Ali Maqsoud y voit une « renaissance de la capitale économique de la Syrie, Alep, dont la libération a été annoncé dimanche soir.

La sécurisation de M5 réduit de quatre heures le temps d’accès à Alep, depuis l’ensemble du territoire syrien : « Plus de 1300 kilomètres carrés étendu entre Khan Cheikhoun et Touman puis à Alep ont été libérés au prix des milliers de vies sacrifiées. C’est un acquis stratégique pour les forces alliées qui poursuivent leurs progressions, reprenant , les unes après les autres, le terrain perdu aux terroristes pro- Ankara. La reprise de M5 revient aussi à ouvrir la route Alep-Lattaquié (M4) qui mène à la Méditerranée. Ce sont désormais Jisr al-Choghour et et Ariha qui attendent avec hâte l’arrivée des forces syriennes »

« En effet, ce qu’a fait la Résistance à Alep et à M5 est très lourd de conséquence pour la Turquie. La reprise de M5 a définitivement fait voler en éclat le projet d’un Emirat nosratiste au nord syrien, tel qu’imaginé par la Turquie et ses alliés », a ajouté l’expert.

Et de préciser : » A l’heure qu’il est la Turquie se targue d’avoir envoyé à trois reprises des équipements militaires à Idlib et abattu trois hélicoptères militaires syriens. Mais malgré cet investissement, l’armée turque et ses alliés de l’OTAN n’ont pas empêché la débandade des terroristes; Ankara a échoué à préserver Maarat al-Nouman et Saraqib. Ses postes d’observation créés à la hate à Maarat Masrin et Taftanaz où l’OTAN l’appuie, ne seront pas non plus de grand recours. La Turquie cherche à relire l’accord d’Adana mais elle n’est pas à la hauteur d’enjeu et ne saura tenir face à l’armée syrienne, la Résistance et la Russie. C’est d’ailleurs cette même crainte qui a stoppé l’armée turque à l’aéroport de Neirab et qui a poussé celle-ci à retirer ses effectifs de Sarmin y laissant quelques morts ».

Mais pourquoi la Turquie a perdu?

« Ce n’est pas seulement envers ses alliés et partenaires qu’Ankara vacille. Son soutien est aussi vacillant face à ses mercenaires qu’il ne traite pas loyalement. Pour s’être opposé à la Turquie, bon nombre d’entre eux ont été envoyés de force en Libye, voire vendus aux différentes à raison de 30.000 dollars pour chacun d’entre eux. Cette attitude  a fait que les mercenaires refusent désormais de suivre leurs commandants turcs. C’est un énorme défi quand on pense qu’une fois libérée, Idlib sera massivement vidés de ces terroristes qui gagneront la Turquie, revanchards. Les agissements et les menaces creux d’Ankara renvoient à cette perspective. Jusqu’au bout, Erdogan se veut funambulesque : il veut apaiser la colère des mercenaire en faisant semblant de les soutenir, tout en coordonnant ses gestes et ses actes avec la Russie de façon à faire éliminer ses mercenaires dans les raids russes, ou en les poussant à commettre des attentats suicides. A ceci s’ajoutent ceux des terroristes qu’Ankara fait filer à destination de l’Europe « .

Source: Press TV

Première opération commando anti-US à Deir ez-Zor

Le missile iranien Saegheh.(Archives)

Dimanche, alors que l’armée syrienne et des combattants de la Résistance libéraient, après sept ans d’occupation, les dernières localités occupées d’Alep, Lairamun et Kafr Hamra, tout en reprenant le contrôle du quartier stratégique de l’Association Al-Zahraa,  principal champ de bataille de la ville d’Alep pendant près de sept ans, une autre bataille engagée il y a quelques jours se déroulait plus à l’est. Depuis que la guerre de libération d’Idlib a franchi le seuil de l’irréversible tous les indicateurs montrent que la guerre Résistance/USA est proche. Et cette guerre aura très probablement pour le théâtre les frontières syro-irakiennes. Depuis cinq jours, la Résistance irakienne opère dans une zone de 27 000 kilomètres carrés étendue entre les frontières syro-jordaniennes, tout en surveillant le moindre agissement des forces américains.

Selon le site militaire Al-Masdar News, la plus grande base militaire américaine en Syrie, placée sur le point de passage syro-irakien, à savoir al-Tanf, a été ce lundi matin frappée. Les USA qui y détiennent quelque 900 soldats ont dressé un « périmètre de 55 kilomètres » tout autour, espérant pouvoir éternellement y préserver leur présence.Or cette présence n’est plus du tout de toute quiétude.

Il y a quelques heures, une première opération commando a eu lieu contre la base al-Tanf, soit le QG des opérations US/Israël dans l’est. Selon le site qui reprend les rapports des groupes terroristes, des « tirs nourris » ont visé les positions de l’armée américaine et des terroristes à la solde des USA qui contrôlent cette région pétrolifère. Le rapport n’en parle pas mais il se peut que les GI’s aient été visés par des roquettes.

Il n’y a pas de commentaires officiels du commandement américain là dessus et ce silence en dit long sur les tensions croissantes qui existent désormais à l’est syrien et qui risque de déboucher d’ici peu sur un conflit majeur. Le site russe Avia.pro, évoque de son côté un premier face-à-face d’envergure avec en toile de fond « des morts côté des terroristes pro-US ainsi que la saisie des équipements militaires », « ce qui indique la volonté de l’armée syrienne et des forces de la Résistance d’amorcer l’opération d’expulsion des forces d’occupation US ». En effet, ce dimanche une première manifestation anti-américaine a éclaté en pleine ville d’al-Safira à Deir ez-Zor.

C’est une ville tout proche de Hajine, localité que les USA ont bombardée en printemps dernier par du phosphore blanc, quitte à déclencher un antiaméricanisme indéfectible. La ville s’est insurgée dimanche contre l’occupation américaine.

Les habitants de la ville d’al-Safira ont manifesté contre la présence américaine. ©Farsnews

Les manifestants ont réclamé le retrait des forces américaines de leur pays et ont demandé des armes pour les combattre. «En brûlant des pneus les manifestants ont également bloqué la route Raqqa-Deir ez-Zor tout en s’en prenant aux FDS», selon ce rapport qui évoque le ralliement des « centaines de jeunes des tribus arabes de Deir ez-zor aux rangs de l’armée syrienne pour se battre contre les forces d’occupation américaine. C’est une première dans la mesure où Deir ez-Zor a été la première province à avoir déclaré la guerre à l’armée syrienne. Et les Américains semblent avoir bien compris ce changement de cap.

Le 8 février dernier, un convoi de 140 véhicules transportant d’équipements militaires est entré en Syrie via le point de passage Simalka dans le nord de l’Irak. Ces équipements ont été remis aux forces américaines. Le 16 février, un autre convoi composé de 55 véhicules militaires a quitté l’Irak toujours pour la Syrie se dirigeant vers la province pétrolière de Hassaké dans le nord-est de la Syrie. « Les Américains se sent totalement pris entre deux feux : à al-Anbar, les Hachd les attendent de pied ferme et à Deir ez-Zor, outre l’armée syrienne et la Résistance, c’est la population locale qui veut s’armer contre eux. L’armée de l’air US pourrait leur faire face? C’est la question qu’on se demande vu que les batteries de la DCA syrienne et de la Résistance commencent peu à peu à apparaître à l’est, là où les USA les attendent le moins, affirme un expert.

 Source: Press TV

L’armée reprend le contrôle total de dizaines de villages, villes d’Alep dans l’ouest et la campagne du nord-ouest en un temps record, selon le commandement de l’armée

Damas, SANA – Le commandement général de l’armée et des forces armées a annoncé que des dizaines de villages et de villes dans la campagne ouest et nord-ouest d’Alep ont été libérés après une série d’opérations militaires concentrées contre les positions et les fortifications des organisations terroristes qui figurent sur la liste du terrorisme selon au droit international.

Dans un communiqué publié lundi, le commandement général de l’armée a déclaré: «Avec des étapes soigneusement réfléchies et des opérations spéciales concentrées, les héros de l’armée arabe syrienne ont poursuivi leur avance tout en étant déterminés à déraciner le terrorisme et à éliminer les tueurs qui voulaient usurper la volonté de notre peuple en et de les prendre comme otages et boucliers humains pour empêcher l’avancée de l’armée et retarder l’élimination des organisations armées qui figurent sur la liste du terrorisme selon le droit international. »

Le commandement général de l’armée a ajouté que «les héros de notre armée ont été en mesure d’accomplir leurs tâches avec une grande efficacité et en un temps record et ont repris le contrôle total sur des dizaines de villages et de villes dans la campagne ouest et nord-ouest d’Alep».

La déclaration indiquait que les villages et les villes libérés par les héros de l’armée arabe syrienne comprenaient «la ville d’al-Sheikh Ali, régiment 46, Urm al-Kubra, Urm al-Sughra, Kafr Naha, Kafr Dael, Kafr Hamra, Bshantara, Babis, Ma’aret al-Artiq, Oaijail, Hritan, Hayyan, Anadan, Byanoun et Alleramoun, et un grand nombre de complexes résidentiels, d’usines, de ronds-points et de collines stratégiques, en plus d’ouvrir les points de passage de Miznar et Mujairez dans la campagne ouest d’Alep et la ville de Saraqeb pour avoir obtenu une sortie pacifique des civils et pour avoir mis fin au cauchemar du terrorisme Takfiri. »

La déclaration a poursuivi que «Le commandement général de l’armée et des forces armées annonce la libération de ces nouvelles zones du territoire national et affirme que l’armée poursuivra son avance sur le terrain et qu’elle est déterminée à poursuivre ses tâches sacrées et nobles en éliminant la reste d’organisations terroristes où qu’elles se trouvent à travers la Syrie, car le terrorisme ne restera pas sur les territoires syriens, quel que soit le soutien que lui apportent ses bailleurs de fonds et sponsors, et l’armée arabe syrienne restera un œil vigilant et une forteresse qui protégera la sécurité de la patrie et des citoyens. »

Ruaa al-Jazaeri

Source : SANA 

La population d’Alep célèbre les victoires de l’armée et la libération des villages et localités à l’ouest et au nord de la ville

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :